undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles2
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:22,09 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Prenez un chef japonais de confession chrétienne, organiste et claveciniste, ayant poursuivi ses études en Europe avec Ton Koopman ; prenez un ensemble 100% japonais créé en 1990 dans le but de représenter au Japon les grandes oeuvres de l'ère baroque sur instruments historiques, comprenant une vingtaine d'instrumentistes et le même nombre de choristes, donnant quatre concerts Bach par an et accueillant des chanteurs européens ; prenez des enregistrements réalisés par les suédois à la chapelle de l'université féminine Shoin construite en 1981 à Kobe, avec une mise au point d'une acoustique exceptionnelle, pour les événements religieux et musicaux ; prenez le cinquantième anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale ; prenez un rythme d'enregistrements assez lent mais régulier, des solistes japonais permanents et des invités européens, une suite chronologique des cantates, un livret en français très intelligent et très détaillé pour chaque oeuvre (mais les textes des cantates sont en allemand-anglais), une prise de son au service de la musique... et vous aurez certainement l'une des plus fabuleuses séries d'enregistrements consacrés à l'intégrale des cantates de Bach, passionnants à comparer avec leurs illustres aînés, d'un souci musicologique remarquable (les dilemmes instrumentaux sont à chaque fois justifiés par Suzuki lui-même). Une grande homogénéité donc qui fluctuera à peine en fonction du choix des solistes, et une exceptionnelle précision et justesse des instrumentistes. Il se dégage de ces enregistrements une impression d'évidence, un côté très « lisse », débarrassé des « tics » d'interprétation baroque habituels et de leurs cortèges d'instruments ne sonnant pas toujours très justes.

On sera peut-être tenté d'acheter ce disque pour l'inédit que constitue BWV1127 découvert en 2005. Pourtant, il s'agit d'une simple aria variée (presque) à l'infini, le tout durant près de 50 minutes et donnant l'impression de déroulement continu... La BWV51 est bien plus intéressante : la virtuosité vocale et instrumentale - bravo au trompettiste ! - y est de mise. En "bonus", un extrait d'un autre disque enregistré par Suzuki de cantates profanes. Un volume à part dans la série.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2013
Bach et Suzuki font généralement des miracles à mes oreilles. pourtant ce volume 30 me satisfait faiblement, notamment en ce qui concerne la cantate 51 et son interprétation. En effet--je ne parle pas de la voix--le rythme me paraît trop lent dans les 3 premières parties de l'oeuvre qui nécessite à mes oreille une dynamique plus appropriée au texte "jauchzet...". je ne sens pas la joie ni l'élan du coeur dans cette inerprétation; tout au plus une partition bien exécutée. Les 2 dernières parties (choral et aria surtout!)me paraîssent plus envoyées, bien que... je trouve qu'il manque un tout petit "plus" qui donnerait un juste épanouissement à la beauté de l'oeuvre. Je lui préfère de loin l'interprétation de J.E.Gardiner de 1983 avec Emma Kirkby: magnificat et cantate 51 "jauchzet Gott in allen Landen...": tout sonne juste à l'âme: la voix, son grain et son élan, et les instruments animés d'une exaltation qui réjouit le coeur et les émotions.
Dommage pour ce vol.30!
Marc DESSINGER
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)