undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles28
4,1 sur 5 étoiles
5 étoiles
19
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
5
Format: DVD|Modifier
Prix:28,98 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-10 sur 19 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
le 2 juillet 2015
A mes yeux, "Le Professionnel" est une véritable perle noire étincelante, comme seul le cinéma français de la fin des seventies et du début des heighties, réussi à en accoucher dans l'univers du film policier, car dans ce type de cinéma musclé, on découvrait avec une certaine jubilation, des héros solitaires rendus insaisissables et presque invulnérables, grâce à cette capacité stratégique consistant à posséder une vision globale de la "partie en cours", qui est lancée contre un adversaire souvent retors, mais cela, tout en sachant demeurer toujours humain et moralement juste...

Néanmoins, il est juste d'admettre que ce type de personnages, fascinants et marquants, dépendait fortement de cette façon, dont l'irremplaçable Jean-Paul Belmondo savait maitriser dans tous ses rôles, cette élocution stylée et enlevée et surtout quasi géniale, alliée à cette modulation entre finesse et grandiloquence verbale, que l'on estime toujours située à mi distance, entre une déclamation théâtrale et les paroles précises formulées par un justicier solitaire charismatique et réfléchis !... ^^

Dans son fond et dans sa forme, ce film policier est réellement atypique, car "Le Professionnel" propose un récit d'un incroyable pessimisme politique, qui se retrouve presque automatiquement relié à une réelle noirceur dramatique, car ce récit dépeint la tentative de Jocelyn Beaumont (Jean-Paul Belmondo) - l'as des services secrets français - de mener jusqu'au bout sa vengeance lancée contre ses supérieurs hiérarchiques, après que ceux-ci aient osé trahir leur agent infiltré en territoire "ennemi", en le sacrifiant au nom de la "diplomatie de bonne entente entre la France et un état bananier africain" !

En osant dépeindre la totalité de la classe politicienne française avec une virulence extrême mélangée à du vitriol, alors ce faisant, ce film doté d'une amertume démesurée, arrive à dérober tous les points de repère socio-politiques que devrait posséder le spectateur en temps normal, qui se retrouve dès lors, obligé de se raccrocher de toutes ses forces, sur les seuls épaules robustes que possède cet ex agent, qui fut trahis par ses supérieurs hiérarchiques !...

Avec l'agent secret Jocelyn Beaumont, Jean-Paul Belmondo nous offre un personnage quasi inoubliable, racé à souhait et haut en couleur, bref, il s'agit là d'une vraie gueule cassée qui est prête à mourir, afin de permettre que s'accomplisse l'acte final de son plan de vengeance ambitieux, culotté mais 100% kamikaze !...

En outre, on peut considérer que les rides de maturité marquant le visage de Belmondo et l’œil plissé de son personnage Jocelyn Beaumont, savent accentuer à merveille, la noirceur désenchantée et l'amertume globale se dégageant du récit, - à ce niveau, je salue l'idée du metteur en scène Georges Lautner, d'avoir su mettre en place un face à face si dur et si relevé, entre 2 personnages tellement charismatiques et intrigants, incarnés par l'excellent Robert Hossein (l'inspecteur Rosen) et notre Bébel national !... ^^

De plus, il est impossible de ne pas constater que la réussite globale du "Professionnel" résulte de l'association unique et quasi magique, existant entre une musique aussi tragique que belle, et un récit atypique, qui arrive à alterner avec une parfaite cohérence narrative, des scènes porteuses d'un si grand pessimisme politique, avec paradoxalement, des plages d'humours parfois quasi comiques, qui savent alléger le récit, pour faire marrer à gorge déployée le spectateur durant de longues minutes [ cf, la "scène mythique de la gifle", se déroulant dans le bar, entre Jocelyn Beaumont et le teigneux inspecteur Farge ! (Bernard-Pierre Donnadieux) ].

Faut-il préciser que ces savoureux instants d'humour, sont constamment circonscrits aux dialogues percutants que nous offre l'ex agent secret désabusé Jocelyn Beaumont ? (les dialogues ont été écrits sur mesure pour Jean-Paul Belmondo par Michel Audiard)...

Pour finir, j'accepte parfaitement l'idée que ce type de personnage et de cinéma puissent être perçu par certaines personnes (nées à partir de la fin des années 80), comme étant surréaliste, "daté" et caricatural, car il n'y a effectivement aucun réalisme dans "Le Professionnel" puisqu'il s'agit d'un pur divertissement appartenant à une époque lointaine, - bref, si vous n'avez pas connu cette courte période de la fin des années 70 s'étendant vers le milieu des années 80, alors il me semble nécessaire de jouer un peu le jeu lorsque vous visionnerez "Le Professionnel" ! ô-;- ))
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2008
Oui, ce film est un grand film, un de ces films qui ne se démodent pas, qui appartiennent au patrimoine.
Passons tout de suite sur la musique de Morricone, devenue aujourd'hui un classique, pour en arriver au cœur même du film.
Au risque de contrarier l'auteur de l'unique commentaire négatif présent ici, "Le Professionnel" n'est pas un film d'action, c'est un film politique. L'action n'est qu'un gadget, au regard du message politique et n'a été ajoutée au scénario que parce que Belmondo (en grande forme et comme souvent très bon) occupe le rôle principal.
Alors bien sur, on comprendra d'autant plus facilement le message politique que l'on se souviendra de ce qui s'est passé entre le Tchad et la France il y a maintenant un peu plus de 30 ans. Si les noms de Pierre et Françoise Claustre, d'Hissein Habré et Goukouni Oueddei et bien sur du Commandant Pierre Galopin ne vous disent rien vous passerez sans doute à côté d'une partie du message, mais sachez simplement que ce film est un éclairage cruel sur ce qu'a pu être la politique africaine de la France, sur ce que peuvent être les conséquences humaines et individuelles de la raison d'Etat...
Ainsi, il n'y aurait pas un trop gros effort intellectuel à faire pour voir dans le Malagawi du film le Tchad de la réalité, dans le Dictateur Njala du film Hissein Habré et dans Joss Beaumont du film ce qu'aurait pu être le devenir du Commandant Galopin.
Non réellement, ce film est un grand film, incontournable et indispensable.
22 commentaires|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2015
Film d'action à consonance politique.
Ce film est avant tout un divertissement.
Film chargé de sens.
Ce film est une affaire d'hommes.
Amitiés, complots, trahisons... et au bout la mort.
L'Etat, l'armée et un homme seul.
Belmondo toujours lui-même.
Il fut l'un des meilleurs interprètes de sa génération
De la Nouvelle Vague (Godard) à Deray (Borsalino), il a touché à tout : cinéma populaire comme cinéma d'auteurs.
Sa filmographie est riche et mérite qu'on s'y attarde.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sur une musique devenue classique de Ennio Morricone, le grand compositeur des musiques des très grands westerns de Sergio Leone (Il était une fois dans l'Ouest (Édition simple),Le Bon, la brute et le truand (Édition simple),Et pour quelques dollars de plus notamment)) - musique reprise pour soutenir, hélas, un spot publicitaire d'aliments pour chien, quelques années plus tard - Belmondo nous régale.

Officier des renseignements français, le commandant Joss Baumont (Belmondo très convaincant) est envoyé en mission dans un pays d'Afrique Noire pour tuer son président N'Djala, brute totalitaire. Dénoncé, Baumont est fait prisonnier. Les années sont passées. Il s'évade. Et là commence le grand art avec le retour en France de cet homme trahi.

Pourquoi revient-il ? Quelle menace présente-t-il ?

Le retour du justicier. La totale surprise. Le rocambolesque. Le clin d'oeil aux Les tontons flingueurs (la scène du "pain" dans la figure de l'industriel de la glace, dans l'hôtel). L'action. La politique également, bien sûr. Les traîtrises. L'honneur.

Un western moderne ? Oui dans le terrible duel entre le commissaire de police Rosen (Robert Hossein) et Joss Baumont.

"Les Professionnels", filme de Georges Lautner produit en 1981, n'ont décidément, pour le bonheur du spectateur, pris aucune ride.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2015
Ce film est travail très reposant et divertissant.
Le script est excellent avec la participation de Bébel ,un rôle qui lui colle à la peau.
J'aime entendre parler: "de raison d'état car c'est vraiment gratuit."
Et on peut concerner n'importe qui.
ce film en est preuve. Je le recommande.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Contrairement à l'un des commentateurs, je trouve que le film n'a pas vieilli sur le fond. Certes, nous sommes plongés dans une autre époque avec des tenues vestimentaires qui ont changé, des voitures d'un autre temps...Cependant, le thème traité par ce film est à mon sens universel. Un agent de l'état exécute les ordres qu'on lui a donnés avec beaucoup de professionnalisme, mais en raison d'un changement de politique brutal, il est trahi, "donné" à son ennemi et va subir le bagne.Il en sortira mais décidera de se venger...

Le thème est touchant et questionne bien sûr tout le monde sur l'idée de justice liée à la politique: doit-on sacrifier un individu irréprochable en raison d'une erreur d'état ou doit-on avouer sa faute et risquer des représailles pour sauver un serviteur de l'Etat?

Nous assistons, dans ce film, à la révolte de l'individu contre l'injustice politique et sa lâcheté. Mieux vaut pour le protagoniste perdre son confort matériel, sa tranquillité, ses amours et risquer sa vie plutôt que de renoncer à la justice et ensuite à la vengeance contre ses traîtres.

Belmondo, dans le rôle du professionnel trahi, est exceptionnel: combattif, doué d'une excellente répartie, plein d'humour et de dynamisme. Il est touchant, amusant et vif.

Un film à voir, servi par la magnifique musique d'Ennio Morricone.
88 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2015
En plus d'être un bon film d'action, le message véhiculé par ce film inspiré d'une histoire vraie est bouleversant, et notre Bebel est grandiose à la tâche !
Très très bon film avec une bande son de Ennio Morricone splendide !! Chi mai !!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2015
RECEPTION CONFORME PRODUIT DE BONNE QUALITE TRES BIEN EMBALLE ;
JE RECOMMANDE CE SITE, PAS DE SOUCI J'AI CHOISI LE POINT RETRAIT CETTE FOIS;
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2014
super produit conforme au descriptif et a la photo et un super petit prix vraiment génial ce site je suis ravie
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2014
je l'ai acheté pour l'offrir à mon mari qui est un fan de Jean-Paul Belmondo, film très connu, un classique
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,77 €
6,18 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)