undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

7
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
cette édition de walls of jericho contient aussi les titres du mini LP 5 titres qui initiait la discographie d'helloween dont le génial victim of fate. le résultat est une collection de titres énergiques qui empruntent la dextérité des guitares à maiden, la fougue au thrash, et cela donne des morceaux à tiroir où les riffs et les rythmiques scotchent l'auditeur de bout en bout;
les autres réussites sont ride the sky, phantom of death et surtout how many tears. ces quatre titres sont de très haute volée et place la barre très haut pour la suite de la carrière de ce jeune groupe allemand influencé par la new wave of british heavy metal, mais aussi par les rythmes nouveaux du thrash.
le reste de l'album n'est pas en reste avec des titres efficaces tels reptile ou encore judas et tout cela sans se départir d'un côté positif et second degré, développé surtout par la suite (keeper of the 7 keys pt2) et déjà sous-jacent voire prétexte à un titre, gorgar.
la production est brute de décoffrage, comme souvent pour un premier album, ce qui vaudra notamment à victim of fate un lifting à peine quelques années plus tard, michael kiske remplaçant kai hansen, le guitariste qui officie au chant sur ce premier album.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ils ont, depuis, beaucoup joué de leur image, de ce nom en forme de jeu de mot et des citrouilles l'accompagnant mais, en 1985, Helloween est loin de l'exploitation commerciale et du metal accrocheur qui les rendra célèbres. En 1985, Helloween est à l'avant-garde du speed metal européen et plus précisément allemand, et Walls of Jéricho, implacable déclaration d'intention, un classique si différent du reste de la carrière de la formation qu'on aurait presque tendance à l'oublier.
Et si Walls of Jéricho est si différent de ce qui suivra, ça tient tout simplement au vocaliste menant la charge. Au chant mélodique et puissant d'un Michael Kiske ou d'un Andy Derris, les deux qui le suivront au poste, Kai Hansen, qui continuera évidemment en tant que guitariste et compositeur avant de se sentir à l'étroit et de lancer son Gamma Ray, préfère une approche plus barbare et éraillée, qui colle parfaitement à l'écriture sans compromis alors développée par la formation. De fait, pas de ballade en vue, pas de refrain "fête de la bière à Munich" non plus mais un metal, largement inspiré de modèles britanniques tels que Judas Priest et Iron Maiden, mais plus vite, plus fort, parce que ce Helloween première période veut tout casser, et en a les moyens. C'est déjà évident sur le EP éponyme qui ouvre le bal de cette réédition agencée chronologiquement, ça l'est encore plus pour l'album, ce Walls of Jéricho qui, avec quelques autres (de Grave Digger, de Running Wild  et de Rage, alors connu sous le nom d'Avenger) contribuera largement à lancer la vague power/speed metal qui frappera très fort une Allemagne qui ne s'en est toujours pas remise, étant entendu qu'Helloween sont les meilleurs du lot tout simplement parce qu'ils ont les meilleurs chansons, la meilleur maîtrise de l'idiome, la meilleure reconstruction accélérée d'icelui aussi, bref, le bon cocktail au bon moment.
Et la recette du succès c'est que vous connaissez déjà tout ça à part la saine et entraînante vitesse d'exécution où, en résumé, un titre rapide d'un aîné (Judas Priest au hasard) passe ici pour un aimable mid-tempo. Une bonne petite claque qui vous accroche d'emblée avec un speed, énergique et accrocheur Ride the Sky doté d'un exemplaire démonstration de double guitare qui plus est, comme son pendant de la seconde partie, How Many Tears, celui-ci encore plus travaillé avec un beau long break instrumental que ne renierait pas la Vierge de Fer, mais aussi un Guardians en implacable rifforama, le thrashy mid-tempo Gorgar pour l'écrasante puissance de ses riffs, ou encore Judas, la bonus track de bon ton où on sent déjà Helloween transiter vers sa seconde phase, plus mélodique, plus pop oserait-on. Mais ici, avec l'énergie de la jeunesse, un matériau déjà bien rodé dans les clubs de Germanie et donc efficacement troussé en studio, Helloween est le parfait exemple, le maître étalon d'une petite révolution du heavy metal, une qui ne vient pas d'Angleterre pour une fois.
Evidemment, les deux Keeper of the Seven Keys sont toujours chaudement recommandé, plus loin on conseillera de jeter une oreille sur l'excellent The Dark Ride, mais, vraiment, c'est ce débutant Walls of Jéricho qui emporte la timbale et continue, 30 ans après sa sortie, de gagner moult voix chez de jeunes chevelus qui, pourtant, n'étaient même pas un distant projet dans la tête de leurs géniteurs. Et ça c'est le signe, le signe que ce premier Helloween est ce qu'il est convenu d'appeler un classique, tout simplement. Et tant pis si les bonus de cette édition Deluxe (le second cd donc, ne sont pas franchement inoubliables.

CD 1
1. Starlight 5:17*
2. Murderer 4:26*
3. Warrior 4:00*
4. Victim of Fate 6:37*
5. Cry for Freedom 6:02*
6. Walls of Jericho/Ride the Sky 6:45
7. Reptile 3:45
8. Guardians 4:19
9. Phantoms of Death 6:33
10. Metal Invaders 4:10
11. Gorgar 3:57
12. Heavy Metal (Is the Law) 4:00
13. How Many Tears 7:15
14. Judas 4:43
* EP 1985

CD 2
1. Murderer (remix) 4:34
2. Ride the Sky (remix) 6:46
3. Intro/Ride the Sky (live) 7:17
4. Guardians (live) 4:26
5. Oernst of Life 4:46
6. Metal Invaders (demo version) 4:37
7. Surprise Track (White Christmas - I'll Be Your Santa Claus) 2:08

Kai Hansen - Vocals, guitar
Michael Weikath - Guitar, cover concept
Markus Grosskopf - Bass
Ingo Schwichtenberg - Drums
&
James Hardaway - E-mu Emulator II
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 décembre 2004
De par ses mélodies, et sa maitrise instrumentale inimitable, Walls Of Jericho est et restera un classique ultime du Hard Rock. Pas la peine d'un discours, vous avez compris : Cet album est INDISPENSABLE !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ouah, le choc !
Oui, un véritable choc la première fois que j'ai posé cet album (posé, car c'était du vinyl à l'époque !) sur ma platine. Exactement ce que je recherchais : Vitesse d'exécution, mélodies imparables avec ce qu'il faut d'agressivité et refrains à reprendre à tue-tête.
Il faut dire que ce premier album d'Helloween démarre très fort avec son intro à faire tomber les murs (de Jericho) et ce "Ride the sky" qui déboule à cent à l'heure. Pour moi, l'un des meilleurs titres, toutes périodes confondues, de ce groupe. Ca donnait tout de suite le ton. Car la suite, sans être aussi géniale que ce premier titre, montre un jeune groupe en pleine forme qui a de l'énergie à revendre. Le tempo ne faiblit pas (excepté sur le sympathique "Gorgar" où l'on découvre un autre aspect du groupe : l'humour.)
"Heavy Metal (is the law)", enregistré en faux-live, donne bien la pêche et le superbe "How many tears" qui clôt l'album laisse augurer des lendemains qui chantent pour ce jeune combo allemand.

La version CD renferme les 5 titres du mini-album "carte de visite" sorti l'année précédente (1985) et qui contient 2 joyaux : "Victim of fate" et "Cry for freedom". On y a ajouté aussi le single "Judas", sorti lui juste après l'album "Walls of Jericho". Le point commun de tous ces titres est que le chant est assuré par Kai Hansen, guitariste du combo, avant que celui-ci ne cède sa place au micro à l'emblématique Michael Kiske avant l'enregistrement des 2 "Keeper". Mais ceci est une autre histoire. Et, même s'il est certain que Kiske est bien meilleur chanteur que lui, j'avoue trouver encore aujourd'hui un certain charme à ce chant d'écorché.
Alors, forcément, Helloween n'a pas encore atteint son point culminant avec cet album mais il montre vraiment un groupe au talent de composition et d'interprétation certain. Il mérite les 5 étoiles car, dans le contexte de l'époque et sans connaître la suite (les fabuleux "Keeper"), ce "Walls of Jericho" fut un véritable électro-choc pour de nombreux fans de Metal. Une nouvelle génération de groupes allait pointer le bout de son nez, Helloween avait montré le chemin. Suivez les citrouilles...
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 octobre 2008
Comment passer à côté de cet extraordinaire premier album bourré de speed vitaminé, titres gorgés jusqu'à la gueule d'énergie communicative, plein de bonne humeur assuré. A replacer dans son époque bien sûr côté production mais bon, prenons un chanteur qui assure grave dans les aigus, des gratteux inspirés, une ambiance 'maidenesque" sans pompage trop grossier, passages instrumentaux sublimes, rien à jeter que du bon et une belle carrière qui s'ouvre devant ces Teutons excités. Le speed classieux d'Helloween est né et règnera un bon moment, d'autres s'y essaieront avec plus ou moins de succès !! Un album à se procurer d'urgence et à consommer sans modération !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 mai 2010
Sorti en '85, cet album donne un excellent aperçu du Metal de l'époque : Speed, mélodie, excès de saturation. L'heure était au Trash Metal et, bien que n'officiant pas à proprement parlé dans cette catégorie, Helloween partageaient pourtant avec Metallica, Slayer ou Kreator (à plus forte raison) la technicité, le son et l'énergie propre à ce style... Si ce n'est en plus mélodique, plus "joyeux" (leur côté 'Happy Happy Helloween')
On peut reprocher à cet album sa production et ce son un peu fouilli mais, mine de rien, ça lui donne un côté "live" plutôt agréable qui restitue parfaitement l'énergie de leurs concerts, considérant que le Helloween de l'époque était surtout un excellent groupe en concert (à voir les vidéos de leurs concerts période 85-87 sur YouTube).

Ni meilleur ni moins bon que ses successeurs, cet album capte Helloween à une période où le groupe était bourré d'énergie et de bonne humeur.
Gros son, gros riffs, énergie, excès dans la voix, excès dans la vitesse (mais pas du tout dénué de mélodie et d'inventivité pour autant, au contraire), paroles montrant les VRAI valeurs du métal... Si Black Sabbath et le Doom Metal n'existaient pas, cet album pourrait être un archétype de ce qui fait qu'on aime le métal. (mais ça serait exclure l'aspect "multiple" du Metal qui à fini par le caractérisé dans la décennie suivante)

Comme ils le disent si bien dans une des chansons de l'album : "Heavy Metal is the law that keeps us all united and free !"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 10 avril 2015
All perfect , puntuation 10 , item in perfect state , thanks a lot!! Hope to buy more item to you!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


My God-Given Right
My God-Given Right de Helloween (CD - 2015)