undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Mahler : Symphonie n° 2 "Résurrection"
Format: CDModifier
Prix:7,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 juillet 2012
L'orchestre sonne comme il n'a jamais sonné, sans doute du fait d'une prise de son et d'une post production de luxe. Ah, si Bernstein avait pu en profiter ! L'avantage, c'est que c'est une magnifique porte d'entrée vers ce chef d'oeuvre. Mais l'entrée, pour la dépasser il faudra aller voir, dans des conditions certes moins confortables du côté de Walter, de Klemperer, de Tennstedt, ou pourquoi pas de Chailly à Leipzig! Boulez lit intelligemment une partition qui réclame un peu plus ; et c'est peut-être également la limite de cet orchestre, de manquer d'exigence interprétative si on ne le sollicite pas dans ce sens.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 février 2013
Décidément, Boulez est convaincant dans Mahler. La richesse sonore de l'orchestre est en parfaite harmonie avec la complexité de l'écriture. Mention particulière pour la mezzo Michelle DeYoung.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les dernières décennies ont vu s'imposer une esthétique moins romantique et plus objective qui souligne ce que Mahler avait d'expérimental. Les deux grands représentants de ce style d'interprétation sont Pierre Boulez et Michaël Gielen remarquables à la foix par leur clarté et leur fluidité.
1. Pierre Boulez applique à Mahler les techniques qui sont celles des "baroqueux" : il ne joue rien que la partition mais aussi toute la partition. Et c'est cela qui fait la différence. Chaque nuance instrumentale voulue par le compositeur est ainsi restituée. On pourra reprocher aux lectures analytiques de Boulez une grande froideur et lui préférer le souffle romantique de Tennstedt propre à déplacer les montagnes.
2. Il est accompagné par le Wiener Philharmoniker qui était l'orchestre de Mahler : les musiciens, rompus à ce style de musique, sont de premier plan et s'adaptent sans difficulté aux exigences du chef.

On appréciera d'autant plus cette interprétation qu'elle est magnifiée par une prise de son parfaite, attentive au moindre détail sans que jamais la grande ligne soit absente.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
34 sur 45 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 juin 2006
Y a pas à dire Boulez, Vienne et l'ingénieur du son Rainer Maillard, nous ont livré des Mahler 3, 5 et 6 d'exception. Par le souffle, la matière sonore quasi charnelle et la profondeur de champ saisissante (tant Maillard semble être sans égal dans son savoir faire), par une vision qui creuse la partition dans ses moindres inflexions de tempi et de dynamique et qui fait naître l'émotion et la puissance de la musique non pas par une lecture illustrative de la biographie du compositeur mais simplement de sa musique, telle qu'elle est écrite noire sur blanc. C'est d'une beauté, d'une mécanique savamment reconstruite et implacable qui révèle le véritable génie de Gustav Mahler.

A vrai dire, après son totenfeir glacial et désincarné (couplé avec Zarathoustra de Strauss, Chicago), je pensais que ce travail trouverait dans cette oeuvre ses limites, et bien non! Porté par un orchestre somptueux et incandescent, par le talent de M. Deyoung et d'une Schäfer en état de grâce, j'ai découvert une autre forme de résurrection.
Sans jamais en faire des tonnes, sans jamais rien surligner ou surjouer (Mahler n'a définitivement pas besoin de ça!), on est ébahi par la beauté de l'ensemble, par le souffle, la très subtile poésie et l'émotion à fleur de peau livrée ici sur un peu plus de 80 min! Vraiment Génial.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 mars 2012
Découverte pour ma part de l'oeuvre et du chef d'orchestre.
Une oeuvre magistrale, une interprétation éblouissante et pour couronner le tout une prise de son et une restitution de très haut niveau.
A se procurer sans hésitation.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 22 avril 2014
Boulez dirige cette symphonie de Mahler avec le brio qui le caractérise. Une résurrection qui ne passe pas inaperçue !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Malher : Symphonie n°5
Malher : Symphonie n°5 de Pierre Boulez (CD - 2009)