undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:9,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 octobre 2014
L'éditeur Bach Films nous exhume ici un film d'épouvante britannique méconnu, réalisé en 1960 par un réalisateur habitué des séries TV cultes ("Chapeau melon et bottes de cuir", "Le Saint", "Mission impossible", "Mannix", "Hawaï police d'État", "Kung Fu", "Shaft", "Drôles de dames", "Magnum", "Deux flics à Miami" et "Arabesque" !) et dont ce fut en définitive l'un des seuls longs métrages : John Llewellyn Moxey.

Le film développe une intrigue extrêmement classique à base de sorcellerie et de malédiction, qui voit une sorcière brulée sur le bucher revenir d'entre les morts afin de se venger de ses bourreaux. Comme dans d'autres classiques du genre (Le Masque du Démon de Mario bava sorti la même année, ou encore La Malédiction d'Arkham, réalisé par Roger Corman en 1963), la première scène nous montre l'exécution de la sorcière, puis le film fait un bond en avant de plusieurs siècles pour nous amener sur les lieux de la malédiction...

Bien que "La Cite des Morts" ("City of the Dead" ou bien "Horror Hotel" en VO, selon le pays dans lequel le film fut distribué !) ne possède pas la classe picturale des deux autres films mis entre parenthèses, car ne bénéficiant pas de la présence d'un grand metteur en scène, le film n'a pas à rougir de la comparaison sur le terrain de l'ambiance gothique, tant il étend magnifiquement son aura ténébreuse, toute en brumes diaphanes et séquences sacrificielles malsaines.
La présence de Christopher Lee dans un rôle machiavélique apporte à elle seule ses lettres de noblesses à cette excellente série B, parfaite pour une nuit de Sabbat sous la lueur tamisée des bougies en forme de citrouilles...

Au delà de son interprétation surjouée et de son style naïf aujourd'hui suranné, voilà tout de même un joli petit classique du cinéma d'épouvante.
Malgré sa jaquette affreuse et son image tout juste potable, cette édition est tout de même bienvenue dans la mesure où elle nous offre l'occasion de redécouvrir ce petit bijou oublié. A condition néanmoins d'éviter la VF, absolument insupportable car interprétée par des acteurs qui n'en sont pas et qui récitent platement le texte...
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film en noir et blanc réalisé par John Llewellyn Moxey date de 1960. Dans le bourg de Whitewood (Nouvelle Angleterre) en 1692, une sorcière Elizabeth Selwyn (Patricia Jessel),
brûlée vive, jure de se venger. 3 siècles plus tard, une étudiante Ann Barlow (Venetia Stevenson) retourne sur place sur les conseils de son professeur en occultisme Alan Driscoll (Christopher Lee). Elle va loger dans un hôtel tenu par Mme Newless (qui est en fait E. Selwyn réincarnée) et va trouver un village étrange dans les brûmes vespérales...
puis disparaitre (va-t-elle être victime d'un sacrifice rituel ?). Son frère Richard (Dennis Lotis) inquiet va venir faire son enquête...
Moxey s'est fait connaitre par une série d'adaptations d'Edgar Wallace. L'ambiance du film est parfaitement inquiétante avec un Christopher Lee que l'on voit surtout au début et à la fin mais dont la présence contribue au fantastique. L'image est correcte sans plus. Je regrette qu'elle ne soit pas en couleurs. En bonus, juste la bande annonce. Un bon film à redécouvrir.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)