Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST DECEMBRE 1979 N°137 Page 90
2° Album 1979 33T Réf : Sonopresse UAG 30264
Si on le compare à Rainbow, qui est l'autre fils légitime de Deep Purple, Whitesnake manque sans doute d'apparat, confronté au hard noir et or du lunatique Blackmore. Par contre, il l'emporte allègrement en...
Publié le 1 février 2012 par VIRY 02

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "Lovehunter" : l'autobiographique Lovehunter !
Ce "Lovehunter" d'un Whitesnake à la pochette provocante (publié en Octobre '79) est le second LP du groupe, avec la même formation qui enregistra "Trouble".
La production y est également effectuée par Martin Birch. Sans être renversante elle apparaît à l'image du groupe simple sans prétention, et le premier morceau...
Publié il y a 22 mois par Voodoo.


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST, 1 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lovehunter (CD)
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST DECEMBRE 1979 N°137 Page 90
2° Album 1979 33T Réf : Sonopresse UAG 30264
Si on le compare à Rainbow, qui est l'autre fils légitime de Deep Purple, Whitesnake manque sans doute d'apparat, confronté au hard noir et or du lunatique Blackmore. Par contre, il l'emporte allègrement en fraicheur. L'on aurait pu croire qu'avec des gens comme Coverdale, Lord, Mick Moody, tous vieux routiers du rock, Whitesnake ne devait être qu'un groupe pratiquant avec efficacité une musique sans surprise. Il n'en est rien et la fraicheur de ce groupe est tout à fait étonnante que ce soit sur scène où Whitesnake engendre la fête sans problème ni clichés, ou sur disque, ou il arrive toujours à faire sentir une vitalité qui ne veut pas faiblir, loin de là. "Lovehunter" est donc un très bon disque, excitant, bourré d'un rock bien juteux qui flatte le palais des vieux buveurs de hard que nous sommes. Pourtant ce n'est pas du hard-rock à proprement parler, et c'est là un des signes de la fraicheur de Whitesnake ; il a su créer, au confluent de la soul music et du hard rock, une musique qui lui soit personnelle, qui riffe et qui ondule, qui a les pulsations toniques du hard et des langueurs extasiées de la soul sans jamais pouvoir être cataloguée dans l'un ou l'autre registre. Le registre est tellement parfait, tellement bien vécu par la personnalité du leader David Coverdale, que l'on découvre et déguste une originalité musicale à part entière et non pas un groupe de vieux tâcherons pratiquants, faute d'idées, des exercices de style, ce qu'aurait pû être Whitesnake, et ce qu'il n'a jamais été grâce à la vigilance de Coverdale et de ses deux principaux complices, les guitaristes Mick Moody et Bernie Madsen (Lord n'est dans Whitesnake qu'un comparse, tant mieux d'ailleurs). Au lieu de laminer indéfiniment à force de salves de guitares "chauffées à blanc", où de faire du pseudo-funky trop blanc pour être honnête, Coverdale et ses hommes ont choisi dans chaque domaine ce qui leur plaisait le plus, ce qu'ils sentaient le mieux, et se font leur petite musique à eux pour se faire plaisir , sans d'autres alibis que prendre du bon temps et de nous en procurer. Bien jouer une musique qui rend un suint de bien-être profond, tel est le seul but de Whitesnake, et le talent immense de ses membres en la matière (surtout celui de Coverdale) fait qu'ils y réussissent à merveille. Pour froide soirées d'hiver.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un classique, 30 juillet 2010
Par 
DUNCANIDAHO "DUNCANIDAHO" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lovehunter (CD)
Comme avec "Trouble" le disque précédent, cet album superbe dessine les futurs contours de ce que serait ce Whitesnake fait à la mesure de David Coverdale, chanteur de la troisième formation de Deep Purple et qui allait devenir une star.
Hard rock teinté bluesy, mélange détonnant de swing chaloupé et de riffs robotatifs, chevillée autour du duo Duck Dowles/Neil Murray la musique de Whitesnake s'épanche dans des pièces nerveuses et mélodiques : le splendide "Walking In The Shadow Of The Blues", les plus directs "Medicine Man" "Mean Business" sans oublier le classique "Love Hunter".
Le hard rock de Whitesnake donne la part belle aux deux guitaristes, le furieux et rondouillard Bernie Marsden et le zigzagant Micky Moody l'as du slide. Maitre Jon Lord devenu discret apporte son du avec des interventions bien placées aux claviers.
Quant à Coverdale il explose sur ce disque, lui qui était un peu immature et poussif avec Deep Purple se révèle enfin comme un des plus grands chanteur de sa génération au coté des Klaus Meine et Ronnie James Dio.
Un album qui sera suivi de bien d'autres joyaux...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "Lovehunter" : l'autobiographique Lovehunter !, 10 décembre 2012
Par 
Voodoo. (in the south of witches valley.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lovehunter (CD)
Ce "Lovehunter" d'un Whitesnake à la pochette provocante (publié en Octobre '79) est le second LP du groupe, avec la même formation qui enregistra "Trouble".
La production y est également effectuée par Martin Birch. Sans être renversante elle apparaît à l'image du groupe simple sans prétention, et le premier morceau introduisant ce disque un sympathique "Long Way From Home" présente, comme un groupe de potes pratiquant un hard/blues (soul aussi) pour le fun. Au niveau des grosses (and sweet) satisfactions, il y a cet énorme et autobiographique "Walking In The Shadow Of The Blues" où Coverdale nous convainc que ce chanteur love the blues, il y a ce chaud "Medicine Man" du pur Coverdale (ce doctor of love), un boogie "Mean Business" au solo de Jon Lord, et ce sacré "Love Hunter" où ça swingue sévère. Mais même si le groupe progresse et en impose avec ses deux guitaristes, Micky Moody souvent à la slide et Bernie Marsden qui chante aussi, il y a encore des titres plus anodins.
Mais ce que l'on retient surtout, c'est ce feeling chaud et décapant qui suinte sur ce "Lovehunter" sympathique, qui se clôt sur un p'tit mot de Coverdale, for the fans, avec "We Wish You Well".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 incontournable, 13 mai 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lovehunter (CD)
Cette réedition remasterisée avec inédits est superbe.
"Love hunter" est pour moi le meilleur album du Whitesnake 77/87 avant l'arrivée de Sykes.
Les compositions teintées de blues sont superbement interprétées, Madsen et Moody sont au top et la voix de Corverdale n'a jamais eté aussi sensuelle. Un vrai bonheur.
"Walkin' in the shadow..."; "Help me thro the day"; "lovehunter" ou "Ain't no love..." sont de grands titres. Magnifique album!
A redécouvrir!! 30 ans après!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Lovehunter
Lovehunter de Whitesnake (CD - 2006)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit