undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav_HPTV Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles6
4,2 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 avril 2009
Premier véritable album de whitesnake, le groupe avait déjà sorti un ep snakebite de bonne facture (certains morceaux figurant sur la réedition de cet album), le groupe trouve rapidement la recette magique, il faut dire que le frontman david coverdale (ex-deep purple) possède une des plus belle voix du hard rock, un hard bluesy qui met en relief son bel organe, john lord et Ian paice (tiens tiens, ça fait une bonne partie du pourpre profond) viendront apporter leur savoir faire à leur ami, encore un gage de qualité. Ceux qui recherchent du rentre dedans, de la technique à outrance ne trouveront pas leur bonheur ici, whitesnake c'est avant tout du fun, de belles mélodies, du swing, du feeling, pas de prise de tête et une certaine forme de bonne humeur et d'insouciance propres aux seventies, et croyez-moi ça fait du bien parce qu' aujourd'hui c'est pas vraiment la joie...
Cet album est donc un excellent palliatif à la déprime, à consommer sans modération, seul ratage cet vilaine reprise des beatles "day tripper" molle et inutile.
22 commentaires7 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 10 décembre 2012
Ce "Trouble" du Whitesnake de David Coverdale, est le premier disque de ce nouveau groupe, pour ce chanteur qui a passé quatre ans au sein de Deep Purple en remplacement de Ian Gillan.
Coverdale avait auparavant réalisé deux albums, sous son propre nom "D.C's Whitesnake" en '77, et "North Winds" en '78 (avec Micky Moody aux guitares). Puis un groupe va émerger de cela débouchant sur un E.P de quatre titres, intitulé "Snakebite" où l'on retrouve notamment un "Come On" et surtout une reprise qui constituera un point fort de leurs shows, l'imparable "Ain't No Love In The Heart Of The City". Désormais accompagné à la seconde guitare de Bernie Marsden, du bassiste Neil Murray issu du jazz-rock, du batteur Dave Dowle (qui restera le temps de deux albums), et du keyboards Pete Solley (qui est crédité comme invité). C'est durant les sessions de "Trouble" premier album sous l'appellation de Whitesnake donc, que fut recruté Jon Lord (en personne). Produit par Martin Birch et publié en Octobre '78, les titres qui en ressortent sont surtout le fonceur "Take Me With You" le single "Lie Down" et le terrible blues "Trouble" (le reste étant plus anodin). Le groupe se cherche encore proposant des titres blues ou des ballades, un instrumental et une reprise ("Day Tripper") des Beatles.
Ce premier essai qui sera publié avec deux pochettes différentes, dont une réalisée pour les U.S.A. (un serpent sur un fond blanc encore plus tueur), est plus encourageant que réellement marquant, mais peu importe le meilleur est à venir.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
excellente réédition, avec pochette originale (le logo des concerts), et qui était aussi celle de la K7 (au recto) à l'intérieur d'un superbe livret 10 pages, photos couleur, noir et blanc du line up quasi idéal (c'est D."Duck"D., qui est aux baguettes en attendant Ian Paice, mais son jeu va parfaitement avec l'ESPRIT hard, l'âme bluesy, le feeling discrètement soul du Serpent). Premier album de la série qui va hanter nos oreilles jusqu'en 1987. Les photos sont très belles, les garçons décontractés, naturels, tee-shirts, basketts, il y a même une photo de D.C. avec une six cordes, qui "jame" avec Micky Moody ! A part celle-là, les autres sont très sympas mais classiques, (l'inévitable pose, micro devant la couture du jean ...., on ne se refait pas !). Toutes les paroles sauf celles de "Day-erreur-Tripper" sont là. Le contenu est connu, tout confort, et ne vieillit pas DU TOUT ! on ne peut pas en dire autant de "Bad for bad".... "Take me with you", "Love to keep you warm", et "Lie down" pour ouvrir ...., et l' inusable "Troube", le "Mistreated" de Whitesnake, accompagné des morceaux du mini album : le génial "Come on" dont je recommande VIVEMENT la vidéo du clip studio sur You Tube, Coverdale, est absolument géant, drôle, classieux, au dessus du lot, l'hilarant "Bloody Mary", hymne aux "Volcans d'Auvergne" des pubs londoniens, et bien sûr "Ain't no love", morceau de bravoure de tous ses concerts. Au risque d'être ringard, has-been, usé, je suis fan absolu pour pas mal d'années encore de ces types ! GENIAL
66 commentaires2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 29 décembre 2010
Premier véritable album du Serpent Blanc ce "Trouble" posa les bases de la future direction musicale du groupe.
Hard songs bluesy, rock matinés de soul et quelques fois de funk (en fait ce que Coverdale avait commencé à faire avec "Come taste The Band " de DP (*)), deux guitaristes complémentaires : le zigzaguant Mickie Moody le roi du slide et le plus rock Bernie Marsden.
Neil Murray l'empereur du "walkin' bass" est déjà là, sa seigneurie Jon Lord vient d'arriver et la batterie est tenu pour deux disques encore (et la moitié du live) par le rugueux Duck Dowles.
Cet album contient de grands classiques que le groupe jouera longtemps sur scène "Trouble" "Lies Down" (ah la poésie machiste de Coverdale !!) et en bonus les quatre morceaux de l'EP "Snakebites" dont le superbe "Ain't no Love in the Heart of the City".
Lors de ma critique du "Live at the Hammersmith" des amis m'ont reproché de ne pas avoir dit du bien de Coverdale (pour moi cela semblait évident) alors allons y:
Sur ce disque, et sur tous les suivants, Coverdale prouve qu'il s'est définitivement affranchit de son "syndrome Gillan", il est génial, sa voix (à mi chemin entre Paul Rodgers et Robert Plant) est exceptionnelle, ses inflexions toujours justes et il a arrêté de hausser le ton dans des registres qui ne lui conviennent pas (comme il fut obligé de le faire dans DP (*) pour concurencer Glenn Hughes).
Pas de doute, malgré la classe de ses musiciens, Whitesnake est avant tout le groupe de David Coverdale.
Et si vous trouvez que j'exagère écoutez vous en boucle : "The Time is Right for Love".
* DP c'est Deep Purple...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2013
depuis le temps que je l attendais le voici enfin l un des tous premiers albums du sieur coverdale ...et je ne suis pas decu meme si ce n ai pas mon album prefere on sent la machine qui se met en route ....a acheter d urgence!
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2012
bon cd avec une belle formation que du beau monde ,coverdale,lord,paice (deep purple) moody ,marsden
pochette original cd arrivé en bon etat
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
10,00 €