Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A écouter ce disque qui rassemble des oeuvres écrites avant que Mendelssohn n'atteigne ses quinze ans..., 1 décembre 2007
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mendelssohn : Symphonies pour cordes n° 9, 10, 12 ; Concerto pour piano et cordes en la mineur (CD)
...l'on ne pourra qu'être encore subjugué par l'ineffable talent mélodique et la ravissante éloquence de celui que Schumann appelait « le Mozart du XIX° Siècle ».

Avec le London Symphony, John Ogdon a gravé une fringante version des Concertos pour piano opus 25 et 40 (reparue chez Testament).
Au clavier d'un instrument subtilement timbré dans le medium (un Bosendörfer ?), il nous propose ici une lecture finement sentie du juvénile Concerto en la mineur, capté en janvier 1969.
L'acoustique du Kingsway Hall gonfle la pâte orchestrale que Neville Marriner galbe heureusement d'un élan musculeux. Flatté par une prise de son charnue, l'Adagio exhale des parfums paradisiaques.

Les trois Symphonies pour cordes furent enregistrées en octobre 1965 et bénéficient d'une sonorité plus mate et moins épaisse, ce qui souligne la perspective chambriste de ces pages innervées par la science contrapuntique des maîtres classiques.

Dans son intégrale de référence gravée à Leipzig et rééditée par le label Berlin Classics, l'approche de Kurt Masur débusquait l'émoi préromantique qui perce dans ce cycle de jeunesse.
Les archets de l'Academy St Martin me semblent ici se plaire et s'amuser à faire sourdre les échos archaïsants de ces partitions écrites avec déjà tant d'assurance, non exempte de malice, illustrant musicalement ce credo esthétique avoué par Mendelssohn : « composer seulement tel que je l'estime pour le mieux, et tel que ça me donne du plaisir ».

Voilà un album qui ne peut que susciter l'engouement à redécouvrir cette part trop méconnue de la production musicale du compositeur saxon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit