undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:20,66 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Quelle réussite que cet unique album du duo formé de Glenn Hughes (Trapeze, Deep-Purple, Black-Sabbath, Phenomena, G.Moore, et solo) et Pat Thrall (Pat Travers, Meat-Loaf, Asia). Le 1er assurant le chant et la basse, le 2sd les guitares. C'est une excellent production de Hard mélodique, et non de Hard FM dans le sens péjoratif où on l'entendait dans les 80's. Les compositions, même les plus mélodiques, ne sont jamais noyées sous des tonnes d'arrangements sirupeux et nauséeux. Ici, il s'agit bien de Hard-rock, avec un lyrisme trés prononcé. Glenn Hughes est au zénith de son art, passant parfois d'un registre relativement New-wave (nous sommes en 1982) à un chant agressif sans dénaturer la chanson, et sans pousser des cris d'orfraie intempestifs. Inutile de préciser que son jeu de basse est à l'avenant. Quant à Pat Thrall, il est capable de pondre des riffs assassins (le menaçant "Muscle & Blood"), et de passer à un style oeuvrant entre Neal Schon et Steve Lukather avec une aisance déconcertante. Ce qui donne des compositions trés riches, alternant des lignes mélodiques et travaillées à des breaks Heavy-rock primaires et organiques. Attention, la musique de Hughes & Thrall n'est aucunement un ersatz de Journey ou de Toto. Alors que ces derniers sont parfois trés "Pop", voire "Variété" (de qualité), H & T, serait éventuellement plus à rapprocher, dans une certaine mesure, du "Stormbringer" de Deep-Purple ou de "You are the Music..." de Trapeze, avec, évidemment un soupçon des productions de Pat Travers avec Pat Thrall.

Un disque à forte personnalité, difficilement comparable à d'autres productions passées et futures. Souvent imité, jamais égalé.
33 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2010
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MARS 1983 N° 176 Page 96
1er Album et unique (je pense) 1982 Réf 33T Epic CBS 25052
Je dois avouer que je me méfiais assez de cet album, d'où son écoute un peu diffèrée. J'avais bien tort. Certes, Glenn Hughes, co-actionnaire de ce nouveau consortium avait un passé ne plaidant pas vraiment en sa faveur. Il était allé jusqu'à la pitrerie la plus caricaturale avec Deep Purple (malgré de visibles qualités exprimées sur "Burn"). Il avait même posé le groupe à faire du funk contre sa nature. Après la déroute, il s'était tout simplement pris pour Stevie Wonder et improvisé star de la soul. On regretta alors vraiment que le ridicule ait renoncé à tuer. Quant à Pat Thrall, certes guitariste fort compétent, il n'avait jamais passé pour un foudre de guerre, que ce soit dans le groupe de Travers ou dans Go.
Mais le temps a ici réellement bien fait les choses, la métamorphose est totale, et ce disque est une vraie merveille. Voici, en effet, enfin, une synthèse parfaite entre le hard et le funky. L'on avait souvent pressenti des affinités entre ces genres (remember Mother's Finest) mais la mixture essentielle restait à faire. Elle est faite. Glenn Hughes a ici magnifiquement utilisé son tempérament soul, n'en faisait jamais trop, mais accomplissant quand même des prodiges, tant vocalement que du point feeling (torride, really). De son côté, Thrall a beaucoup potassé son Foreigner et son Boston, et il exhibe ici des parties de guitare des mille et une nuits. La production est admirable, le son est énorme, la pression quasi constante (si l'on évacue d'urgence deux morceaux un peu trop sucrés et anémiques): un petit bonheur parfait. Il y a ici des hard singles absolument renversants comme "I got your number", d'autres pièces recherchant un lancinant envoûtement funky qui s'effectue à plein " Beg, borrow or steal", certaines évoquent bizarrement quelques aspects de Police (les plus rhythm'n'blues, et celà fonctionne très bien), d'autres enfin, entretiennent de fastueux climats où la voix de Glenn Hughes retrouve ses meilleurs inflexions (plongez vite dans le fantasmabuleux "First step of love", cela vous arrache le coeur tant tout y est puissant). Bref, voilà une surprise fort bienvenue et une association plus que prometteuse (si elle ne retombe pas en live dans les abus d'antan) Je me repens, Mr. Hughes.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avant l'écoute de cet album j'étais un peu dans les mêmes dispositions que notre ami Hervé Picart, vu le passif de Glenn Hughes dans DP j'étais plus que méfiant.
Que nenni, ce disque est fantastique, Hughes et Pat Thrall qui nous avait déjà habitué à ses rythmiques robotatives et son groove funky sur les trépidants "Puttin' Straight" et "Go for What you Know" de Pat Travers, nous offrent un album puissant sans être brutal, mélodique sans tomber dans la guimauve, un metling pot très réussi entre hard "FM" et funk, le tout mâtiné d'influence soul et blues.
Il y a dans ce disque une poignée de titres réellement géniaux, des très enlevés "I Got Your Number" et "Muscle and Blood", le très heavy "First Step of Love" malgré une intro planante de toute beauté ou le très mélancolique "Coast to Coast".
Pat Thrall comme le dit si bien Picart a révisé son petit "Boston et Foreigner", ses riffs et autres chorus, tendus et lyriques sont un vrai bonheur quant à l'ami Glenn en plus de s'éclater comme un fou avec sa Rickenbaker sur des rythmes funkysants (ça se dit ça ?) a retrouvé une voix normale et a arrêté donc de brailler comme un âne (en plus c'est gentil un âne). Et on découvre avec ce disque que M. Glenn Hughes possède vraiment une très belle voix, avant à part "Holy Man" sur Stormbringer de DP...
Malheureusement disque unique, Hughes ira ensuite louer ses services à Gary Moore, John Norum... quant à Pat Thrall il essaiera de sauver Asia du naufrage.
Reste ce disque splendide qui n'a pas vieilli d'un poil (ou alors si peu).
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2015
Déjà possesseur du vinyle d'époque, et de la première édition CD, je me suis jeté sur cette version "remaster", tellement le son est énorme. J'ai redécouvert cet immense album de hard-rock avec des sons que les mixages précédents n'avaient pas mis en valeur. De plus il y a deux titres inédits qui ne sont pas de vulgaires chutes de studio inécoutables.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2011
Sorti en 1982 voilà un album indispensable pour les amoureux de bonnes mélodies; le son remasterisé est très bon.
Dans la lignée du 4 de Foreigner ou In for the count de Balance mais avec une personnalité propre cet album de Hughes and Thrall est superbe : nerveux et très rythmé (quel travail du guitariste Pat Thrall !!)mais toujours très mélodique (il y a un esprit west coast ou AOR dans cette musique même dans les morceaux Hard rock comme I got your number).
Tout est excellent même si mon morceau préféré reste "hold on your life" un morceau d'anthologie avec couplets fluides presque planant ou atmosphérique; et un refrain typé hard rock. Le titre se termine par un magnifique solo de guitare de Thrall (ça vous prend aux tripes).
parmis les titres bonus j'ai trouvé superbe le premier morceau (quel son et quelle mélodie de grande classe) par contre je n'ai pas aimé la version de Still the night (je préfére et de loin celle de Phenomena bcp plus mélodique).
Conclusion : si vous ne connaissez pas encore cet album je vous demande de l'acheter rapidement, vous ne le regretterez pas (et puis Glenn Hughes quel chanteur sur cet album !)
emmanuelcollin@neuf.fr
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2010
Fantastique de maîtrise.
Les deux bonus représentent un réelle plus value.
Seul bémol, comme la plupart des remasters, il y a un soufle omniprésent qui efface de la précision dans le son. En gros le son du vinyl est plus dynamique.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)