undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles13
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 8 juillet 2011
Plus abouti que le premier album, moins inégal que "Crache ton venin", le troisième disque de Téléphone, "Au coeur de la nuit" (1980) est peut-être celui qui symbolise le mieux le quatuor parisien. Il marque en tout cas l'apogée de leur période rock, avec un son brut hérité des Who et des Rolling Stones (leurs idoles). On retrouve ici plusieurs hymnes du groupe: "Au coeur de la nuit (sans doute la meilleure chanson de Téléphone), mais aussi "Argent trop cher", "Ploum Ploum" (ces deux dernières, aux textes visionnaires, dénoncent déjà les magouilles politiciennes et les prédateurs du capitalisme) et "Fleur de ma ville", première chanson où la bande à Aubert évoque la drogue (il y aura aussi "Oublie ça" sur l'album "Un autre monde"). Le versant engagé est assez prépondérant dans ce disque nocturne et pessimiste: "Seul" et "Les ils et les ons" évoquent l'isolement moderne et une lutte des classes de plus en plus utopique. Mais Jean-Louis, tel un grand frère protecteur, suggère à ses auditeurs d'affirmer leur différence, de ne pas capituler, à travers des titres comme "Laisse tomber" et "Pourquoi n'essaies-tu pas". L'album contient également le premier tube de Bertignac: "2000 nuits", et quelques audaces musicales qui préfigurent les deux disques à venir: "Un homme+ un homme" et ses percus africaines, ou "Le silence", blues acoustique totalement à part dans le répertoire du groupe.
"Au coeur de la nuit" constitue sans doute la porte d'entrée idéale pour découvrir Téléphone, groupe qui a imposé le rock français au pays de Giscard et des Carpentier...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2006
J'avais 13 ans, "Au coeur de la nuit" est sorti, et j'ai tout simplement pris une claque. Téléphone parlait vrai à toute une génération, et même pour ceux qui étaient moins sensibles à leur musique, le mot "respect" s'imposait... naturellement. A la fois critique et positif, fou et sage, énergique et travaillé... pour moi, cet album exprime tout simplement le meilleur du groupe. Et un quart de siècle plus tard, même s'il faudrait à priori le replacer dans son contexte, il reste une des références incontournables du rock en France.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après deux premiers albums les ayant vu passer de groupuscule de club à stars absolues d'un rock français en pleine renaissance, c'est confiant mais avec une certaine pression, celle de faire aussi bien, que Téléphone a préparé son troisième opus, Au Cœur de la Nuit.
Faire aussi bien mais pas forcément en faisant exactement la même chose parce que, clairement, Aubert, Bertignac, Kolinka et Marienneau ont des envies d'élargissement du spectre de leur musique qui s'était contentée, jusqu'ici, à suivre pas à pas les modèles anglo-saxons. Ainsi, si on retrouve bel et bien le style, la patte du quatuor, on entend aussi de vraies nouveautés dans leur répertoire telles qu'un couplet aux atours rythmiques inhabituellement groovy (Seul), une ballade aux inclinaisons soul discrètes mais évidentes (Laisse Tomber), un tribalisme étonnant qu'on aurait plus imaginé sur un album d'Higelin que chez ces jeunes-gens (Un Homme + Un Homme), un petit coup de funk rock aussi (Les Ils et les Ons) voire des allures rhythm'n'blues directement héritées des modèles britanniques du genre (La Laisse) ou un blues acoustique rondement mené (Le Silence) tout ceci avec un goût et une maîtrise qu'on n'attendait pas mais qui, franchement, fait un bien fou à entendre amenant un vrai beau courant d'air frais dans un style qui, sinon, risquait fortement de se scléroser. Mais que les fans des deux premiers albums se rassurent, Téléphone n'a pas totalement abandonné ce rock franc et post-adolescent qui avait fait leur gloire. Ainsi se plait-on à retrouver le trademark sound désormais familier de Téléphone sur quelques brûlots bien servis. Des exemples ? Le morceau titre déjà où des feulements de Jean-Louis, des petits soli malins de Louis, de l'abattage rythmique "moonsien" de Richard on réside définitivement en territoire connu, qualité comprise. Quelques morceaux aux tempi bien appuyés aussi (Ploum Ploum, Ordinaire), juste ce qu'il faut pour mettre à rude épreuve les nuques suivant tant bien que mal le rythme effréné. Quelques singles potentiels extrêmement accrocheurs évidemment (Argent Trop Cher, dont vous vous souvenez forcément de l'excellent clip, Fleur de Ma Ville, power-ballad de grande classe) parce que les gars et la fille ont ça dans le sang pour compléter une fort belle sélection de chansons, peut-être même leur meilleure.
Album d'une maturité musicale évidente, Au Cœur de la Nuit rencontrera évidemment un énorme succès, totalement mérité ceci dit, contribuera encore un peu à affirmer la place de Téléphone comme leader naturel du rock de chez nous de ces débutantes 80s, une place ô combien méritée pour quatre parisiens dont on n'a pas fini de vanter les mérites aux nouvelles générations qui ont encore eu la chance de pouvoir les découvrir, les chanceux !

1. Au cœur de la nuit 3:28
2. Ploum ploum 1:54
3. Pourquoi n'essaies-tu pas ? 3:26
4. Seul 3:02
5. Laisse tomber 4:26
6. Un Homme + un Homme 1:56
7. Les Ils et les Ons 2:56
8. Argent trop cher 4:10
9. Ordinaire 2:37
10. 2000 Nuits 2:57
11. Fleur de ma ville 3:14
12. La Laisse 3:24
13. Le Silence 4:36

Jean-Louis Aubert : chant, guitare rythmique
Louis Bertignac : guitare solo, chœurs
Corine Marienneau : basse, chœurs
Richard Kolinka : batterie, percussions
&
Dominique "Cow-Boy" Forestier : saxophone (Argent Trop Cher)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2014
Dans les années 60 à l'époque de l'entrée des premiers téléphones dans les foyers on entendait souvent cette phrase "allo ! ne coupez pas" même Fernand Raynaud l'a utilisé dans son squeche "Allo tonton !" mais quelques années plus tard quatre téléphones d'un autre genre ont fait exploser mes tympans et malgré leur séparation qui semble définitive en public en tout cas, je continue à m'exploser les tympans tellement c'est bon
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2004
après le succès de "crache ton venin" et ses tubes incontournables, ce troisième album révèle d'autres qualités musicales, et notamment le brio de Bertignac, comme guitariste (son style tout en glissando pour les solos) et compositeur (2000 nuits, qu'il compose et chante). Les compos n'hésitent pas à flirter avec le hard ("Seul", et dans une moindre mesure "ordinaire").
Les textes sont souvent bouleversants ("c'est fout c'qui s'passe dans une de mes journées" dans "seul"), en particulier sur le final acoustique magnifique "le silence". Une finesse nouvelle pour le groupe, comme pour "fleur de ma ville", qui deviendra un must en concert. Et presque un hymne générationnel.
Les morceaux courts "ploum ploum", "un homme plus un homme" apportent du rythme et de la diversité dans un ensemble ou aucun moment faible n'a sa place.
Après ce disque, "dure limite" allait marquer un autre sommet.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2015
Que c'est bon d'entendre ces morceaux !! J'avais entendu "argent trop cher" à la radio et j'ai eu l'envie de ré-écouter l'album entier. Et bien je trouve que les textes collent toujours à l'actualité, et la musique est à consommer sans modération !! Halalala ! Nostalgie quand tu nous tiens...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2014
LE disque de rock français, de classe internationale, largement au dessus de ce que faisaient par exemple les Stones à l'époque. S'il y en a un à avoir, c'est celui là, sans hésitation. Tous les titres sont des "best-of". Du lourd, du dense, du rare...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2013
Téléphone, cette jeunesse ne vieillit pas. Mes enfants le découvrent avec plaisir, ils font toujours leur effet, les paroles peuvent amuser les uns, interroger les autres, ou encore parler à certains. un groupe français qui perdure !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2011
LE meilleur album de TÉLÉPHONE. Sombre, très sombre, déprimant, tellement ROCK ! Ma toute première cassette j'avais 8 ans, les mots devaient probablement m'échapper mais ils se sont inscrit à jamais dans mon cœur.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2012
I Start to listem telefone wen i was 17 And i bought vinyl And like Very much This álbum that the reason i bought the cd,only Very good songs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,49 €
10,00 €
16,25 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)