Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un excellent disque de Lee Morgan, 2 décembre 2007
Par 
Philiplo (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Cooker (CD)
Prenez une tranche de la section rythmique de Miles Davis (Paul Chambers à la basse et Philly Joe Jones à la batterie) ajoutez deux futurs Messengers de la grande époque : le pianiste Bobby Timmons et le leader Lee Morgan à la trompette ; enfin versez de la gravité avec le saxophone baryton Pepper Adams et vous obtenez un excellent disque de hard-bop, un des meilleurs de Lee Morgan. Il a tout juste 19 ans quand il rentre en studio pour graver cet album. On y trouve "Night in Tunisia," "Lover Man" et une version rapide de "Just One of Those Things.", ainsi que deux compositions originales de Lee Morgan. Ils jouent tous les 5 tous très bien. Pepper Adams et Lee Morgan nous livrent des solos fulgurants et Philly Joe Jones est très présent à la batterie. Un excellent disque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fou ! Fou ! Fou !, 11 janvier 2013
Par 
Darko "From Hell !" (Bretagne - France depuis 1492) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Cooker (CD)
Lorsque Lee Morgan entre au Van Gelder Studio d'hackensack, ce 29 septembre 1957, pour y enregistrer la matière de ce qui formera l'album "The Cooker", il n'a pas encore 20 ans ! C'est fou ! Au programme de cette séance, une reprise du standard de Dizzy Gillespie, "a Night in Tunisia", s'étendant sur 9:20 mn et qui vaut à elle seule l'acquisition de ce superbe album. Lee Morgan enregistrera quelques années plus tard (aout 1960), en compagnie d'Art Blakey & the Jazz Messengers, une autre version de ce titre dans un style plus explosif Night in Tunisia, mais je garde ma préférence pour la version de "the Cooker" au phrasé et la mélodie du thème principal mieux maitrisés.

Outre Lee Morgan à la trompette, le quintet se compose pour cette séance de Peppers Adams au sax baryton, Bobby Timmons au piano et de la paire rythmique incontournable des productions Blue Note de l'époque, Paul Chambers à la basse et Philly Joe Jones à la batterie. Le second titre "heavy dripper" est une composition assez classique du jeune trompettiste permettant à chaque musicien d'intervenir, tour à tour, selon son humeur du moment; un titre souple et rafraichissant. Le titre suivant "Just one of those things" signé Cole Porter accélère le tempo. Mené sur un train d'enfer il donne surtout l'occasion, entre deux duels de trompette/sax baryton, d'entendre une formation parfaitement homogène jouant à l'unisson. La version CD de l'album offre une alternative take, sensiblement plus longue, de ce même morceau en plage 6.

Petit moment d'accalmie avec la ballade "lover man" qui met bien en valeur le phrasé magnifique du jeune trompettiste, puis retour à une composition bluesy, typiquement hard bop, signée une nouvelle fois Lee Morgan, "New Ma", un titre qui se situe parfaitement dans la lignée d'autres albums bleus célèbres tels le "Blue Hour" de Stanley Turrentine Blue Hour - The Complete Sessions ou le "Kelly Blue" de Wynton Kelly Kelly Blue. Dommage que Lee Morgan n'ait pas composé plus de ces titres bleus...

Au final un album varié, mais joué par une formation ultra compacte, avec un Lee Morgan, si jeune et pourtant déjà au sommet de son art ! vraiment un must !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dégustation reussie! et merci RVG pour cette sauce remasterisée!!!, 19 juillet 2012
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Cooker (CD)
J'ai découvert Lee Morgan à travers son chef d'œuvre absolu: The Sidewinder (RVG Edition) paru en 1963. Celui-ci, je dois le dire m'a plus qu'ébranlé lors de mes débuts dans la découverte du jazz contemporain il y a une trentaine d'année. Sa modernité de génie sur des compositions allant du hard bop le plus endiablé au pré-Funk/binaire avant la lettre est si évidente est si attirante que je me suis offert ce que je pensais être l'ensemble de sa discographie à travers une vingtaine d'album en majorité chez Blue note.
Mais c'est étonné et enchanté que je découvris encore cet enregistrement qui s'avère être le sixième de ce trompettiste surdoué disparu trop tôt a à peine 44 ans, tué du coup de révolver par son ex femme dans un accès de jalousie.
Un début tonitruant à la caisse claire de Philly Joe Jones démarre un "A night in tunisia" peu conventionnel qui étonnera par son pont restant sur un rythme binaire et à un tempo relativement bas mais très efficace. Philly Joe est un fois de plus accompagné de Paul Chambers à la contrebasse. Ces deux compères constituèrent une des rythmique hard bop les plus habitées par la grâce dans le style de ces années Blue note. Surnommés "The rythm section", Ils apparurent sur moult albums marquants de ce label dirigé par Alfred Lion et dont Rudy Van Gelder fut l'ingénieur du son le plus doué de sa génération.
Le morceau suivant (Plage 2: "Heavy Dipper") composé par Lee Morgan est profondément inscrit dans cette mouvance Hard bop si caractéristique de cette fin des 50's et rappelle les meilleures heures des Jazz Messengers auxquels lui et Bobby Timmons au piano appartinrent à la même époque.
La plage 3 reprend un standard de Cole Porter ("Just one of those things") attaqué uptempo et de manière arabisante pour lequel Pepper Adams prend un magnifique premier solo au sax baryton. On retrouvera celui-ci trois ans plus tard en 1960 sur l'excellent Blues & Roots de Mingus dans lequel il se fera amplement remarquer par son coté flamboyant assez rare au Baryton.
La balade "Lover Man" de la plage 4 dans lequel Lee Morgan attaque le thème juste accompagné divinement par la basse de Paul Chambers est de toute beauté et procure un instant de relaxation au milieu des autres morceaux plus endiablés mais tout aussi jouissifs.
La deuxième composition de Lee Morgan sur la plage 5 de ce CD ("New-Ma") prise sur un tempo medium, rappelle encore les Jazz Messengers et l'empreinte hardbop de compositeurs comme Art Blakey, Benny Golson ou même Bobby Timmons présent ici sur cet opus et régalera l'auditeur tout comme sur les autres plages.
La plage 6 est un "alternate take" de la plage 3 tout aussi bon que cette dernière.

Parlons un peu du son de cet album enregistré en 1957 et remastérisé en 2006 par son même auteur comme plus de 2100 autres: Rudy Van Gelder: Un son époustoufflant! dès les premiers coups de caisse claire, Philly Joe Jones fera une intrusion remarquée au beau milieu de votre salon pour peu que vous l'écoutiez sur une chaine de qualité. Il est même étonnant que les débuts de la Hifi dans la seconde moitié des années 50 puissent déjà fournir de tels écrins pour ces joyaux.

A posséder absolument et à déguster et dévorer autant de fois que votre plaisir le dictera. "The Cooker" est un délice!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Cinquième album..., 22 août 2014
Par 
Etatcritique "étatcritique" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Cooker (CD)
Disciple de Clifford Brown, et trompettiste au style très caractéristique du son Blue Note des années 60, il devient ultra célèbre grâce à son album The Sidewinder en 1963.
En 1972, à 34 ans, il est abattu sur scène par son ex-femme.
Entre deux, il aura sorti quand même 28 disques en leader. Les autres sont soient des collaborations soit des « live », soit des compilations pas forcément utiles (À noter la possibilité d’acquérir, à prix réduit, quatre CDs de base ou huit CDs, mais avec The Young Lions, collaboration avec Wayne Shorter, sur le label Mils vendu par Amazon).
Enregistré le 29 septembre 1957, The Cooker est le cinquième album en leader de Lee Morgan, avec Pepper Adams, Bobby Timmons, Paul Chambers et Philly Joe Jones. Lee Morgan commence à signer des titres (deux), et surtout entreprend de se lâcher d’où un très bel album, enlevé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Cooker
The Cooker de Lee Morgan (CD - 2006)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit