undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles7
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:17,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEEle 6 janvier 2012
Il est dur pour Berlioz de s'intercaler entre Beethoven et Wagner. Pourtant ce Musicien surplombe de très haut le XIXème siècle. Son Requiem, une pure splendeur très bien détaillée par Henrard, s'ouvre sur un Kyrie aérien et sourdement porteur de lourdes menaces. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas entendu une telle entrée en matière. Jamais La Mort se sera fait aussi présente même tant le filigrane avec la Vie paraît ténu.
La Symphonie Funèbre et Triomphante, joyau à la Gloire d'une Royauté Louis-Philipparde, laisse entendre le sourd bruit Républicain qui exige d'être rappelé d'entre les Morts...

Bref, un chef-d'oeuvre...
1111 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2014
On a souvent reproché à Berlioz "l' hénaurrrmité" de son Requiem et on a tort ; certes le côté tonitruant existe, le côté un peu tape à l'oeil, mais l'ensemble du Requiem diffuse une musique souvent très retenue, très recueillie, très belle.
Colin Davis dirige ce grand vaisseau de façon tout à fait magistral - on ne dira jamais assez toute la reconnaissance que nous devons à cet immense chef rien que pour avoir rendu à la musique de Berlioz tout son lustre et son éclat.
Par contre, je n'aime guère la symphonie funèbre et triomphale ...
22 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Berlioz (1803-1869) /Requiem-Grande Messe des Morts/Symphonie funèbre et triomphale Op.15/London Symphony Orchestra/Sir Colin Davis/Philips
Certains ont dit que ce Requiem composé en 1837 n’était pas strictement de la musique religieuse, mais qu’il en avait le rayonnement visionnaire. Il est vrai que la masse orchestrale, (400 interprètes lors de la création !), minimise le côté liturgique recueilli au profit de l’emphase par moment paroxystique avec plusieurs centaines de voix, plus de cent cordes, vingt bois, douze cors, quatre ensembles de cuivre et huit paires de timbales ! Rien que cela !
De belles, douces et longues mélodies comme dans l’Offertorium et le Sanctus alternent avec des phases dramatiques comme dans le Tuba Mirum et le Lacrymosa.
Pour moins théâtral que soit cette Messe des Morts par rapport au Requiem de Verdi, il en émane cependant une puissance démesurée. Sir Colin Davis a bien su faire passer ce souffle apocalyptique, « ce frisson du Jugement Dernier » comme dit Alain Duault, qui caractérise l’œuvre. Des fanfares, des chœurs, écoutez le Dies Irae qui va vous faire trembler ! Et l’Agnus Dei qui va vous faire pleurer…
La Grande Symphonie funèbre et triomphale donne clairement dans la pompe monumentale. Écrite pour célébrer le dixième anniversaire de la Révolution de Juillet 1830, elle eut pour but de raviver les sentiments patriotiques du peuple. Berlioz voulait une marche terrible et désolée, suivie d’une oraison funèbre et d’un adieu adressé aux morts illustres. De fait, le style et l’écriture restent rattachés aux conventions de l’harmonie militaire. Exception faite à mon sens de l’Oraison Funèbre qui pour moi est le moment le plus émouvant de l’œuvre.
55 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Grandiose, fastueux, solennel, génial, ce terrible requiem résume le tourbillon romantique et tourmenté de l'esprit de Berlioz servi par l'interprétation de référence de Sir Collin Davis. Comment ne pas être terrifié par les trompettes éclatantes du judex crederis, appeuré par les choeurs déchirants et pareil à un tremblement de terre du lacrymosa, les psalmodies lugubres du kyrie. L'orchestre de Colin Davis déploie ses cuivres dans des fracas assourdissants et le choeur irréprochable vous mène de la nudité sépulcral et humble de l'être humain face au mystère de sa mort jusqu'aux tremblements apocalyptiques du jugement dernier.
11 commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2013
Difficile de faire mieux que cet enregistrement dans lequel le chef est inspiré,l'orchestre et le choeur au plus haut niveau,avec une prise de son fort agréable et bien équilibrée.En prime,un prix très modique pour un pareil chef d'oeuvre...il ne faut pas s'en priver.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2013
...par ces temps gris, un peu de grandiose ne peut pas faire de mal !
bizarre, je ne l 'avais pas encore ?
un peu cher pour ce type de produit.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2009
Partie de l'intégrale Berliot chez Philips ppar C. Davis en microsillons. Très correcte quoique inégale.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,99 €
13,99 €