Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pas les seuls Préludes, mais des Préludes uniques, 13 mars 2010
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Préludes, Impromptus (CD)
J'avoue avoir du mal à suivre Christophe Huss dans sa condamnation sans appel de cet Opus 28 alors que sa version de référence des Nocturnes est celle du même Arrau. La démarche dans les deux œuvres me semble trop similaire pour ne pas trouver spécieuse la distinction entre recréation génialement personnelle et appropriation intolérablement personnelle. Arrau ne cherche-t-il pas dans les deux cas à traduire chaque altération rythmique et harmonique, le langage même de la poétique chopinienne selon lui, dans la dynamique et la matière sonore ? C'est en tout cas ainsi que j'entends les deux enregistrements (et cela vaut aussi pour les Impromptus qui complètent ce disque), et c'est précisément ce qui fait que je n'arrive pas à les ressentir, malgré leur intense originalité, comme redevables du même jugement que d'autres versions de pianistes "à forte personnalité". Je veux dire que j'ai toujours l'impression qu'Arrau plie moins le texte à sa sensibilité qu'il ne s'attache à en exprimer l'essence - d'une façon qui n'est qu'à lui, certes, mais ce sont deux choses bien différentes. En d'autres termes, ici j'entends toujours Chopin et lui seulement, même si ce n'est celui qu'on connaît ailleurs. Les tempi mesurés, dirait Celibidache, n'ont pas de valeur propre, ils sont ce qu'ils doivent être pour qu'on entende tout ce qu'on doit entendre ; l'articulation elle aussi permet de charger de sens les mélodies et tous les événements qui les transforment.
Il ne faut pas oublier non plus que l'épaisse noirceur des basses, la non moins épaisse matière dans laquelle jusqu'aux aigus sont ouvragés par Arrau, sont constamment éclaircies par le chant qui ne déserte jamais le jeu du pianiste, et aussi par le raffinement qui est la contrepartie de sa puissance : même le plus terrible fortissimo ne claque jamais. Et il y a comme une harmonie immanente dans le fait que ce piano, avec ce son si riche, sombre et si noble, soit enregistré par Philips, et au Concertgebouw d'Amsterdam.
Bref, ces Préludes sont certes particuliers, mais ils conservent un magnétisme unique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une interprétation profondément humaine, 12 mars 2012
Par 
David Waléra (Châlons-en-Champagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Préludes, Impromptus (CD)
Ayant beaucoup d'admiration pour la version de Martha Argerich que je me suis plu à commenter Chopin : Préludes - Sonate pour piano n° 2, je souhaitais en acquérir une autre pour redécouvrir ces Préludes dans une autre approche. En effet, ce qui demeure fascinant dans l'art musical, c'est que chaque interprétation d'une même oeuvre en constitue une véritable recréation.
Les commentaires magistraux de Nardis et Earthlingonfire m'ont convaincus de choisir celle-ci, par Claudio Arrau. Je ne le regrette pas et les en remercie vivement, car c'est une merveille !

Arrau recherche moins la beauté sonore en tant que telle, Argerich atteignant un luxe inouï en la matière. Le maître préfère un jeu à la pointe sèche, voire tranchante, tout en sauvant la fluidité et l'élégance du chant chopinien, le tout dans une lumière qui déploie toutes les nuances du crépuscule.
Par là, cette version allie une noblesse assumant et défiant toute déréliction, à une force virile sans concession, répondant à la puissance féline propre à Argerich.

Arrau nous prend par la main et nous entraîne dans un voyage musical d'une densité humaine saisissante. Oui, cette interprétation se configure en une véritable aventure humaine dans laquelle Arrau se révèle en intrépide explorateur de l'âme, nous dévoilant des paysages intérieurs que seule la musique de Chopin sait éclairer de la richesse de ses nuances et de la puissance de ses contrastes, à redécouvrir à chaque audition.

Ainsi, par la relation quasi intime que Arrau instaure avec nous, ses auditeurs, il se fait un interprète fidèle de notre frère humain, ce cher Chopin !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fleuve noir, 17 août 2010
Par 
Nardis - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Préludes, Impromptus (CD)
Une version définitive, et sans doute pour encore longtemps. Des pianistes de la trempe d'Arrau, il en naît à peine une dizaine par siècle. Et quand ils s'attaquent à Chopin, ça n'est pas pour amuser la galerie. Arrau vit son Chopin comme personne, il nous recrache un discours viscéral, rongé de l'intérieur, hanté, habité d'ombres terrifiantes. Et quel piano! Un clavier d'outre tombe, un touché plombé, comme s'il évitait soigneusement les blanches pour ne frapper que les noires, avec cette sombre élégance, ce poids liquide, cette gestion du flux qui emportent l'adhésion et entretiennent le frisson jusqu'au bout du silence. Alors certes, on peut pinailler. Ce Steinway tellurique n'est pas le Pleyel cristallin de Chopin, qui se défiait des romantiques comme de la peste, ne jurant que par Mozart. Badura-Skoda a tenté, pitoyablement, de tirer Chopin de ce côté-là. Planès s'est également lancé dans l'aventure, avec plus de réussite, mais sans vraiment convaincre. Non, décidément,je ne vois personne qui nous serve un Chopin aussi saignant, moderne et désespérant qu'Arrau, sauf bien sûr l'extraordinaire Vlado Perlemuter, hélas trahi par un enregistrement indigne (Nimbus).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 arrau le " moderne", 9 juillet 2012
Par 
Gerard Macaire (bretagne nord) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Préludes, Impromptus (CD)
Dans cette interprétattion des Préludes de Chopin , Arrau nous donne à entendre la modernité de Chopin , dépassant le " romantisme " donnée par d"autres interprétations ; le parti pris d'Arrau peut surprendre aux premières écoutes , mais ce talent inédit ne lasse pas , la sonorité de son jeu pianistique est riche , précise , parfois envoûtante , souvent surprenante , toujours éclatante ..... Ce disque mérite de figurer dans les CD de référence pour les amateurs de Chopin .

J'ai comparé récemment Arrau à Rafal Blechacz dans les préludes : Blechacz mérite tout autant qu'Arrau , avec un jeu très subtil , moins " brillant " qu'Arrau mais dans des nuances très raffinées : ces deux interprétations se complètent à merveille ; peut on dire que certains soirs Chopin aurait aimer Arrau , et d'autres matins Blechacz ? je pense que oui , ces deux interprètes sont les 2 faces d'une même âme
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Virtuosité pleine d'émotion de Claudio Arrau., 16 décembre 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Préludes, Impromptus (CD)
Une merveilleuse interprétation de Chopin, légère et pleine de vigueur... raffinement et puissance, sensibilité infinie et force expressive.. Et toujours le chant!... Claudio Arrau est certainement le meilleur interprète de Chopin, Nelson Freire excepté dans les Nocturnes..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xafb73198)

Ce produit

Chopin : Préludes, Impromptus
Chopin : Préludes, Impromptus de Frédéric Chopin (CD - 2007)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit