undrgrnd Cliquez ici Avant toi Cloud Drive Photos nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 décembre 2006
Dans la lignée des deux premiers albums, "Songs from before" est une oeuvre où se mêlent instrumentations classiques et textures électroniques même si ces dernières se font plus discrètes devant les violons et le piano. Un retour vers le passé, vers "Memoryhouse" en quelque sorte, une recherche musicale du Temps perdu, de ce temps perdu par maint musicien du XXème siècle à s'interdire absolument tout élan lyrique ou toute audace mélodique. Profondément mélancolique, l'ambiance plonge l'auditeur dans une délicieuse torpeur. Si la musique contemporaine pouvait être synonyme de mélodie et de beauté, elle se résumerait aisément à l'oeuvre de Max Richter.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2008
Après les très réussis Memory House et The Blue Notebooks, le roi anglais de l'ambiant, Max Richter, est de retour avec Songs From Before.

C'est par l'intérmédiaire de ses carnets de notes bleus, publiés chez Fatcat, que l'allemand d'origine s'était fait connaître aux oreilles du plus grand nombre, dont nous faisions partie. Puis il nous avait convaincus à nouveau en accompagnant Vashti Bunyan pour son second album, l'an passé.

Avec Songs From Before, sur 1130701, un sous-label de Fatcat dédié aux musiques plutôt ambiantes, Richter enfonce le clou et démontre une nouvelle fois que la musique néo-classique n'est pas une ennemie de la mélodie et de l'émotion. Car c'est bien cette dernière, ici, qui est au centre.

Les pièces mélancoliques de Max Richter, montées à partir de violons, claviers, field recordings, voix (Robert Wyatt lisant Haruki Murakami, la classe), pianos et crissements informatiques, sont particulièrement évocatrices.

Ces pièces "racontent" des airs parfaitement mélancoliques, qui évoquent l'esprit de Rachel's, de Silver Mount Zion, Tiersen et autres Chauveau, mais aussi celui des complaintes cosmiques d'un Cliff Martinez ou de Brian Eno, ou encore de l'electronica minimale et abstraite.
Avec son format très pop, ses douze titres pour à peine plus de trente-sept minutes, Songs From Before alterne les intermèdes aux accents électroniques, parfois accompagnés de voix, et les compositions romantiques et amples, expressives à souhait (Autumn Music 1 et 2, Flowers For Yulia).

Songs From Before distille des mélopées hors d'âge, sobres et simplement belles. Des mélopées qui se répètent, lentement, subtilement, et qui laissent apercevoir, au lointain, un grand orchestre baignant dans la brume de l'aube.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

15,02 €
18,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)