undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 27 février 2011
En 2005, une soirée spéciale au Palais Garnier rendait hommage à Roland Petit avec trois ballets. Par quelle absurdité « L'Arlésienne », ballet peu connu, n'est-il pas sur le DVD ? Ce n'est certainement pas le manque de place, car les deux œuvres enregistrées ne durent qu'une heure en tout et pour tout, ce qui est plutôt maigre pour un DVD de danse. Et c'est d'autant plus regrettable que les reconstitutions proposées ici sont magnifiques, et filmées avec une très belle qualité d'image.

Les deux ballets filmés sont parmi les plus emblématiques de Roland Petit. Chorégraphiés en 1946 et 1949 par un tout jeune homme, ils marquèrent leur époque par une chorégraphie dont les aspects les plus novateurs ont un peu vieilli. Le jeune Roland Petit inventait énormément, mais ce foisonnement d'idées donne un style un peu heurté pour mon goût. Au contraire d'autres chorégraphes qui étirent interminablement leurs rares idées, il me semble qu'on pourrait lui reprocher de ne pas utiliser pleinement les pistes qu'il ouvre en permanence.

« Le Jeune Homme et la Mort » est montré dans le fameux décor de Wakhévitch (dont on apprend dans le bonus, de la bouche du chorégraphe, qu'il fut en partie récupéré d'un film avec Gabin et Dietrich !). Nicolas Le Riche est moins lyrique que Noureev (dans le film de 1964), moins élégant que Baryshnikov (dans « Soleil de Nuit »). Mais son engagement physique impressionne, et son goût pour les prouesses acrobatiques peut ici s'exprimer totalement. Sa partenaire Marie-Agnès Gillot est remarquable aussi, et campe la plus convaincante des garces.

Dans « Carmen », Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta (aux cheveux coupés à la Zizi Jeanmaire) sont techniquement supérieurs aux créateurs du rôle, mais ont évidemment la lourde tâche d'endosser des vêtements taillés pour d'autres. Leur danse est brillante, mais ne peut pas atteindre la symbiose totale que montrent Petit et Jeanmaire dans le film de 1960, dans des rôles qu'ils avaient promenés pendant dix ans sur toutes les scènes du monde. Les autres danseurs sont tout aussi excellents (Dorothée Gilbert en tête)...
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2011
Pour Carmen c'est l'alchimie entre la fougue et la grace ...la première fois que je l'ai vu ,j'ai été fascinée et charmée
Pour le jeune homme et la mort c'est beau et triste ....
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,70 €