undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles23
4,5 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:7,79 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 décembre 2008
Warner est connu pour le grand soin que cet éditeur apporte à ses classiques. La précédente édition en DVD de La prisonnière du désert avait déjà fait l'objet d'une restauration digne de ce chef-d'œuvre de John Ford. Pour cette édition en Blu-ray, Warner ne déroge pas à la règle et nous offre une restauration HD qui vaut à elle seule l'achat du Blu-ray, même si comme moi on possède déjà l'édition DVD.
C'est carrément à une redécouverte du film que l'éditeur nous convie ! C'est bien simple, la qualité des images, la précision des arrières plans, la magnificence du Technicolor, tout cela nous donne l'impression de voir le film tel qu'il fut projeté pour la première fois en salle !
C'est à tel point que ce Blu-ray peut aisément servir de démo afin de démontrer aux sceptiques ce que ce nouveau support peut apporter qualitativement à un vieux film.
Le son est à l'avenant, même s'il est resté à son format mono d'origine.
Bref, une véritable perle à acheter les yeux fermés.
22 commentaires|36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
NB: Amazon met souvent sur la même page "Produit" des commentaires de Films en mêlant les éditions DVD et Blu-Ray sans tenir compte des différences de contenu et de support de ces différentes éditions. Difficile de comprendre les raisons de ce mélange... Ce commentaire porte sur cette édition: La prisonnière du désert [Blu-ray].

Depuis le début du Blu-Ray, Warner a décidé de ne pas sortir que des Films récents sur ce support. Cette politique éditoriale nous permet de voir des Films anciens en Haute Définition. Mais le plus important est que le Studio apporte, généralement, un grand soin à ces éditions ce qui rend le spectacle des plus agréables, présentant une nette amélioration de la qualité des Films en comparaisons des éditions DVD.

Pour ce Blu-Ray du grand classique du Cinéma qu'est "La Prisonnière du Désert", avec John Wayne et Réalisé par John Ford en 1956, le Master est de toute beauté. Il s'agit du Master qui avait été utilisé pour l'Edition Collector 2 DVD, il ne présente que quelques rares défauts. L'encodage entre les 2 éditions est par contre différent, pour l'édition DVD le Film était encodé en MPEG-2, cette édition Blu-Ray bénéficie elle d'un encodage VC-1.

Le niveau de Définition est excellent avec un très bon Piqué. La gestion des Contrastes offre un étonnant niveau de détail, d'autant que le Film date de plus de 50 ans... Les décors, les textures des vêtements et les visages sont bien détaillés. Les Noirs sont profonds, seules quelques scènes en intérieur se montrant un poil plus sombres qu'il ne devrait. Le Film a été tourné en Technicolor et la palette colorimétrique restitue d'une façon étonnante des couleurs riches et variées qui ne bavent pas, et des teintes proches du matériau d'origine. L'image est fluide et les contours sont bien nets. Les plans en extérieur bénéficient d'une profondeur de champ étonnante tout en restant très bien définis, l'aspect tridimensionnel que permet d'apporter le Blu-Ray est omniprésent. Le Blu-Ray n'est pas exempt de défauts, on note parfois des fourmillements et un Grain Cinéma parfois un peu trop prononcé. Revoir ce Film dans de telles conditions ne pourra que réjouir les amateurs de ce Film, tout comme ceux qui le découvriront...

(Captures d'écran du Blu-Ray sur mon Blog: L'avis des Bêtes)

Les Pistes Audio Anglais et Français sont en Mono d'origine, la Piste Anglais offre un bonne dynamique, la Piste Audio Français étant elle un peu "étouffée".

Les Bonus:

"Introduction de Patrick Wayne." Sous-Titré. (2 mn)

"Commentaire Audio de Peter Bogdanovich." Non Sous-Titré.

"La Prisonnière du Désert: Documentaire." Sous-Titré. (31 mn)

"Le Making-Of Du Film." Sous-Titré. (33 mn)

" Les coulisses du tournage." Sous-Titré. (22 mn)

"Bande-Annonce du Film." Non Sous-Titrée.

"Bande-Annonce de L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford." Non sous-Titrée.
3232 commentaires|30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec « La prisonnière du désert », John Ford a réalisé en 1956 ce qui restera comme un des plus grands et des plus intenses westerns de l'histoire. Le film est même l'archétype du genre, en en rassemblant tous les ingrédients : le héros solitaire et intransigeants, le parcours initiatique de son jeune acolyte, une belle histoire d'amour, une lutte dans l'honneur contre les Indiens, mais aussi beaucoup d'humour (la scène du mariage, le personnage du jeune lieutenant Greenhill, joué par Patrick Wayne, le fils de John) et de panache (la charge finale).

Le film est bien entendu porté par John Wayne, au sommet de son art, véritable incarnation du héros de l'ouest, taiseux et viril, issu d'un passé gardé secret au cours de la Guerre de Sécession. L'histoire est celle d'une longue quête, sur plus de 5 années, menée par Ethan Edwards (John Wayne) et Martin Pawley (Jeffrey Hunter) pour retrouver leur nièce (pour l'un) et sœur adoptive (pour l'autre) qui a été enlevé par Eclair, le chef des Comanches insoumis, après le massacre de sa famille. Elle a lieu dans les paysages majestueux et uniques au monde de Monument Valley. L'action se déroule dans l'intimité de fermes isolées, dans la poussière du désert ou sous la neige d'hivers impressionnants de rudesse. Au milieu de ces chevauchées, des femmes ont également de grands et beaux rôles : Laurie Jorgensen (Vera Miles), amoureuse depuis l'enfance de Martin ou Debbie (Nathalie Wood et Lana Wood, sa propre sœur, pour tenir le rôle lorsqu'elle est enfant), sont des femmes fortes, résolues, elles aussi implacables à leurs manière. Chronique d'un ouest sauvage et rude où les pionniers et les Indiens luttent véritablement quotidiennement pour leur survie, le film est sobre et magnifique.

La version Blu-ray est très satisfaisante et permet d'apprécier dans toute sa splendeur le monde de John Ford.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2007
Extraordinaire en HD DVD, on revoit le film en découvrant tous les détails, les acteurs sont plus "présents" et on reste scotché devant l'écran. Le film est encore plus superbe et les paysages plus grandioses. Après avoir vu le HD DVD on ne peut plus s'en passer !
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2009
Une image exceptionnelle pour un film mythique! la HD restitue la profondeur de champ de monument valley comme jamais.Le moindre détail du décor, personnage à part entière, est ici perceptible dans ce film "noir" tourné en pleine lumière.Indispensable!!
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 3 janvier 2016
Voilà un western qui va surprendre plus d’un, surtout les fans de westerns spaghetti. Il est tout à fait classique et en même temps c'est un film intelligent qui sait prendre de la distance avec le manichéisme et les clichés propres au genre. Le personnage de John Wayne (Ethan), un ancien soldat sudiste totalement haineux vis-à-vis des Comanches, ouvertement raciste et réac, s'acharne sur des causes perdues. Il n'hésite pas non plus à abattre des bisons pour accélérer le déclin du peuple indien, ni à profaner des tombes indiennes, et est même prêt, dans un premier temps, à tuer sa nièce Debbie, déshonorée à ses yeux car devenue la femme d’un chef indien. Toutefois, après l'assassinat de son frère et de sa belle sœur par les Comanches, et l'incendie de leur ferme , il doit faire équipe avec le frère adoptif de Debbie, Martin, un sang mêlé, aux yeux bleus complètement naïf, voire innocent, (l’Amérique telle qu’elle aime à se voir, en somme). Ils vont alors vivre une sorte de course épique à travers le pays pour retrouver Debbie, enlevée par les Comanches qui ont également violé et tué Lucy, sa sœur aînée, dont le fiancé, Brad, se suicide en attaquant seul le camp indien.

On est ici dans l'Amérique des guerres indiennes, entre commerce, assauts punitifs et guérillas vengeresses, où tout le monde se vaut dans la violence ou au contraire, dans l’humanité (le chef indien, Scarface – qui, soit dit au passage, ne fait pas très "indien"- épargne la petite Debbie et en fera son épouse). Très bons dialogues, narration maîtrisée, images superbes du site fétiche de Ford, Monument Valley, le plus beau site de l'ouest américain après le Grand Canyon, cadre de nombreux plans extérieurs d'une beauté époustouflante pour un film de 1956, magnifiés par la Vistavision (le cinémascope de la Paramount) et un technicolor flamboyant.

Le film exploite comme une évidence des éléments clé qui font le souffle du grand western classique : la démesure du temps et de l’espace, des paysages d’une beauté écrasante, une poursuite qui dure sur des années, des existences à la limite du nomadisme, une violence omniprésente. Ford porte aussi un regard clairvoyant sur la composante ethnocidaire de l’installation des colons blancs sur les territoires indiens, ces derniers étant, comme c'est toujours le cas chez Ford, traités avec dignité. Certaines séquences montrent aussi des hordes de femmes et d’enfants indiens traités comme un troupeau. Les Rouges ne sont pas encore réhabilités comme ils le seront dans "Danse avec les loups", mais certains Blancs ne sont déjà plus des héros du bien.

"La prisonnière du désert" est une œuvre magnifique à la photographie sublime qui mérite les éloges qu'on lui adresse depuis plus de cinquante ans. Un John Ford maître de son art et de ses moyens.

Le Blu ray offre une version restaurée de toute beauté et une abondance de suppléments. À la première lecture, j'ai constaté deux blocages sur image, une fois dans le film et une autre fois dans un bonus, mais ils ne se sont pas reproduits par la suite.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2015
bon film et bonne image mais le son est horrible c'est tout juste impossible niveau du son! pourtant il aurait pu faire mieux
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2010
Un peu lourd au niveau de la psychologie des personnages, mais c'est d'epoque, ce film se regarde avec plaisir dans cette version blu ray. De magnifiques paysages servent de fond aux scenes classiques du western avec des indiens. Techniquement et compte tenu de l'age du film c'est bon; le piqué des plans larges n'est pas au top de maintenant mais c'est tres bien. Quelques bonus interessants ajoutent à l'interet de ce disque et tout ça mérite 4 etoiles.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2013
Le chef d'oeuvre de John Ford. Excellente restauration pour ce blu-ray . Les décors naturels de Monument Valley utilisés pour la première fois au cinéma prennent enfin tout leur relief...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 8 septembre 2007
Texas 1868. Plusieurs années après la fin de la guerre civile, Ethan Edwards (John Wayne) revient dans la famille de son frère, Aaron, marié à Martha. Le lendemain de son arrivée, Clayton, qui cumule les fonctions de capitaine des Texas Rangers et de révérend, emmène Ethan et le fils adoptif d'Aaron, Martin Pawley (Jeffrey Hunter), qui a un peu de sang Cherokee dans les veines, à la chasse aux voleurs de bétail. Ceux-ci, probablement des Comanches, ont dépouillé le fermier Lars Jorgensen. A quelques kilomètres du village, Ethan et ses compagnons comprennent que les Indiens les ont volontairement éloignés afin de se livrer au pillage des fermes isolées...

Ce metrage expressionniste fut tourné dans le mythique décor naturel de Monument Valley, théâtre de très nombreux westerns fordiens notamment Rio Grande et Chevauchee fantastique.
Ici, John Ford met en scène ses thèmes de prédilection comme la quête, la vieillesse, la mort et à la survie.
Néanmoins, si nombre d'éléments de facture classique composent cet opus lyrique et humaniste, il faut souligner que ce film rompt indubitablement avec les westerns manichéens notamment le personnage d'Ethan, interprété par le Duke, s'acharnant sur des causes perdues. Ainsi, le manichéisme parfois propre aux westerns d'antan laisse ici à une profonde réflexion sur l'exclusion et sur les différentes formes de haine que cela peut engendrer, la violence, le racisme et la folie des guerres.
Ce métrage d'un pessimisme rare chez Ford marque la 16ème des 24 collaborations du réalisateur d'origine irlandaise avec John Wayne. Ce film reste également une étape importante dans la carrière de l'acteur, dont le rôle d'Ethan est loin d'être totalement positif, fait rare dans la filmographie du Duke.
Preuve du succès critique de cette oeuvre, Martin Scorsese dira à son propos : « C'est le plus grand film de l'histoire du cinéma américain ». En outre, Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon le choisiront pour illustrer la couverture de leurs « 50 ans de cinéma américain ».
33 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)