undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il y a tout un culte autour des artistes morts jeunes. Horszowski, lui, est mort très âgé, et ici il joue à plus de quatre-vingt dix ans. Ce fait n''est pas tout à fait dénué d''importance : il y a une immense expérience qui transparaît dans ces interprétations. L''expérience est ce qui fait qu''on s''allège du superflu, non qu''on emporte plus de choses avec soi. Le pianiste est ici quelqu''un qui n''a rien à prouver, et qui conserve pourtant devant les oeuvres la même fraîcheur du regard. Le naturel de la démarche, la beauté de la sonorité, la variété du jeu, les petites inflexions qui font mouche, en remontreraient à bien des pianistes adulés. Le pianiste est aussi plus en doigt que dans le récital, déjà mémorable, précédemment édité dans cette série Bach: Prelude & Fugue Nos. 10 & 15; Mozart: Fantasia in D minor, K. 397; Etc.où il jouait Franck et les Scènes d''enfant de Robert Schumann, et où se glissaient parfois de petites faiblesses, absentes ici.

La Partita de Bach n°2 est grave et lumineuse à la fois. Qu'il s''agisse de la Sonate de Mozart, K. 570, des Chopin (dont le miraculeux nocturne op. 27 n°2), de Children''s corner de Debussy, si rusé et si net, le bonheur est chaque fois au rendez-vous. On maudit les tousseurs, mais on les jalouse surtout d''y avoir été.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)