Commentaires en ligne


2 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0


1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La merveille attendue
Ce disque est une pure merveille probablement un des meilleurs albums des années 2000. Chaque écoute révèle de nouvelles richesses et de nouveaux secrets. Le son Modest Mouse reconnaissable à 100 km est ici mis en valeur par une production puissante. Et que dire de ces mélodies travaillées et magiques. We were dead est la...
Publié le 17 avril 2007 par B. Sylvain

versus
7 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargh
Imaginez cette fille, dont vous êtes follement amoureux. Elle n'est pas parfaite, loin de là, et vous le savez, mais elle est drôle, vive, capable à tout moment de vous surprendre. Et puis quand elle enfile ces chouettes habits, là, et vous subjugue, ou lorsqu'elle vous tient en haleine et que vous avez parfois le souffle coupé quand vous...
Publié le 24 mars 2007 par Alexis Bidault


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargh, 24 mars 2007
Par 
Alexis Bidault "Ex-Cowboy" (Tours, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : We Were Dead Before the Ship.. (CD)
Imaginez cette fille, dont vous êtes follement amoureux. Elle n'est pas parfaite, loin de là, et vous le savez, mais elle est drôle, vive, capable à tout moment de vous surprendre. Et puis quand elle enfile ces chouettes habits, là, et vous subjugue, ou lorsqu'elle vous tient en haleine et que vous avez parfois le souffle coupé quand vous l'admirez, ou alors quand vous pensez à elle sans arrêt et il y a aussi sa fragilité qui vous émeut sous ses airs de forte tête et elle n'est semblable à aucune autre fille que vous avez pu rencontrer. Parfois, il est vrai, elle vous ennuie un peu avec ses histoires interminables qui gagneraient à être raccourcies mais la profusion de digressions fait aussi leur charme sinueux. Parfois il arrive même que le doute s'empare de vous : après tout, la plupart de vos amis ne l'apprécient pas tellement, la trouvent banale, lunatique, un peu rustre, ou même étrangement bizarre et pas très fréquentable. Qu'ils aillent au diable, elle est cool et sexy, et vous revenez toujours à elle et vous avez hâte de viellir à ses côtés, de l'accompagner tout au long de votre vie.

Imaginez maintenant que cette fille se transforme bruquement en une de ces bimbos aux formes atomiques, à la démarche parfaite, devant laquelle les hordes de mâle tirent la langue. Ses vêtements coupés à la dernière mode lui attirent louanges et regards lubriques. La voilà devenue ce genre de fille qui attire immédiatement l'oeil, aux charmes évidents, qui promet aux plus chanceux des plaisirs immédiats, un peu allumeuse, mais aussi un peu creuse. Celle dont vos collègues ou copains vous râbachent les oreilles, celle dont tout le monde parle, partout, tout le temps, oui celle-ci ou une autre, conçue sur le même modèle, peut-être même un peu plus jeune, plus fraîche, et plus provocante. Vous ne diriez pas non pour une aventure d'une nuit, tout le monde serait même prêt à payer pour ça, mais vous avez déjà conscience de toute la profondeur de sa superficialité, de sa vacuité au delà de son apparence. Peut-être qu'elle n'est pas idiote, hélas elle en a pourtant tout l'air.

Elle a changé : plus d'accoutrements bizarres, de sourires narquois ou d'ironie cynique, plus de double sens, de sous-entendus, elle semble avoir perdu tout sens du second degré. Elle en a peut-être assez de relations exclusives des gens comme vous, quand elle pourrait s'offrir à tous ces hommes riches et en bonne santé qui n'attendent qu'elle.

Vous essaieriez de vous convaincre qu'au fond c'est toujours la même personne, et que son apparence nouvelle n'entame en rien ses qualités humaines, mais vous finiriez tout de même par abandonner la partie, dépité, convaincu au plus profond de vous-même que l'apparence a pris le pas sur la consistance.

Votre désarroi serait encore décuplé si vous appreniez qui l'a accompagné de ses conseils lors de cette transformation : rien moins que votre idole de jeunesse, votre obsession d'alors, que vous saviez fourvoyée et perdue pour vous, mais dont vous espériez secrètement la renaissance et une nouvelle jeunesse. Mais non, pire que tout, voilà qu'elle vous pique également votre fiancée, et vous gâche la vie.

Les apparences sont parfois trompeuses et cette métaphore maladroite cache réellement la critique du nouvel album de Modest Mouse, lui dont les apparences disent tout. Dans le rôle de la fille qui pétille de vie et regorge de secrets, l'ancien Modest Mouse, intriguant et vivant, imparfait et inconstant, traversé d'éclairs de génie, bricolé et inventif, mystérieux et toujours passionnant. Dans le rôle de la bimbo fade à la façade reluisante, la nouvelle incarnation de Modest Mouse, avec ses chansons bien gaulées et racoleuses, aux mensurations idéales (90-60-90, comme si quelques kilos en trop c'étaient autant de sensualité en moins), accrocheuses mais vaines, qui ne s'autorisent et ne s'inventent pas d'écarts, restent sagement sur la route, sans excès, non merci seulement des boissons lights, pas de sucreries.

Dans le rôle de l'homme de mauvais conseil, Johnny Marr, ex-guitariste génial, dont je ne connais pas l'influence exacte ici, mais qu'il est triste de croiser une nouvelle fois dans cette impasse artistique, indigne de son talent. J'avais fantasmé cette collaboration, elle a tourné, sinon au cauchemar, à la débacle.

Je n'ai rien contre le fait qu'un groupe adopte un gros son et une production léchée si les chansons suivent, et Good News For People Who Love Bad News avait atteint un compromis idéal entre la qualité du songwriting et l'accessibilité, ici malheureusement toute trace de l'ancien Modest Mouse a disparu sous les vêtements à la mode et le rouge à lèvres brillant.

Toutes les chansons ne sont pas mauvaises, juste ennuyeuses et ampoulées. La plupart commencent bien, à coups de riffs presque imparables mais on perd le fil bien avant qu'elles se finissent, parcequ'elles sont toujours pareil, n'évoluent pas, ont un son d'indi-stdium rock et n'apportent rien à la discographie du groupe. Rien n'est réellement mémorable ou enthousiasmant ici, au mieux "pas mal". C'est un disque banal de rock, à peine sauvé du néant total par la voix D'Isaac Brock, remarquable, quelques lignes de guitare inspirées ('fly trap on a jar'), quelques lignes vocales qui rappellent un peu le passé. C'est globalement lourd et vite oublié, superficiel, creux, fade, décevant. Le bateau a sombré, et nous devons malheureusement assister avec effarement au naufrage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La merveille attendue, 17 avril 2007
Par 
B. Sylvain (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : We Were Dead Before the Ship.. (CD)
Ce disque est une pure merveille probablement un des meilleurs albums des années 2000. Chaque écoute révèle de nouvelles richesses et de nouveaux secrets. Le son Modest Mouse reconnaissable à 100 km est ici mis en valeur par une production puissante. Et que dire de ces mélodies travaillées et magiques. We were dead est la suite logique des somptueux "The Moon & Antartica" et "Good news ...", l'album de la plénitude pour un groupe créatif, à nul autre pareil et pourtant toujours ignoré par chez nous.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit