Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sorti trop tard
Fuzzy Duck aurait pu connaitre la carrière d'un Deep Purple ou d'un Uriah Heep s'il était paru 2 ans plus tôt. Car il y a tout ce qu'il faut: belle voix suave façon Rod Evans, orgue ronflant à la Jon Lord, guitare turbulente réminiscente de l'homme en noir... Et puis, ce groupe savait composer!! Malheureusement, cet album est paru en 1971 et...
Publié le 31 octobre 2010 par Cousin Hub

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Superficiel.
Elle n’est pas mimi la pochette des Fuzzy Duck ? Je me souviens comme si c’était hier de ce vinyle éponyme de septembre 1971 qui a circulé sous le manteau dans la cour du bahut. Les on-dit avancent que Fuzzy Duck, à quelques années près, aurait pu dézinguer tout le monde et s’affirmer comme un des cadors...
Publié il y a 17 mois par jean-claude


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sorti trop tard, 31 octobre 2010
Par 
Cousin Hub "Cousin Hub" - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuzzy Duck (CD)
Fuzzy Duck aurait pu connaitre la carrière d'un Deep Purple ou d'un Uriah Heep s'il était paru 2 ans plus tôt. Car il y a tout ce qu'il faut: belle voix suave façon Rod Evans, orgue ronflant à la Jon Lord, guitare turbulente réminiscente de l'homme en noir... Et puis, ce groupe savait composer!! Malheureusement, cet album est paru en 1971 et à l'instar du "Grower of mushrooms" de Leaf Hound, a très rapidement disparu des bacs de disquaires. CD réédité en pochette cartonnée en tirage limité à 3000 exemplaires par Repertoire. Faut donc se dépécher...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 pepite rock seventies, 1 novembre 2010
Par 
Boulho Norbert (normandie) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuzzy Duck (CD)
la pochette représentant un canard lunetté est connu par tous les passionnés de rock progressif période seventies et l'album vinyl est très recherché.
unique album sorti en 1970 est une pépite du rock progressif où les envolées guitaristiques et d'orgue hammond appuyés par une rythmique efficace par FUZZY DUCK groupe londonien proposait un rock énergique et raffiné.
pour conclure, c'est un album incontournable du début des seventies et à écouter en boucle .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Superficiel., 24 juillet 2013
Par 
jean-claude "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuzzy Duck (CD)
Elle n’est pas mimi la pochette des Fuzzy Duck ? Je me souviens comme si c’était hier de ce vinyle éponyme de septembre 1971 qui a circulé sous le manteau dans la cour du bahut. Les on-dit avancent que Fuzzy Duck, à quelques années près, aurait pu dézinguer tout le monde et s’affirmer comme un des cadors du heavy rock prog british ambiant… Mouais, j’veux bien.
Difficile d’imaginer qu’il ait pu mettre sous l’éteignoir des pointures comme Deep Purple, écarter de la course au podium un Sabbath, jouer dans la cour de l’Atomic Rooster ou déloger de son piédestal l’autre larron du genre, le mythique Led Zep… Il faut raison garder, dire qu’il talonne ces groupes… Mouais, mais y a encore du boulot. Qu’ils aient pu boxer avec des Uriah Heep, Argent, Camel ou Andromeda dont est issu Hawksworth, son membre fondateur, j’veux bien. Et encore.
J’veux bien mais encore eut-il fallu que l’embryon de ce vilain petit canard ne soit pas étouffé dans l’œuf aussi prématurément, qu’il ait eu le temps de se laisser pousser la bite. En effet, aussitôt né dans le nord londonien (1970), aussitôt disparu (1971), le temps de déposer sur acétate quelques traces de son existence artistique, lesquelles révèlent, ce que je leur accorde, un vrai talent, mince argument qui n’a visiblement pas été suffisamment probant pour convaincre au moment opportun, à défaut de durer.
Londoniens articulés autour des expérimentés Paul Francis à la batterie, Grahame White au chant et à la guitare, Mick Hawksworth (ex-Andromeda), bassiste-chanteur et Roy Sharland (Spice et The Crazy World Of Arthur Brown) aux claviers, Fuzzy Duck, groupe chapeauté par Gordon Mills (Tom Jones, Gilbert O’Sullivan), n’a donc qu’un LP à exhiber à la face du monde (chez MAM, embryon de Decca Records). Il profite de cette seule opportunité d’appartenir au monde vinylique du rock pour prendre à témoin ses auditeurs que son statut de relativement bonne formation de heavy rock n’a rien d’usurpé mais le parallèle avec Atomic Rooster ou avec un Wishbone Ash en plus fougueux, a quelque chose d’indécent et de déplacé. Mouais, j’veux bien. On est effectivement dans le même registre, toutes proportions gardées, mais relativisons de grâce.
Dominée par les joutes entre un Hammond furieux et une guitare tueuse, portée par une rythmique de baroudeurs (Paul Francis bat et Mick Hawksworth basse), la musique de Fuzzy Duck remue bien certes, affiche de la brillance certes, de la simplicité et de l’énergie, OK. Leur hard rock est classique et imparable, poivré, mordant, mais ne fait pas montre d’un grand génie. Ca a le mérité d’être efficace et accrocheur. Ces volatiles ont été élevés au grain et au grand air et ça se détecte vite au regard de la vigueur qu’ils développent et de la santé qu’ils affichent, mais c’est quand même pas d’la volaille de Bresse. Le bât blesse au niveau des textes. C’est là d’ailleurs que se situe leur vraie déficience, car pour le reste le bilan est globalement satisfaisant. Mais ça accroche, l’essentiel est là, grâce à l’orgue virevoltant de Roy Sharland et à la guitare azimutée de Grahame White, à des vocaux qui ne laissent pas indifférents, des riffs de malades et des solis de déjantés, même si ça ne fait pas montre de beaucoup d’originalité. Dans cet ordre d’idées : Time Will Be Your Doctor qui donne un aperçu de ce dans quoi on fout les pattes. Et derrière, ça enchaîne, du lourd façon Grosse Bertha : Mrs Prout, Aftermoon Moon, le carré More Than I Am, Country Boy, In Our Time, le cosmique A Word From Big D. Quatre bonus complètent l’offre originale, enregistrés après que Grahame White ait quitté le groupe (avant la sortie du LP) et que Garth Watt-Roy a remplacé. Ceux-ci tiennent la route. Ces nord-londoniens survoltés mais loin d’être géniaux ont vraiment le feu au cul ; on ne s’y ennuie pas, mais on n’en a rien de vraiment créatif à en attendre. Pour moi, c’est encore trop superficiel. Le hard rock anglais de l’époque avait bien le vent en poupe, mais pas avec ce disque évalué à 3,5/5 . Coin Coin !!! (PLO54)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le canard qui fuzz..., 16 septembre 2012
Par 
elvisisalive "Good Old Time" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuzzy Duck (CD)
Vous ne connaissez pas Fuzzy Duck ? Et pourtant... ils sont LE son des seventies. Et leur unique album est l'un des tout meilleurs de cette décennie musicalement bénie des Dieux (du rock).

Comment vous expliquer... Fuzzy Duck, c'est un peu comme si Deep Purple avait rencontré Pink Floyd, Hendrix, Santana et Funkadelic dans une grande partie fine... Toutes ces belles références se mélangent ici pour donner un album sans faille, psyché-rock, soul et funky...

Sur Time Will Be Your Doctor, le canard se fait sauvage d'entrée. Ca joue vite et bien. Tous les ingrédients du classic rock seventies sont réunis dans une orgie sonique on ne peut plus excitante. Mrs Prout enfonce le clou : basse vrombissante sur l'intro, développement psychédélique sur lit de claviers et de guitares fuzz, break et... basse funky qui part en vrille pour nous emmener très haut, sur une piste de danse perchée dans les nuages. Un canard volant passe... oups, c'est le moment de redescendre. Attention à la descente d'acide... Ca repart de plus belle avec les guitares acérées de Just Look Around You. Le son est lourd, plombé, les mélodies efficaces. La voix et les claviers d'Afternoon Out en font un bel hommage à la musique des premiers Floyd. More Than I Am, Country Boy et In Our Time composent une face B de folie.

Les musicos assurent comme des bêtes... le guitariste tricote de fabuleux riffs et solos, les claviers à la John Lord (RIP) sont omniprésents mais jamais écoeurants. Le bassiste groove comme un Dieu et donne ce côté funky-soul parfaitement euphorisant. La batterie n'est pas en reste et offre quelques breaks jubilatoires bien placés.

En écoutant cette petite merveille on se dit qu'il est bien dommage que Fuzzy Duck n'est pas eu l'occasion de donner une suite à son premier album. Quoi que... ça lui donne un petit côté culte qui n'est pas pour me déplaire...

A noter que le packaging est classieux : pochette façon vinyl replica, affublée d'un sticker annonçant un tirage à 3000 exemplaires...

Précipitez-vous donc sur cet album, synthèse parfaite de ce que fut le rock des seventies.

Coin Coin Coin... Non, je n'ai rien pris... à part une bonne dose de Fuzzy Duck...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 POURQUOI PAS , CELUI LA ?, 3 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuzzy Duck (CD)
L'avantage , concernant la discographie de FUZZY DUCK , elle est très vite faite !
Quelques petits rajouts ( sans aucunes prétentions ), aux deux commentaires précédents .
Concernant Norbert , désolé , mais cet album n'a rien à voir avec du rock progressif ! c'est du rock ''Seventies'' !
Concernant Hubert , je suis d'accord avec son commentaire , sauf que , '' la voix suave de Rod Evans '' ...
Fuzzy DUCK a trois chanteurs aux voix assez distinctes !
quand-à l'orgue ''ronflante '' à la Jon Lord ...
alors là , pas d'accord du tout ! ( en plus Hubert cite Uriah Heep ) !
Je me demande combien d'années il faudra encore pour que Uriah Heep soit enfin reconnu comme un groupe majeur des
''Seventies '' et non pas comme un vulgaire ''ersatz'' de Deep Purple !!!
...mais , revenons à nos canards ...
FUZZY DUCK , un groupe assez original , mélangeant ou assimilant les styles de l'époque avec une qualité certaine !
je ne citerais qu'un exemple , la chanson '' afternoon Out '', vous la connaissez , c'est sure , enfin ...
C'est ''I can see for Miles '' des WHO , version SYD BARETT !
Un bon groupe , sans aucun doute , et pour pinailler un peu plus encore ; je me demande si l'illustrateur des
disques de Little Feat ne se serai pas un peu inspiré de la magnifique pochette du disque !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fuzzy Duck
Fuzzy Duck de Fuzzy Duck (CD - 2007)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit