undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Baby Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles84
4,5 sur 5 étoiles
Format: Blu-rayModifier
Prix:16,25 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 février 2007
le film le plus poétique que j'ai jamais vu, comment construire une histoire entre un père et son fils au travers d'éléments surréalistes, un film précieux mais trop méconnu
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2015
Enter Review for
Big Fish (2003)

Congratulations! Your review is ready for submission. Click Submit below to finish entering your review.
Submit
Review preferences: (edit)
Name: Dr Jacques COULARDEAU
Location: Olliergues, France

Preview:
Summary: We are all the mythical fish of some one else
*** This review may contain spoilers ***

The film is well done and we can see here and there some images that are recalling elements of other films by Tim Burton, like an image resembling the basic image of The Nightmare Before Christmas. There are many more, well, at least a few. That's the sign of a man who wants to build a complete set of films, that is able to connect his films with some bonds and strings to make them a whole and not just isolated tit bits. But more than that the film also uses allusions to works that are not Tim Burton's. We definitely cannot miss the allusion to Twilight Zone in that village lost in the forest and we automatically think it must be a village beyond life, hence the hero must have died along the way, maybe with the jumping spiders. We will only know it is not the case at the very end of the film.

The first problem touched by Tim Burton is the absence of relation between a son and a father because the father always told stories and after the happy age of six or seven children know what a story is and that it is not true. But the father was always telling his own story of what had happened to him though it was wrapped up in such a bazaar of useless things, useless because unreal but essential because the father lived in them, such a bazaar of strange things that the son came to the point of being embarrassed by the stories because he could not believe in them and was ashamed by his father telling what he considered lies. They were lies for him and in fact they were stories for everyone else and the father was a story teller, a man who was able to provide others with dreams. It took the son quite a few days visiting his father after several years of complete non-communication, when the father was in the process of dying, for the son to understand that in fact the father was happy and made people around him happy, including himself and his son, by telling these "false stories" that were true to ,his heart, to his mind, to his being himself even if it is in a field of daffodils, thousands and thousands of daffodils, which is the purest lie you can imagine, especially on the quadrangle of a college campus.

The lesson for the son is that he was embarrassed because HE was seeing these stories as lies, because he considered he could not know his father, reach out to him.

But the lesson about the father is a lot more interesting. It is a lesson for everyone. It is what Tim Burton is doing all the time to us. The stories are absolutely true, including in the impossible elements because they reveal the man who is telling them. Tim Burton is his films and we have the right to consider that his films are transparent loincloths of various colors that reveal all that should be hidden, at least in public. The stories a man, a film maker is telling are the blood and flesh and some other fluids of the man and the film maker.

This is a crazy idea but a beautiful consideration. One cannot tell one's private activities in bed, in the bedroom or wherever. But One can always tell some stories about some events that happened to him that are a metaphor of his most intimate and perverse and masochistic and sadistic impulses he cannot satisfy in any way. Here the Circus master is a werewolf. How silly, but how true about a man who is an exploiter of people right down and through till he gets to their life itself and who can set up the death of a small circus person so that it becomes a reason for the circus to be famous or infamous. What about putting your head in a lion's mouth? Courage? For sure. But the master is going to save some money if the lion bites because he has insurance and the circus will be more than famous. So a werewolf or not?

The son will understand that so well in the last minutes of his father's life that he will tell his father what will happen after his death but just five minutes before, as a story of his escape and rejuvenation, renascence, salvation: in the story he will become the legendary big fish he has never been able to catch. A man is the stories he tells. A woman maybe too, but Tim Burton hardly deals with women, hardly knows women, hardly dares to say anything about women, or so little, so far at least.

That's what makes this film touching and sensitive but is that a philosophy, a catharsis, a sublimation of one's evil or is it a lie, a pure lie, an illusion thrown to the masses to be their new opium?

I will not choose and be sure I consider opium as a respectable means to meditate on one's alienation by hooking up on this addictive habit. It is a real choice and so many people get into alcoholism or drug addiction just not to have to choose between sublimation and meditation, catharsis and lying.

Dr Jacques COULARDEAU
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Edward Bloom était-il un affabulateur ou a-t-il vécu toutes les aventures qu'il se plaît à raconter ? Son fils, quant à lui, aurait aimé avoir un père moins fantasque et plus présent. Condamné par un cancer, Edward devra s'expliquer pour reconquérir un fils qui ne demande qu'à le connaître vraiment. Will a toujours entendu Edward, son père, raconter des histoires. Son enfance a été bercée par les incroyables récits épiques de celui qui en contant les fabuleux épisodes de sa destinée, a toujours fasciné et enchanté ceux qu'il rencontrait. Aujourd'hui, Will n'en peut plus. Bientôt père lui-même, il voudrait enfin connaître l'homme qui se cache derrière ces fables. Alors qu'Edward n'a plus que quelques jours à vivre, et après trois ans de distance entre eux, Will entame son propre voyage, à la recherche de son père.

"Big Fish" peut au premier abord déconcerter les admirateurs de Tim Burton. Certes, Edward Bloom rejoint la galerie des personnages solitaires et fantasques, en décalage vis-à-vis de la société qui comme Pee-Wee, Edward aux mains d'argent, Ed Wood, et même Batman n'accèdent au bonheur qu'en assumant ce décalage vis-à-vis de la société. Certes, des plans de son nouveau films citent ses chefs d'œuvres passés : les pavillons de banlieue où chacun tond sa pelouse ou la main mécanique qu'il vend rappellent Edward aux mains d'argent et la forêt maléfique semble un prolongement de celle où mourut le cavalier sans tête de Sleepy Hollow. Mais le héros n'est pour une fois pas un adolescent mais un père, et, surtout, la structure du film est moins limpide que d'habitude, et peut-être d'allure moins fantastique qu'habituellement.

De flash-back en flash-back, Tim Burton s'enroule autour d'un vieillard assimilé à un gros poisson pour prôner la possibilité de transfigurer le réel et, mieux encore, de transmettre cette morale de père en fils. Un humour léger, pince sans rire et décalé flotte constamment sur le film (à l'image du plan final du saut du poisson singeant la grâce du dauphin). Il permet surtout de mettre en place la constante économie de moyen du film.

Big Fish est inégal, un peu bancal. L’alternance entre les scènes familiales mélodramatiques et les trouées oniriques en flash-backs peine à trouver son point d’équilibre. Cette absence de fluidité ne nuit pourtant pas durablement à la réussite du film. Entre les affabulations héroïques du père et le réalisme contrit du fils, on craint longtemps que le film ne choisisse la résolution la plus consensuelle. Le dénouement est plus subtil. Le film trace une ligne médiane. Burton dénude alors les mécanismes de la fiction, jamais totalement imaginée, jeu retors de travestissement avec des faits avérés.

Big Fish est l’auto-analyse d’un conteur, une méditation un peu désabusée sur l’acte de raconter une histoire et la lente combustion de ceux qui mettent tant d’énergie à ce qu’on y croie. Un film touchant en somme.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2012
Et oui, Tim Burton peut faire des films sans Johnny Depp, et dans ce cas présent, le film est magique, un conte fantastique qui mêle réalité et fiction (en même temps vu le réalisateur ^^). A ma première vision, je l'ai trouvé vraiment spécial, et c'est vrai qu'il l'est, mais pour ceux qui ont regarder la première demi-heure et puis sont partis, retenter l'expérience car sa en vaut vraiment la peine.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2009
J'avais gardé le souvenir de la vue de ce film au cinéma d'un film un peu long mais très sympathique, fidèle à Tim Burton dans ses extravagances de réel mêlé d'un poil trop de fantastique pour que ça ait l'air complètement réaliste.

En le revoyant, bien confortablement installé dans mon canapé, j'ai bien eu l'impression que c'était du Tim Burton, mais sans les côtés glauques et obscurs qui vont généralement avec : c'est empreint d'un optimisme et d'une légèreté qui sont à mon sens assez rares dans son oeuvre, et l'effet en est vraiment radical. On en ressort en effet le coeur gonflé de joie, et avec l'envie d'entreprendre du personnage d'Edward Bloom, joué par un toujours aussi excellent Ewan McGregor.

Et puis c'est une merveilleuse histoire, qui invite une réflexion sur l'importance des histoires dans notre vie : entre les faits stricto censu, et une version romancée des évènements et des motivations, nous préférons généralement entendre cette dernière... ce qui peut être une source importante de bonne humeur et de motivation, et par conséquent peut-être de grandes réalisations !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juillet 2009
Excellent film (comme toujours avec Tim Burton) mais conditionné par quelqu'un limité intellectuellement (pour rester poli) qui a trouvé bon de coller la fiche descriptif sur le dos de la boite, à même le carton, massacrant une édition deluxe par quatre points de colle. Sinon, cette édition se contente d'ajouter un livret peu fourni au DVD de base.
0Commentaire5 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2010
il est vrai que le titre du film n'est pas ce qui m'a attiré au début. Mais étant une fan inconditionnelle de Tim burton et de son univers que je qualifierais de unique, je me suis laissée tenter. Et j'ai très bien fait. Quel plaisir de regarder ce film, une ode à l'amour. La relation entre le père et le fils est poignante, cette impression pour le fils d'être passer à côté d'une belle relation avec son père est touchante. Les acteurs sont parfaits, un très beau rôle pour Marion Cotillard qui n'était pas encore aussi connu sur le plan international. Les 10 dernières minutes sont très émouvantes, elle clotûre magnifiquement ce film. J'ai fondu en larmes face à cette belle (mais triste) fin. C'est le film que je préfère de Tim Burton, à égaliter avec le tout aussi brillant "Edward aux mains d'argent". Merci à ce réalisateur de me procurer autant de plaisir à regarder ses films.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 15 décembre 2010
Et si tout le monde voyait le monde avec ses yeux d'enfant, ne serait-il pas plus beau, plus joyeux, plus intéressant ? Bon, on peut débattre longtemps du sujet, ne serait-ce qu'en utilisant les arguments du fils et du père dans le film ;o) Mais en l'occurrence le film est magnifique pour cette raison, parce que l'on regarde la vie d'un homme telle que l'enfant en lui la perçoit ou préfère la percevoir et la raconter. Ajoutez à cela le talent de Tim Burton, son imagination foisonnante et inépuisable, et ses acteurs formidables et vous obtenez un chef d'oeuvre ! Je l'ai vu plusieurs fois maintenant, et je suis toujours aussi émue. A voir, revoir et re-revoir pour les fans de Tim Burton et d'illusions ;o)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
un film comme Tim burton sait le faire, j'ai adoré.
L'image et le son sont d'excellente qualité.
Les bonus y sont ultra minimalistes pour ne pas dire inexistants, mais ça me convient tout à fait comme ça.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2012
Une grande réalisation de Tim Burton accompagné par un scénariste de génie aussi : John August qui a su étayer un livre. J'en profite pour dire que les bonus de ce DVD sont géniaux car on apprend beaucoup de choses, même si on aimerait en connaître toujours plus !

Je ne raconterai pas l'histoire car il faut vraiment vivre ce film, très étonnant voire surprenant. Celles et ceux qui connaissent l'œuvre de Tim Burton ne seront évidemment pas déçu !

Le film est aussi servi par un casting de rêve : les acteurs sont impliqués et nous livrent un prestation incroyable !

L'œuvre est magistrale et on se laisse embarqué dans ce conte pour petits et grands !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles