undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
16
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Beethoven : Les dix Sonates pour violon et piano (Coffret 3 CD)
Format: CDModifier
Prix:16,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

34 sur 35 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans ces dix Sonates, les plus grands violonistes (Thibaud, Francescatti, Szeryng, Heifetz, Szigeti, Menuhin, Oïstrakh, Perlman, Kremer...) et les plus grands pianistes (Cortot, Casadesus, Rubinstein, Arrau, Kempff, Ashkenazy, Argerich, Barenboïm...) se sont illustrés.

Et pourtant, je ne tergiverserai pas : nonobstant les mérites respectifs de ces vénérables interprétations, je ne connais aucune intégrale qui puisse rivaliser avec cette version de Arthur Grumiaux et Clara Haskil, gravée au milieu des années 1950 dans une excellente monophonie.

Le clavier de la pianiste roumaine caresse, chante, maugrée et fulmine tour à tour, animé par une conviction qui révèle un caractère en acier trempé. Même si le piano est relégué au fond d'une acoustique assez ingrate, sa présence dramatique crève l'écran.

Le violoniste belge fait vibrer ses cordes avec une convivialité suprêmement élégante dans les opus de jeunesse, où la sonorité chaleureuse de son Guarnerius est un baume pour l'oreille.
La "Printemps" est un miracle de poésie et de plaisir partagé. Pour un peu, l'on entendrait chanter les oiseaux.
La malicieuse Huitième n'a ici plus rien de salonnard, ou alors nous sommes chez les Guermantes...

Car sous ce classicisme limpide, le feu couve, les passions brûlent. Dans la Septième, en do mineur, l'archet décoche des flèches qui ne sont pas celles de Cupidon.
Et la "Kreutzer" franchit le Rubicon : écoutez donc ce Presto qui vitupère avec une ardeur qui nettoierait d'un souffle les écuries d'Augias ! Tandis que l'Andante con Variazioni fait miroiter des eaux de fontaine qui amuseraient bien les ablutions d'un dieu.

Ecoutées les unes après les autres, l'esprit de chaque Sonate est cerné et servi avec la plus flagrante des évidences stylistiques.
Mais est-il besoin d'évoquer la notion de style, quand la prestation des interprètes prend valeur de modèle ?

Tout ce qu'on entend ici ne peut qu'amuïr la critique et tarir le commentaire. Dont acte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mai 2013
C'est un coffret splendide que je recommande absolument -
Une parfaite entente entre les artistes qui jouent merveilleusement bien - Un grand équilibre de prise de son entre les deux instruments permet une écoute rare - Un son extraordinaire -
Aucun effet superflu dans un jeu sobre, parfaitement fidèle au texte, et pourtant plein d'allant - Quelle pureté ! Quelle finesse !
Haskil - Grumiaux un couple en effet mythique qu'il faut entendre et réentendre - Ils sont extrêmement heureux de jouer ensemble et ça s'entend !
Indispensable dans toute discothèque -
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 avril 2013
L'écoute entre ces deux interprètes d'exception est magistrale et d'une précision exemplaire, ils vont au bout de la musique et de ces magnifiques oeuvres. L'intonation du violon d'Arthur Grumiaux est confondante et le piano de la grande Clara d'une musicalité et d'un toucher remarquable. Une pure merveille!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans ces dix Sonates, les plus grands violonistes (Thibaud, Francescatti, Szeryng, Heifetz, Szigeti, Menuhin, Oïstrakh, Perlman, Kremer...) et les plus grands pianistes (Cortot, Casadesus, Rubinstein, Arrau, Kempff, Ashkenazy, Argerich, Barenboïm...) se sont illustrés.

Et pourtant, tergiversera-t-on ? : nonobstant les mérites respectifs de ces vénérables interprétations, je ne connais aucune intégrale qui puisse rivaliser avec cette version de Arthur Grumiaux et Clara Haskil, gravée au milieu des années 1950 dans une excellente monophonie.

Le clavier de la pianiste roumaine caresse, chante, maugrée et fulmine au gré des humeurs réclamées par la partition, animée par une conviction qui révèle un caractère en acier trempé. Même si le piano est relégué au fond d'une acoustique assez ingrate, sa présence dramatique crève l'écran.

Le violoniste belge fait vibrer ses cordes avec une convivialité suprêmement élégante dans les opus de jeunesse, où la sonorité chaleureuse de son Guarnerius est un baume pour l'oreille.
La "Printemps" est un miracle de poésie et de plaisir partagé. Pour un peu, l'on entendrait chanter les oiseaux.
La malicieuse Huitième n'a ici plus rien de salonnard, ou alors nous sommes chez les "Guermantes" de Marcel Proust...

Car sous ce classicisme limpide, le feu couve, les passions brûlent. Dans la Septième, en do mineur, l'archet décoche des flèches qui ne sont pas celles de Cupidon.
Et la "Kreutzer" franchit le Rubicon : écoutez donc ce Presto qui vitupère avec une ardeur qui nettoierait d'un souffle les écuries d'Augias ! Tandis que l'Andante con Variazioni fait miroiter des eaux de fontaine qui amuseraient bien les ablutions d'un dieu.

Ecoutées les unes après les autres, l'esprit de chaque Sonate est cerné et servi avec la plus flagrante des évidences stylistiques.
Mais est-il besoin d'évoquer la notion de style, quand la prestation des interprètes prend valeur de modèle ?

Tout ce qu'on entend ici ne peut qu'amuïr la critique et tarir le commentaire. Dont acte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 31 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il est trés émouvant de retrouver les vinyls de ces quinze ans en cd impeccables...
Et de ressentir les mêmss émotons devant les ébats musicaux de ce couple mythique qui jubile dans une intégrale qui reste au niveau des sommets inégalés ;Merci pour ce cadeau à tous ceux qui aiment ces deux géants en fusion dans ces oeuvres incontournables...;
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 juillet 2014
Pour servir ce chef d'œuvre de Beethoven, Clara Haskil et Arthur Grumiaux joignent leurs communes et légendaires qualités - humilité, clarté, grâce - dans un équilibre parfait. A la perfection du génie répond la totale abnégation des servants : la double offrande musicale un matin de 14 juillet -dimanche!- bonheur d'être.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 juin 2015
Je commente exclusivement l'édition référencée chez Amazon B000OPPSX0 et ne vise qu'à l'utile, mon but étant de vous éviter des déconvenues qu'un défaut d'information ou une faute d'inattention ne m'ont pas épargnées.Le son de cette version est, j'insiste, une déception majeure. Je suis certain que les disques que j'ai possédés dans ma jeunesse étaient bien meilleurs à l'écoute. Un commentateur signale d'ailleurs le phénomène, je le rejoins entièrement sur ce point. J'ai effectué d'autres rachats 33 tours/cd qui ne me donnent aucunement cette impression (la Tétralogie de Böhm par exemple). Ce ne sont donc pas mes oreilles qui baissent mais bien cette nouvelle mouture qui est incontestablement en retrait par rapport à l'ancienne.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 février 2015
Il y en a beaucoup d’interprétations de ces sonates de Beethoven..., mais de toutes celles que j'ai pu écouter, je reviens sans problème et avec combien de plaisir sur l’interprétation génialissime d'Arthur Grumiaux et Clara Haskil, que j'écoute régulièrement en boucle dans la voiture... une autre interprétation n'est pas à sous estimer également, celle de Christian Ferras et Barbizet, trés bon également. Il m'arrive d'écouter des versions récentes comme Capucon-Braley, AS Mutter-L Orkis , Argerich-G Kremer, mais que dire, même s'ils font parties de la cour des grands, la complicité Haskil-Grumiaux c'est le must, dans la grace , l'equilibre, une belle lumière qui rayonne toujours...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 novembre 2011
Aucune hésitation : cette interprétation est de loin la meilleure de toutes celles enregistrées. A acquérir absolument. On oublie vite qu'il s'agit d'un enregistrement mono, enregistrement au demeurant remarquable. Coffret INCONTOURNABLE !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mai 2012
Sans doute une des plus belles intégrales de ces dix sonates pour violon et piano. Indispensable dans toute discothèque idéale !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mozart : Quatre sonates pour piano et violon
Mozart : Quatre sonates pour piano et violon de Wolfgang Amadeus Mozart (CD - 1999)