undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 janvier 2014
Il est toujours surprenant de voir comment un groupe dominant de critiques en tout genre fait des gorges chaudes devant certains réalisateurs (il suffit de voir les commentaires dithyrambiques commis par des critiques d'art patentés devant des tas d'ordures censés véhiculer un immense contenu socio-politique) et quelle indifférence on manifeste devant certains des plus grands, qu'ils soient cinéastes, plasticiens, écrivains ou musiciens. Il semble être de mauvais ton aux yeux des grands "experts" de considérer l'oeuvre de Kaneto Shindo, par exemple, dont L'Ile nue et Onibaba sont pourtant des oeuvres d'une incroyable force (et d'une extraordinaire originalité). L'oeuvre de Shinoda n'a jamais été mise en valeur, on s'est extasié devant son contemporain Oshima. La grande oeuvre de ce dernier, L'Empire des sens, est pourtant plutôt décevante. Les images y sont belles, sans plus. Celles de Shinoda sont à la fois beaucoup plus originales et beaucoup plus fortes. Le plus génial des films de ce coffret, Double suicide à Amijima, est à coup sûr l'un des grands chefs d'oeuvre de l'histoire du cinéma, à l'égal des plus extraordinaires réalisations de Mizoguchi ou de Kurosawa. Une mise en scène implacable, des images époustouflantes, on est scotché dans son fauteuil pendant tout le film, et on a de la peine à retrouver ses esprits quand il s'achève, tant on est émerveillé et bouleversé. Un coffret indispensable qui est bien plus qu'une découverte, un choc et un enchantement.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Masahiro Shinoda (né en 1931) est un de ces réalisateurs parvenus au sommet au cours des années 1960 à la faveur de la Nouvelle vague japonaise. Ce coffret admirablement composé nous offre des versions techniquement parfaites de quatre de ses oeuvres de cette période.

Commençons par Fleur pâle (1964). Un yakuza fraîchement sorti de prison réintègre la vie civile. Déconcerté par la politique de son gang, qui s'est rallié à son ennemi héréditaire, il est aussi happé par le monde du jeu qu'une jeune bourgeoise en mal d'aventures lui fait découvrir. Si le scénario ne brille pas par son originalité, la mise en scène (qui sera toujours son point fort) brille de mille feux et repose cette fois-ci sur une approche franchement nouvelle vague qui convient très bien au sujet. Par son ambiance et son sujet, le film peut rappeler l'excellente La Baie des anges de Jacques Demy.
Les deux films suivants sont des incursions moins convaincantes dans le jidai-geki (le film en costumes japonais). Dans Assassinat (1964), l'ère des Tokugawa touche à sa fin et Meiji peine à émerger quand un samouraï sans emploi monte une armée pour restaurer l'honneur perdu du Japon, soumis à une influence occidentale grandissante. Travaille-t-il pour la coterie impériale ? N'est-il pas en fait un pion du shogunat ? Ou ne serait-il pas tout simplement un individualiste forcené ? Tel est le débat...
Dans La guerre des espions (1965), nous retournons aux débuts de l'ère Tokugawa. Notre samouraï est cette fois ci pris entre deux groupes rivaux d'espions, les uns travaillant pour le shogun, les autres pour le clan rival des Toyotomi. L'histoire est assez confuse mais, comme toujours, la maestria de Shinoda pallie les insuffisances du récit. Admirables scènes de foule, reconstitution historique méticuleuse, étonnantes scènes de combat en pleine campagne, virtuosité sans égale de la caméra : on pourrait se contenter des images tant le récit est assez dur à suivre, le film trop bavard - mais la forme d'une exceptionnelle pureté.
Vient enfin son film le plus connu, Double suicide à Amijima (1969), inspiré d'une pièce du répertoire classique de Chikamatsu. La démarche se fait ici plus audacieuse et plus expérimentale, avec le célèbre usage des marionnettes du bunraku. Mais les qualités formelles sont encore plus mises en valeur par un scénario qui est cette fois-ci admirablement linéaire et simple.

On l'aura compris, Shinoda est un de ces artistes qui rendent valide la célèbre boutade selon laquelle "le style, c'est l'homme". Comme d'autres cinéastes de sa génération (Yoshida ou Teshigahara notamment), il est un maître incroyable de la mise en scène qui n'a rien oublié des leçons de ses prédécesseurs Kobayashi, Ichikawa et naturellement Kurosawa. Cependant, il est moins souvent tombé dans l'esthétisme et les afféteries que ses collègues. Revers de la médaille, on ne ressent pas à la vision de ses films l'émotion que peuvent proposer des réalisateurs ayant des thèmes profonds à faire partager à leur public. De ce point de vue, il est très en deçà d'Imamura ou Oshima, les maîtres de sa génération. Mais il proposera aux amateurs de cinéma formaliste, géométrique et abstrait des plaisirs d'esthètes. Ce n'est sans doute pas un hasard si Shinoda a beaucoup monté d'opéras à la fin de sa carrière.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2009
Coffret Masahiro Shinoda : Assassinat / Fleur pâle / La guerre des espions / Double suicide - Digipack 4 DVD

Ce coffret est tout simplement superbe !
Un paysage de films de samouraïs portant sur la politique, l'histoire et l'amour.
A ne pas louper !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,99 €
24,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)