undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles7
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,47 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 octobre 2009
Petit retour 30 ans en arrière: la vague disco déferle tout sur son passage et nombre de chanteurs français pensent rester "dans le vent" en surfant allégrément sur cette vague alors au sommet. Les résultats seront très variés. Certains furent absolument grotesques, le summum du ridicule étant atteint par Régine. D'autres furent moins calamiteux mais eurent du mal à convaincre, à l'instar de Dalida. Certains s'en tirèrent honorablement sans atteindre les sommets, comme Claude François dont le disco était assez agréable mais finalement ne sonnait pas réellement disco.

Enfin, il y a les (rares) vraies réussites que l'on compte sur les doigts d'une seule main, et dont font partie Patrick Juvet (suisse francophone) et notre Sheila nationale, qui s'est hissée en la circonstance au niveau des anglo-saxons. Qui aurait cru cela de la part de la gamine qui chantait "l'école et finie" ou de celle de l'assez consternant duo-guimauve avec Ringo sur les "gondoles à venise"? On comprend qu'elle ait dû user d'un artifice pour passer en discothèque en prenant le nom de "B.Devotion", et il est vrai que si j'avais été D.J. à l'époque je n'aurais pas écouté un disque estampillé Sheila...

Une fois l'artifice dévoilé, elle n'eut aucun mal à se faire accepter dans le monde de la dance et vit même s'ouvrir le marché américain avec entre autres la reprise de "singing in the rain", sont l'excellence de la mélodie ne pouvait que donner un bon tube disco. Brocardée par des grincheux comme Guy Bedos, Gene Kelly se montra moins sectaire en ouvrant les portes de sa maison à la petite française qui avait repris sa chanson sur les rythmes à la mode.

Outre les 3 tubes incontournables "Love me baby", "Singing in the rain" et "Spacer", certains morceaux sont très bien faits: "Hôtel de la plage", "Gimme your loving", "Sheila come back".

Je ne peux m'empêcher d'avoir la nostalgie de cette époque révolue où tout semblait permis, au contraire de notre société actuelle, conformiste et verrouillée. Et le disco est le plus marquant des symboles de ces années 70 regrettées.
33 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2009
Une excellente compilation qui va satisfaire autant les puristes de Disco Music que le grand public.
En 1977, Sheila avait tenté le pari incroyable de se lancer dans la Disco sous l'impulsion de son mentor Claude Carrère.Etant un puriste de la musique Disco, je peux dire que le pari fut réussi.Des mélodies efficaces un tempo d'enfer et une instrumentation magnifique.
Ce qui est excellent pour les passionnés c'est que l'on a les versions longues 12" de Love Me Baby, Singin In the Rain, Spacer et Your Love is Good entre autres ainsi que les versions originales des albums de l'époque des autres chansons.
Outre les hits incontournables, j'attire l'attention sur "Kiss Me Sweetie" bijou Disco avec une orchestration très inspirée de la musique de Cerrone...
Bref ce best of ravira aussi bien les non-initiés que les passionnés...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2016
Rien de spécial puisque j'ai les vinyles aussi et que je souhaitais les avoir sous ce format cd cd cd cd
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quiconque dit que Sheila ne sait pas chanter
ne sait pas chanter et ne connait rien à la chanson ni à la musique.

Sheila a toujours été une grande chanteuse
avec une belle, bonne et grande voix.

Ceux qui ne savent pas chanter finissent tous par disparaître tôt ou tard:
l'histoire de la musique l'a bien prouvé.

Cet album nous rend les meilleurs titres disco de Sheila:
De la très bonne musique de discothèque et de fête
comme on savait la faire à l'époque !
Le disco était toujours gai même quand la chanson était triste...
Contre la morosité et nihilisme caviar ambiant.

De bons souvenirs, de bons titres,
originaux et très bien produits,
de grands moments du disco
à reprendre encore et encore.
A découvrir, à redécouvrir et à faire découvrir.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2007
certe j ais deja tous les titres sur l integrale mais quand j ais vu la pochette j ais voulu l acquerir .le contenu est tres sympa et nous fait realise que la carriere internationale de sheila aurait merite encore plus d eloges.pour moi c est la meilleure periode de sa carriere bravo l artiste
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2008
Rien de plus que la nostalgie... En effet, le succès de Sheila est une énigme. Comment quelqu'un chantant si mal, avec si peu d'instinct musical et une voix si quelconque ne transmettant à peu près aucune émotion a-t-elle pu vendre des disques ? (D'un autre côté cette question est valable pour bien des chanteurs de variétés, qu'ils soient français, anglais ou autre chose.) Toujours est-il que Carrère, son producteur, a eu l'idée de lui faire chanter du disco en anglais entourée de trois danseurs. Ces derniers qui ne sont pas les choristes de ses chansons, ce qui est révélateur, sont là pour distraire le public du mauvais anglais de la chanteuse -et ils n'ont été engagés que sur un seul critère, discriminatoire : ils sont noirs.

Et le disco ? Eh bien, il est loin d'être mauvais. Le premier album, celui de 1977, est fait de six chansons entraînantes tout à fait conformes à l'esprit du temps. Suivent ensuite deux ans de 45 tours qui essayent d'aller au-delà avec même des fusions disco-rock (ratées, il faut bien le dire, le disco et le rock n'ayant jamais fait bon ménage). Ceci se termine avec l'album réalisé par Chic en 1980, toujours dans cette veine. Nous sommes dans du très mauvais, ce qui n'est guère étonnant quand on sait que les trois-quarts du catalogue de Chic sont inécoutables -mais apparemment ils ne s'en sont pas rendu compte car l'année suivante, ils répèteront le désastre disco-rock avec Blondie.

Sur le premier cd on a toutes les chansons du premier album dont le nom était soit «Love me baby» soit «Singin' in the rain» (mais est-ce bien important quand on sait que le «groupe» lui-même a fait alterner trois variations de son nom : S. B. Devotion, Sheila B. Devotion et Sheila & B. Devotion ?). Les six chansons sont du disco gai et rafraîchissant à l'image du premier 45 tours, «Love me baby». Malheureusement sur le cd cette chanson est dans la version rallongée (d'origine) qui n'est que la version 45 tours avec des passages senza voce intercalés à plusieurs endroits sans souci de réelle continuité. Il s'agit plus d'une mosaïque amateur que d'une vraie version longue. La deuxième partie du cd est faite de chansons sorties en 1978 et 1979 qui n'ont jamais été regroupées en album à l'époque. Elles sont en version longue quand celle-ci existe, ce qui n'apporte rien : les versions longues sont simplement les versions 45 tours avec des moments répétés. Le second cd commence avec «Spacer», le grand mythe de la carrière de Sheila car il est réalisé par Chic (fin 1979). C'est donc du bon Chic de la fin du disco grâce à la basse même si le solo de guitare fait tache. Après ce simple qui a été écouté partout dans le monde (mais guère acheté qu'en Europe), Carrère a confié l'album à Chic. Qu'ils aient accepté montre en fait qu'à ce moment-là peu de gens leur demandaient de réaliser des disques, car on ne voit pas quel critère artistique a pu les faire accepter. D'ailleurs, l'album est immonde, fait qui n'a finalement pas été si rare dans la carrière de Chic entre 1977 et 1992 (et plus particulièrement entre 1980 et 1992, époque où plus personne n’achetait guère leurs disques : le mythe Chic est bien postérieur). Le cd se termine sur des «bonus» qui bien évidemment n'ont rien de bonus puisque ce double cd est plus cher que le cd simple ! On a droit à des raretés qui, comme le reste de la compilation intéresseront les fans de disco -les fans de Sheila, eux, auront acheté l'intégrale en 18 cd qui propose d'autres versions supplémentaires de la période disco. On a ainsi deux versions de «No no no no» mais aussi de «Seven lonely days» (y compris le remix que Carrère a fait en s'inspirant éhontément de «Knock on wood»). Finalement le cd se termine avec un remix de 12 minutes de «Spacer», un remix actuel (il n'y a qu'à voir son nom ridicule) mais qui ne modifie pas l'instrumentation de la chanson de 1979. Par contre, le remix suivant, de 1998, est 100% technopouffe. Et comme on peut toujours faire pire, le dernier titre du cd est un exécrable pot-pourri de chansons disco à la sauce actuelle.

Bref, les collectionneurs seront heureux d'avoir tout le disco de Sheila sur un double cd, ce qui remplace avantageusement les deux albums et la petite dizaine de simples sortis en leur temps. Enfin ! On a droit en plus à un inédit de 1978, «I'm your baby doll» : on comprend pourquoi cette version disco de «Be-bop a lula» n'avait pas été publiée jusqu'alors, tellement elle est exécrable. Le livret est quant à lui minimaliste : il ne donne que les titres des chansons, leurs auteurs (des pseudonymes cachant les noms de Carrère et de ses collaborateurs), les années de sortie et enfin des photos de quelques pochettes. Rien de plus. D'un autre côté, Sheila, à l'instar de la plus belle fille du monde, ne peut offrir que ce qu'elle a.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2008
Si comme moi vous avez été fan de Sheila depuis toute petite, vous avez certainement aimé sa période disco. Acheter ce cd et vous retrouverez tous les titres version longue aujourd'hui oubliés. Un brin de nostalgie en écoutant ce cd.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)