undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles7
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:13,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Colossal Youth » est un disque qui ne ressemble à rien (de connu) : rachitique, minimaliste, étriqué, épuré, simplifié à l''extrême.

25 morceaux en moins d''une heure, soit quasiment toute la carrière du groupe (le 33 T « Colossal Youth », plus quelques singles) est contenue dans ce Cd.

Une basse, une guitare économe de ses notes, une voix féminine opaque et voilée (mais pas sur tous les morceaux, 1/3 du Cd est instrumental), de temps en temps un orgue et une boîte à rythmes squelettiques. Mais il exsude cet assemblage minimaliste de comptines quasi enfantines et de ballades fragiles une émotion et une pureté uniques.

Par comparaison, un groupe comme les Violent Femmes des débuts ressemble à un orchestre symphonique, c''est dire le degré d''épure atteint par les Young Marble Giants, et il existe peu de choses à ma connaissance ressemblant à ce Cd.

« Colossal Youth » est un disque unique, rare et précieux . Une expérience en soi.

Indispensable.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2009
Effectivement, colossal.Un album tout en contraste, epuré et en même d'une richesse absolue.
Cet album résume la carriére de ce groupe, puisque le seul realisé par eux...Aprés çà, plus rien de nécessaire...
Un album à avoir absolument...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2012
1980 est peut-être la dernière grande année de l'histoire de la Pop Music. Les albums fondamentaux sortis cette année là ne manquent pas : "Closer" de Joy Division, "17 seconds" des Cure, "Remain in light" des Talking Heads, "Dirty mind" de Prince...il y en aurait une bonne vingtaine à énumérer. "Colossal Youth" est peut-être le meilleur d'entre tous. Lorsqu'on jette un coup d'œil sur cette pochette on peut se demander à première vue ce que ces 3 tronches de rien ont bien à raconter. Seulement voilà, ici l'emballage n'annonce aucunement la couleur. Lorsque démarre la boite à rythme (casio ?) de "searching for Mr Right" on est scotché. Jamais rien entendu qui sonne ainsi. Dire que c'est un album minimaliste n'est pas exact, il est plutôt spatial, aéré et économique. Mais le son produit avec une guitare, une basse, un clavier et une boite à rythme est gigantesque, rond comme chez James Brown dont il se rapproche également par son groove puissant et carré. La voix blanche d'Alison sans le moindre relief rajoute encore une dose de paradoxe à cette œuvre inextricable : comment des titres aussi paralytiques peuvent-ils être aussi funky ? comment un climat aussi gris peut-il être aussi caniculaire ? Jamais un album de pop n'est parvenu à marier les contraires comme dans "Colossal youth". un titre comme "Choci Loni" évoque une sorte de rockabilly qui sonoriserait une toile d'Yves Tanguy criblée de motifs architecturaux minéralisés, c'est confondant de génie et de maîtrise. "Wurlitzer jukebox" vous transporte dans un western du 22ème siècle, à 100 à l'heure tout en restant immobile. Les dialogues infinis entre la basse et la guitare donnent le frisson sur chaque titre. Parfois, seul un clavier demeure, synthétique et sensuel au possible, orphelin de toute influence (alors que la plupart des groupes de 1980 en Grande-Bretagne faisaient sonner leurs synthés comme chez Kraftwerk).
L'album s'étend sur 15 titres courts, tous plus renversants les uns que les autres. Une claque "Arty" monumentale pour tous ceux qui après le Punk ont cherché à expérimenter. Toute la philosophie des labels indépendants anglais des années 80 commence avec cette galette miraculeuse sortie d''ailleurs sur l'un de ces plus fervents représentants, le label "Rough Trade" qui signera plus tard les Smiths...et la boucle sera bouclée.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 septembre 2012
Après avoir écouté le dernier The XX, j'ai eu envie d'aller ressortir mon vieux Young Marble Giants (pas la peine de préciser lequel, il n'y en a qu'un)... Allez savoir pourquoi ?!?

Ce disque "colossal youth" ne ressemble à rien, ni à l'époque de sa sortie, ni encore aujourd'hui; du rock minimaliste rendu à la vie grâce à un orgue de fête foraine, une chanteuse à la voix éthérée, une boite à rythme préhistorique, une guitare, une basse et c'est tout. Et pourtant, entendez une fois "Wurlitzer Jukebox" et ça y est, vous êtes accro ! L'album reste, plus de trente ans après, impressionnant de sobriété, de simplicité, d'efficacité, une oeuvre mélancolique et froide, juste magnifique et indispensable...

Paru en 1980, il est l'oeuvre du trio gallois composé des frères Moxham, Stuart (guitare et claviers) et Philip (basse), et de la chanteuse Alison Statton. La version CD regroupe, outre le LP originel "Colossal Youth", le EP 6 titres "Test Card" (1981), le maxi single 4 titres "final days" (1981), ainsi que le morceau "ode to Booker T" sorti initialement sur la compil "Is the war over" (1979), soit la totalité des enregistrements studio du groupe. Les plus mordus chercheront eventuellement à se procurer leur Peel Sessions publié en 1991 et encore disponible sur certaines éditions CD.

Pas besoin d'en dire plus....juste l'écouter !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mars 2004
La pochette donne le ton : blanc sur fond noir, trois visages figés au teint cireux, gais comme des employés des pompes funèbres à une mise en bière... Alison Staton, Stuart et Philip Moxham : une voix, une guitare, une basse et quelques sons de boîte à rythme ou de synthé... dans le minimaliste pop, difficile de faire mieux ! Et pourtant la magie opère, l'inspiration, la simplicité et l'évidence ( accidentelle ? ) apparaît dans chaque titre tout au long de l'album. Le réjouissant trio du pays de Galles a donné ce qu'il avait de meilleur, l'expérience étant de toute façon restée sans lendemain. A déconseiller toutefois aux dépressifs...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2010
Colossal Youth, sorti en 1980, est le premier et unique album studio du groupe de post-punk gallois Young Marble Giants, constitué de Stuart Moxham (guitare, orgue), Alison Statton (chant) et Philip Moxham (basse). Pas de batterie. L'album, très étrange, aligne 15 titres en 40 minutes - morceaux les plus longs : 3 minutes seulement, et est on ne peut plus culte - et méconnu, hélas. Kurt Cobain dira de ce disque, en 1992, qu'il est un des albums les plus influents qu'il ait entendus de sa vie. On peut dire que Cobain avait entièrement raison sur ce point : Colossal Youth est effectivement colossal, un disque aussi influent, pour le futur du rock, que ne l'a été, un an auparavant, Entertainment ! de Gang Of Four. Mais en mode atmosphérique.

En parlant de Cobain, sachez que Hole, le groupe de sa femme Courtney Love, reprendra, sur Life Through This (1994), Credit In The Straight World, une des meilleures chansons de l'album des Young Marble Giants. C'est une chanson purement grandiose, mais il ne faudrait pas oublier N.I.T.A., Colossal Youth, Searching For Mr Right, The Man Amplifier, Brand - New - Life, Wurlitzer Jukebox ou The Taxi. Mais l'ensemble des 40 minutes est tout simplement incroyable, intemporel, sans âge. Pas de batteur, mais une boîte à rythmes, à la Suicide (mais en moins agressif), qui rend l'ensemble très étrange, atmosphérique, parfois enchanteur, parfois un peu oppressant, toujours unique. Tout comme la très sensuelle voix d'Allison Statton.

Vous l'aurez compris, Colossal Youth est un de mes disques de chevet, un de mes gros coups de coeurs personnels, et je vous le recommande instamment, sans limite. En fait, c'est un disque qu'il vous faut obligatoirement !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2012
Et oui, son nom il le porte bien... Un OVNI du début des 80's avec un son unique qui va inspirer de nombreux musiciens par la suite. Pour tous les fans de zic, cet album est indispensable dans une discothèque digne de ce nom.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
10,00 €
26,30 €
46,87 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)