undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
4,3 sur 5 étoiles
Paul Dukas : Ariane et Barbe-Bleue
Format: CDModifier
Prix:30,79 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La discographie d'Ariane et Barbe-Bleue est à l'image de la présence sur les scènes des opéras mondiaux de l'unique opéra de Paul Dukas : famélique. C'est bien dommage et injustifié tant Paul Dukas qui était avant tout un professeur de composition (qui eut Messiaen comme élève) et surtout un critique avisé et respecté pratiqua une auto-censure stricte vis-à-vis de ses propres oeuvres pour ne laisser à la postérité que ce qu'il fit de mieux.

Ariane, composé cinq ans après Pelléas et Mélisande, s'inscrit au plan du chant dans la même lignée que le chef-d'oeuvre de Debussy en ayant toutefois un certain souci de réserver une place plus grande à une forme d'expression lyrique plus proche de la tradition mais de couleur très impressionniste. La grande différence est dans la place laissée à l'orchestre dont Dukas était un grand maître. Le compositeur fait preuve d'une fabuleuse capacité à créer des ambiances, à traduire par d'infinies nuances ce qui se passe autour des personnages qui évoluent dans un espace confiné, à évoquer les tensions, les contradictions ou les rêves qui agitent ces femmes enfermées dans un huis-clos où une succession de drames se noue et se dénoue. J'irai jusqu'à dire que dans une bonne mesure, l'opéra de Dukas est avant-tout un opéra où la place prépondérante est laissée à l'orchestre. Peut-être est-ce là l'une des raisons qui explique son absence des scènes lyriques.

Une autre peut tenir au fait que le rôle d'Ariane est dévolu à une soprano qui doit cependant non seulement occuper l'essentiel de la partition chantée (Barbe-Bleu n'a que huit cours couplets à l'acte 2 puis plus rien par exemple !) mais aussi et surtout évoluer dans une tessiture qui conviendrait bien mieux à une mezzo. D'où un rôle qui exige une large tessiture avec une belle présence dans le grave, une capacité dramatique certaine et une diction parfaite.

En effet, le texte de Maeterlinck (écrit à l'origine pour Grieg qui l'avait refusé) fait montre d'une grande beauté et doit se lire à deux niveaux. Littéralement, bien sûr, comme l'histoire d'une nouvelle épouse, Ariane, décidée à braver les interdits et persuadée d'emblée que les précédentes femmes de Barbe-Bleue ne sont pas mortes et que son devoir est de les libérer. Implicitement aussi, comme une image sur la place donnée aux femmes dans la société de ce début de XXème siècle où un désir d'émancipation, une volonté de prise de liberté par rapport au joug masculin traditionnel se fait jour. Ariane sera celle qui montrera la voie tandis que les autres, malgré l'espace ouvert par leur libératrice qui leur tend la main, resteront prisonnières de leurs peurs, de leur éducation et des traditions qui veulent qu'une épouse, même maltraitée, reste dévouée à son mari et seigneur. A ce titre, le propos de Maeterlinck est d'une grande clarté et d'une étonnante modernité, bien plus que celui, un brin daté et ésotérique de Pelléas...

Dans une discographie qui se résume à trois coffrets, la version dirigée par Botstein (à qui l'on doit un très honnête et tout aussi rare "Roi Arthus" de Chausson d'ailleurs) s'impose probablement par défaut. A cela, d'abord un orchestre flamboyant, celui du BBC Symphony, qui trouve là une partition à la mesure de ses moyens et donne un souffle lyrique indispensable à une oeuvre fébrile. Côté vocal, Lori Phillips n'est probablement pas ce que l'on pourrait rêver de mieux dans le rôle d'Ariane mais c'est encore elle qui émerge de la comparaison discographique. Sa diction est très honnête sauf sur les consonnes souvent fermées. On la sent toutefois plus à son aise dès que la partition lui donne l'occasion d'aller vers le haut du spectre.
Patricia Bardon, irlandaise, fait une très honnête nourrice et Peter Rose un Barbe-Bleu qui aurait gagné en crédibilité si la diction, fort moyenne malgré la brièveté du texte, avait été meilleure. D'une manière générale, toute la distribution à l'exception de Daphné Touchais qui est belge, est d'origine anglo-saxonne (américaine et britannique) et souffre d'une diction qui manque de naturel quand elle n'est carrément pas ridiculement catastrophique comme avec les paysans du 3eme acte. Quand on connaît l'importance du point dans l'opéra français en particulier de cette époque, cela porte vraiment à conséquence du moins pour un public de langue maternelle française.

Par ailleurs, la prise de son, surtout sur le premier disque qui couvre les deux premiers actes, sature fortement dans les voix aigües contribuant à affecter sérieusement le confort d'écoute. Heureusement, vu la partition, cela reste très ponctuel.

Bref, trop de réserves pour en faire un coffret de référence mais à défaut de manger des grives...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Leon Botstein est un chef dont on peut saluer la curiosité d'esprit, et l'enthousiasme et la compétence avec lesquels il aborde Ariane et Barbe Bleue dans cet enregistrement tout récent (janvier 2007) font plaisir à entendre. L'opéra unique de Paul Dukas (créé un siècle plus tôt, en 1907) est en effet une œuvre marquante, magnifiquement écrite pour les voix et pour l''orchestre, et qui n''a pas intéressé par hasard des musiciens exigeants et subtils comme Zemlinsky. Drame moral, plutôt qu'érotique, Ariane et Barbe-Bleue possède un pouvoir de séduction qui naît de l'invention suprêmement élégante du compositeur. On cède aux sortilèges du chant souterrain des épouses au premier acte, on admire la construction symphonique à la fois monumentale et condensée des trois actes, comme la riche et chatoyante substance musicale de l'œuvre toute entière (à la surface de laquelle semblent affleurer des idées thématiques en constante transformation.

Excellente prestation de l''orchestre de la BBC, qui déploie une riche et séduisante palette de couleurs, comme en une toile de Klimt. Patricia Bardon est satisfaisante dans le rôle important de la nourrice, tout comme les épouses. Pour incarner Ariane, Lori Phillips n'est pas idéale, mais je ne sais pas quand nous aurons mieux. Dukas est un compositeur important et Ariane est sans doute ce qu'il a écrit de plus beau.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 décembre 2007
Paul Dukas est l'auteur immortel du célèbre scherzo : "L'apprenti sorcier". Ce succès amplifié par l'adaptation de Walt Disney pour le film Fantasia a occulté tout le reste de son oeuvre. Dukas compositeur intransigeant a beaucoup détruit de ses partitions et son catalogue restant est bien mince.
Ecrit sur un livret de Maeterlink, Ariane a souffert de la concurrence de "Pelleas et Mellisande" de Debussy et du "Château de Barbe bleue" de Bartok, et comme les autres opéras français du début du XXe siècle écartelé entre le Wagnérisme et le Debussysme il n'ont pas résisté aux "modernes" (véristes et dodécaphonistes).

Cette oeuvre est le chef d'oeuvre de Dukas ... fermez les yeux et écoutez une partition extraordinairement riche: un opéra fantastique à l'orchestration rutilante.

L'enregistrement de Leon Botsein donne toute sa place à l'ochestre et c'est heureux car les deux protagonistes principaux d'Ariane sont : Ariane (un rôle titre écrasant) et l'orchestre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juillet 2009
Un opéra trop peu connu. Dans la lignée de Pélléas et Mélisande, même si beaucoup plus proche de Wagner que l'oeuvre de Debussy. A écouter.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé