Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 hypervirtuosité ET musique, 22 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alkan : Concerto pour piano seul op. 39 - Troisième recueil de chants (CD)
Le meilleur technicien du piano vivant rencontre l'une des oeuvres les plus cyclopéennes de la littérature pour son instrument. Alkan est l'un des plus grands mystères de toute la musique classique: ceux qui on entendu un disque de ses oeuvres ne comprennent pas qu'il ne soit pas plus connu. C'est incompréhensible car cette musique est aussi géniale qu'accessible. Le concerto pour piano seul qui figure ici est cependant un peu moins facile que la sonate " les 4 ages" ou la géniale sonatine.
Si vous aimez le piano ce sera un choc.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un compositeur à découvrir !, 16 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alkan : Concerto pour piano seul op. 39 - Troisième recueil de chants (CD)
Depuis 15-20 ans, Marc André Hamelin s'investit corps et âme dans la (re-)découverte d'un compositeur français Marc André Hamelin. Son écriture, brillantissime, évoque à la fois celle de Liszt, pour l'aisance technique qu'elle nécessite, et celle de Berlioz, pour la dimension erratique et rêveuse que prennent parfois ces oeuvres. En exalter la structure n'est pas toujours une mince affaire, surtout que la tentation de succomber à la virtuosité pure et dure n'est pas moindre. Ainsi, les nombreux écueils de ses partitions font que peu de pianistes osent s'y atteler. Mais Hamelin, qui n'est jamais le dernier pour relever des défis de taille (surtout quand les compositeurs sont - relativement - méconnus) enregistre régulièrement ses oeuvres : Sonatine, Grande Sonate "les Quatre Ages", Symphonie pour piano solo et autres pièces plus brèves. Le brio technique n'est plus à prouver. Son véritable apport est assurément un jeu totalement au service de cette Musique, à la virtuosité jamais gommée mais jamais ostentatoire non plus. Il parvient à organiser le plus logiquement du monde le redoutable Concerto pour piano solo, dont le premier mouvement fait à lui seul presque une demi-heure ! Le mouvement suivant, plus introspectif mais pas moins "berliozien" d'essence (l'âme semble errer entre les notes, au-delà des barres de mesure) et la poésie de son jeu fait merveille, tout autant que son romantisme discret, pudique. Et enfin, le finale, un vrai déluge sonore, une pluie torrentielle de notes qui évoque les gros morceaux de bravoure lisztiens (sa sonate en si mineur) Hamelin s'y jette dedans, l'empoigne avec force et parvient, avec une rare cohérence, à le structurer au-delà du simple déballage de virtuosité, qui est ici phénoménale. Ses doigts virevoltent sur le clavier mais donnent du poids à chaque note, chaque motif. En seconde partie de programme est proposé le troisième recueil de chants. On y retrouve les mêmes qualités que dans la pièce précédente. Ces miniatures, qui en demandent beaucoup des artistes qui les abordent, déploient un véritable kaléidoscope d'atmosphères, très différenciées. Il fallait au moins le talent d'Hamelin pour leur donner le poids nécessaire. Admirons une nouvelle l'aisance spectaculaire de ses dix doigts, jouant avec une telle conviction, mais émancipées de tout geste par trop ostentatoire. Je goûte particulièrement l'impressionnisme du Vivante et du Canon, évoquant certaines pièces de Ravel, le côté fantastique et mystérieux des Esprits follets,qui évoquent la ronde des lutins, une des deux études de concert de ... Liszt, la pudeur d'Horace et Lydie et tout autant celle de la Barcarolle qui suit. En somme, un disque merveilleux, qui nous fait faire un merveilleux voyage en musique. Merci à Charles Valentin Alkan pour sa musique et à marc André Hamelin pour son talent et son superbe piano.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le piano symphonique, 9 novembre 2008
Par 
Veilleur - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alkan : Concerto pour piano seul op. 39 - Troisième recueil de chants (CD)
C'est une gageure terrible que de créer un concerto pour piano seul. D'habitude, le concerto est une forme musicale qui oppose un instrument seul à tout l'orchestre. Dans le cas présent, il s'oppose à lui-même et il joue les deux rôles.

Pas facile donc d'aborder un tel "monstre" musical, d'autant plus que ce concerto d'Alkan dure 50 minutes donc 30 pour le seul premier mouvement. Une véritable symphonie qui nécessite une technicité hors pair. De ce point de vue, le défi dans lequel s'est jeté Marc-André Hamelin est couronné de succès. Si on est en droit de ne pas accrocher à toute la musique d'Alkan, on ne peut que rester admiratif du résultat obtenu.

Bravo pour cette découverte d'une oeuvre méconnue.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une ascension dans la pénombre, 13 octobre 2008
Par 
Dominique Andrieux - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alkan : Concerto pour piano seul op. 39 - Troisième recueil de chants (CD)
Alkan nous invite à une re-découverte constante de son œuvre. MA Hamelin nous apporte de plus le plaisir d'une interprétation forte et subtile qui, à l'invitation de l'auteur, nous entraîne, dans une pénombre automnale, à l'ascension de quelque mont mystérieux. Voyage plein de rencontres, d'inattendu et d'émotions ! En ce sens, pour ce dernier point, pour ma part, je trouve quelques voisinages "Mussorgskyen" à cette musique.
Un disque plaisir, on peut être ravi que les cd ne "grattent" plus !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit