undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles9
3,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Livret débile avec un 'méchant' qui ne l'est même pas (ce brave duc interdit gentiment l'invraisemblable duel de boutiquiers qui, compte tenu du contexte, allait le débarrasser de son 'rival'). Très supérieure, la musique de Bizet séduit particulièrement par une orchestration rutilante, mise en évidence avec brio par l'excellent Georges Prêtre à la tête d'un Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio-France en pleine forme. Un remarquable Alfredo Kraus et un Gabriel Bacquier égal à lui-même, c'est-à-dire parfait, complètent les points positifs de cet enregistrement. June Anderson séduirait plutôt si les roucoulements qui constituent la plus grande part de son rôle n'ôtaient toute intelligibilité aux paroles. José van Dam, quant à lui, en fait des tonnes dans son grand air du deuxième acte, tirant vers le tragique le chant d'un artisan éméché qui, tra-la-la compris, semblait pourtant adresser un clin d'oeil amusé à l'Osmin de 'L'Enlèvement au Sérail'.
33 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2010
M'amusant dernièrement à lire sur YouTube les commentaires des internautes relatifs aux clips vidéos du groupe Ange, j'ai une fois de plus été étonné de la grossièreté à quoi très rapidement les gens en viennent quand ils ne sont pas du même avis. Du coup, si tout n'est pas du ressort de la subjectivité - il n'est pas si difficile de démontrer en quoi une musique est pauvre ou riche -, il me semble bien épineux de contrarier celle-ci quand pour des raisons qui relèvent de son parcours propre ou appartiennent à un autre contexte elle décrète que telle ou telle musique, aussi pauvre fût-elle, est à ses yeux ce qu'il y a de plus beau au monde. Transposer et argumenter ne peuvent pas tout, outre qu'avec cette manie d'avoir un avis sur toute chose, les gens sont tellement fiers de s'attribuer une singularité en défendant mordicus des choses qui défient l'entendement. Mais si je me souviens bien, il n'y a pas que les internautes qui s'envoient des gracieusetés à la figure : jadis Jacques Bourgeois et Antoine Goléa à la « Tribune des critiques de disques » de France Musique se sont semblablement insultés au nom d'une musique pourtant plus estampillée que la musique du groupe Ange. Il faut avoir entendu Antoine Goléa dégoiser sur les voix de haute-contre ! Il y allait d'une telle verve que là aussi c'était assez drôle. Faut-il en conclure que la subjectivité est naturellement plus grossière que l'objectivité ? Elle est en tout cas plus chaude.
C'est à elle que je pensais en écoutant « La Jolie fille de Perth » tandis que je faisais la vaisselle. Cette « Jolie fille de Perth » je ne l'ai pas achetée pour Bizet mais, chose plutôt exceptionnelle chez moi, pour Alfredo Kraus qui est mon ténor de prédilection depuis son rôle de Werther dans l'opéra éponyme. Cette écoute a donc amené ma subjectivité à tenir des considérations sur Bizet, sur Alfredo Kraus, sur la subjectivité et même sur mon écoute, écoute coordonnée, m'a-t-il semblé, avec les gestes de la vaisselle, mais n'ayant pas assez de place pour faire état de ces derniers, je vous en fais grâce. Cette « Jolie fille de Perth » est une oeuvre peu connue, ce qui est assez regrettable, mais c'est vrai qu'aujourd'hui on a tant de choses à écouter. Il n'est d'ailleurs pas rien que, hormis « Carmen », on fréquente si peu Bizet dont on oublie parfois la brièveté de l'existence (1838-1875). « Carmen » éclipse presque entièrement le reste de l'oeuvre. Ou pour dire les choses différemment, sans « Carmen » Bizet serait sans doute resté un bon compositeur mineur. Il y a bien encore « L'Arlésienne », mais après ? La symphonie en do majeur me dites-vous... Il y a cinquante ans on écoutait certes « Les Pêcheurs de perles », mais aujourd'hui ?
Quand Bizet compose « La Jolie fille de Perth », il a 28 ans, ce n'est donc pas une oeuvre de la maturité. Pourtant Bizet est un compositeur très prometteur, il assimile l'état musical de son temps, il le retraite, le synthétise pour son propre compte : la machinerie fonctionne à merveille. Fort dommageablement, cet opéra est servi par un livret affligeant de rimes plates et est pour tout dire des plus médiocres. Quand on pense aux ailes que Da Ponte a données à Mozart, que Boito a données à Verdi, que von Hofmannsthal a données à Richard Strauss... Il faudra attendre « Carmen » (1873-1874) pour que Bizet bénéficie d'un livret (signé Meilhac et Halévy) digne de son génie qui ne demandait qu'à éclore, - oeuvre de la maturité, mais aussi la dernière. Tout comme pour les scénaristes au cinéma, il faut parler des librettistes, leur rendre hommage. Le génie des compositeurs leur doit beaucoup ; combien d'entre eux ont dû s'échiner à rectifier le tir quand le livret était mauvais ! Car quand c'est raté, il n'y a plus de doute, plus de subjectivité qui compte, c'est raté.
Pour qui a de la tendresse pour le jeune Bizet, et pour qui aime la voix d'Alfredo Kraus, les autres interprètes étant le grand Gabriel Bacquier, José Van Dam, Gino Quilico et June Anderson, tous sous la direction de Georges Prêtre, on trouvera du charme et évidemment beaucoup de promesses à cet opéra. Ce que je dis des compositeurs me semble s'appliquer aux chanteurs : « Werther » a une réputation d'oeuvre mièvre, mais avec l'interprétation d'Alfredo Kraus qui y trouve matière à révéler son propre génie, l'accusation ne tient plus : « Werther » est une oeuvre dont l'expression musicale des sentiments est parfaitement cohérente, une oeuvre qu'on peut ranger avec « Carmen ». « Werther » révèle le très grand art d'Alfredo Kraus et Alfredo Kraus révèle le très grand art de Massenet ; si je ne m'abuse, voilà ce qui s'appelle une rencontre. Le cas pour n'être pas unique n'est pas si fréquent. Alfredo Kraus n'a pas avec « La Jolie fille de Perth » la même latitude que dans « Werther » mais heureusement la belle direction de Georges Prêtre arrange bien des choses.
55 commentaires|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2015
Cette oeuvre mérite d'être connue, mais sans plus : quelques airs à tirer de l'oubli, un livret fondé sur la jalousie (un de plus), mais une orchestration légère. En fait, cette version vaut surtout pour ses interprètes, tous très bons (sans parler du chef, évidemment).
Il faudrait une sacrée distribution pour m'amener à aller la voir sur scène, ou bien de jeunes chanteurs à encourager.
Pour l'instant, la version de référence., à préférer à une nième Carmen.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2015
beaucoup de charme pour une oeuvre dont le dramatisme n 'est pas le point fort . on peut se laisser aller , une version très homogène , des interprètes convaincants à défaut d 'être convaincus ( Kraus ) , Anderson étant le phare de ce petit ilôt de poésie .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2014
Je ne connaissais pas cette oeuvre de Bizet, je n'ai pas résisté à la promotion. J'ai découvert une oeuvre et des voix admirables. Comme toujours, la livraison est parfaite et nettement plus courte que les temps estimés.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2012
jolie oeuvre de bizet bien dirigee bien chantee par des artistes bien investis oeuvre a connaitre malgre un livret un peu faible
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2011
L'enregistrement est d'une qualité (tant musicale que technique) excellente;mais hélas,on n'a pas là du vrai Bizet:la musique est assez plate,académique et pleine de roucoulades ridicules (dont Bizet s'est même accusé et repenti par la suite); c'est un recul par rapport à la partition antérieure des Pêcheurs de perles qui,elle,contient à foison des trouvailles musicales laissant bien entrevoir Carmen.Le livret n'a rien à envier à la musique...c'est une histoire abracadabrante ,sans grand intérêt et inutilement compliquée,avec une fin complètement stupide ! En comparaison,le livret des" Pêcheurs de perles", qu'on a tant brocardé, apparaît presque comme un chef d'oeuvre.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2009
Bonne découverte. 5 étoiles obérées par une soprano plus criante que chantante. Direction de Georges Prêtre stupéfiante de clarté.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2014
Il faut pousser le son pour bien entendre cette oeuvre.
Quel dommage que les oeuvres de Bizet, en dehors de Carmen, ne soient pas davantage interprétées. Je pense en particulier "aux pécheurs de perle", qui est une oeuvre magnifique mais peu jouée comme celle-ci. Etrange !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,62 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)