undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 septembre 2007
Les esprits chagrins ne manquent pas pour parler de "marivaudage intello" à propos de ce film, reproche d'ailleurs adressé en général à l'oeuvre de Rohmer dans son ensemble. Je répondrai que le marivaudage est l'un des charmes de l'amour, et que les intellos savent au moins disséquer les difficultés des relations entre les sexes, ce qui devient une urgence à notre époque.
Ajoutons sans ambages qu'Anne Tesseydre/Jeanne est craquante: à la fois avoir le Théétète et le Parménide de Platon dans sa bibliothèque, des allusions à l'anneau de Gygès dans sa conversation, et d'aussi jolies rondeurs dans sa figure et sous ses vêtements, voilà une synthèse aussi rarissime qu'irrésistible! Les autres personnages sont plus communs et moins attachants, mais la belle Jeanne mérite à elle seule qu'on se prenne au jeu.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2010
Je suis éblouie par l'intelligence des dialogues. J'ai du plaisir à retrouver comme décor de ces films des lieux qui nous sont familiers: les transports en commun, les bistrots de Paris, le chemin des douaniers en Bretagne, les rues avec leurs petits commerces... 4 contes qui ne déçoivent pas.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2009
Un enchantement par sa fraîcheur, sa poésie mais c'est un lieu commun que d'écrire cela... Des entretiens avec Maurice Scherer alias Eric Rohmer...

Conte de printemps est mon préféré. Rythmé par une sonate de Beethoven, le film a la légèreté et la fugacité du printemps. Florence Darel et Hugues Quester incarnent, pour l'une la grâce jusque dans sa gestuelle qui évoque la danse dans le moindre de ses mouvements. Le second m'a séduite par sa sensibilité maladroite, un peu gauche d'intellectuel gentiment bourgeois. Au-delà des intrigues amoureuses éphémères comme la saison, deux mondes s'opposent...

Conte d'été m'a charmé et Melvil Poupaud délicieusement agacée en séducteur inconstant, indécis et... piégé. Une Bretagne amoureusement filmée et une chanson de marin improvisée qui me trotte encore dans la tête... pour un film à rebondissements intimes.

Je regarde Conte d'automne comme un rituel pour embellir le mien d'automne... et pour le charme de la liaison entre Didier Sandre et Alexia Portal. On y retrouve les actrices attitrées de Rohmer : Béatrice Roman et Marie Rivière. Encore et toujours des intrigues amoureuses dans une ambiance très chaleureuse.

Je fais l'impasse sur Conte d'hiver. L'héroïne n'est même pas jolie...
44 commentaires|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2001
Celle qui ne dérange jamais, ce pourrait être le titre du film. un film décapant sur les relations humaines. Un trés beau film ou chacun peut se retrouver. Je le conseille vraimment sincérement. A voir
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les acteurs font largement la réussite d'un film de Rohmer ou la compromettent , car cette réussite est toujours fragile par essence : ici , le Père est dans le " bon ton " , décalé , étrange dans sa diction et sympathique ; la Prof ne représente hélas pas un bon personnage féminin rohmerien : elle est simplement boudeuse et opaque : où est la grâce ? où est la cruauté avec les hommes ? ou la simple complexité ? la Lycéenne reste terne .

Heureusement , les dialogues sont éblouissants de raffinement et les intérieurs d'appartements parisiens ou de maison à la campagne sont magnifiquement montrés ...

Bonus scandaleux : c'est se moquer du monde : 40 minutes d' émission radio dont on a juste le son , avec plan fixe sur un poste de radio .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2014
eric rohmer un des plus grand realisateurClassic tres agreable a consommer sans moderation .un plaisir a ne bas bouder qui vous enchant il capte bien les emotions bien a conseiller
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2011
Coffret fabuleux de E. R., disparu récemment. Le plus "intello" de la nouvelle vague, le plus âgé, le plus posé. Certainement pas le plus remuant, mais infiniment plus profond et sincère que Truffaut ou Chabrol.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2012
Ces films ne manquent pas de charme,On retrouve cependant l'analyse toute en finesse d'Eric Rohmer. J'ai préféré le Conte d'été et le Conte d'hiver.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2013
Pas de sous titrage sourds- malentendants pour un DVD sorti en 2009!!
Pourtant, chez Rhomer les dialogues ont une sacrée importance!!
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Eric Rohmer a découvert les joies du silence. Ces contes des saisons regroupent 3 adaptations de films dans lesquels Harpo Marx, Buster Keaton, Harold Lloyd, Max Linder et Bernardo, le serviteur muet de Zorro, glosent sur la "Critique de la raison pure" d'Emmannuel Kant, philosophe allemand mort fou en 1804 à Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad).
Ce travail des 5 ascètes méritent, après une sieste crapuleuse, le détour.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)