undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:13,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 décembre 2010
Voici la suite du premier Frankenstein, de James Whale, qui fut en 1931 le premier film d'horreur parlant après le Dracula de Tod Browning. Ces films initiérent l'âge d'or du cinéma fantastique et toute la longue série des films d'horreur de la Universal.
Notre second opus date de 1935. Alors que dans la première partie, le monstre, joué par Boris Karloff, était laissé pour mort, le voici de retour. Cette suite démarre exactement au moment même où le film précédent s'était arrêté. Il convoque le même casting, auquel viennent s'ajouter quelques acteurs, comme Ernest Thesiger, qui interprète le Dr Pretorius.
La série des Frankenstein estampillée "Universal monsters" contera sept films au total : "Le Fils De Frankenstein", "Le Spectre De Frankenstein", ainsi que les trois crossovers "Frankenstein Rencontre Le Loup-garou", "La Maison De Frankenstein" et "La Maison De Dracula". La plus-part de ces suites, qui datent respectivement de 1939, 1942, 1943, 1944 et 1945, sont pour le moment uniquement disponibles en DVD zone 2 dans le Coffret Frankenstein - Édition Collector 4 DVD.

Unanimement célébré par les critiques comme étant un des plus grands chefs-d'œuvre de l'histoire du cinéma, cette séquelle est également considérée comme la suite la plus réussie de tous les temps (avec "L'Empire Contre-attaque"). En tout point supérieur au premier, le film nous bouleverse avec sa créature, plus humaine et plus pathétique qu'elle ne le sera jamais dans aucune autre adaptation. Bénéficiant d'un rythme plus soutenu, de la musique du grand Franz Waxman, d'un scénario plus riche et d'une fin bien plus dense, "La fiancée de Frankenstein" garde, plus de 60 ans après sa sortie, toute sa puissance émotionnelle.
Les images en noir et blanc, directement inspirées de l'Expressionisme allemand, alors la référence esthétique de l'époque, installent d'emblée un climat envoûtant, baroque, tragique, à peine entamé par les hurlements comiques de la vieille rigolote de service sensée détendre l'atmosphère. Si le premier volet de cette saga cinématographique (qui, au bout de sept films, commencera à verser dans la comédie pure avec les deux comique troupiers Abbott et Costello (contre Frankenstein)) restait, à l'aube du cinéma parlant, un peu "figé", on assiste ici à une émancipation de cette nouvelle époque du 7° art.
"La Fiancée de Frankenstein" demeure évidemment le sommet de la série, qui déclinera à partir du film suivant, et par extension la meilleure adaptation, tout medium confondu, du roman originel. Il faut dire que James Wale confère à son œuvre un sous-texte d'une richesse remarquable qui sera copié ensuite par toutes les générations successives de cinéastes, traumatisés à la fois par le fond et la forme de cette référence ultime : La peur de l'inconnu, la vanité humaine, l'intolérance que génère la différence et la dictature de la normalité, le besoin d'exister à travers l'amour et le regard des autres, la science et ses limites éthiques, le refus de la mort... Une richesse thématique souvent copiée, certes, mais combien de fois égalée ?

Certes, les spectateurs qui découvriront le film aujourd'hui pourront le trouver lent et parfois surjoué. Mais, une fois passé cet indispensable effort pour se remettre dans le style de l'époque, ils assisteront à toute la poésie qui fit la légende de l'âge d'or du cinéma.
Pas de doutes, voilà un des grands chefs-d'œuvre de l'Histoire du 7° art.
22 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film de James WHALE, tourné en 1935 avec le grand Boris Karloff et Colin Clive est à mon avis encore meilleur que le premier "Frankenstein" qui était déjà assez génial.
Mary Shelley, raconte la suite de l'histoire.
Le docteur Pretorius propose à Frankenstein dont la créature incarnée par Boris Karloff n'est pas morte, de lui crée une compagne.
Frankenstein finit par accepter et crée une femme.
Le seul problème c'est que "la fiancée" voyant le monstre, hurle de peur.
Ce film est non seulement un sommet du genre, mais il révèle une grande hummanité.
C'est un chef-d'oeuvre du genre et à mon avis, il surpasse le Frankenstein de 1931 (avis personnel bien que j'aime beaucoup le premier) et les différentes suites.
A la fin des annés 50, il y a eu bien sur le renouveau de la Hammer avec Christopher Lee et Peter Cushing, c'était génial mais complètement différent (l'utilisation de la couleur et un aspect plus gore).
Il est important de redécouvrir tous ces chefs-d'oeuvre des années 30.
Adanson Marco.
77 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2015
Tres bien mis a part la boîte en plastique du dvd un peu fendue sur la partie supérieure a l Arrivee. Pas de problème de lecture ni de rayure le disque etait en excellent état
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2013
Boris Karloff, toujours aussi archétypal, incarne parfaitement un monstre de Frankenstein en mal d'amour ... cela marque aussi (Spoiler) la fin du monstre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,99 €
7,11 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)