undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles45
4,4 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,98 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 février 2011
J'ai vu ce film par hasard dans un des plus grand cinéma de Lyon le jour de sa sortie. Inquiet, j'ai demandé à l'ouvreuse après avoir pris mon billet: "Pourquoi l'affiche était-elle de petite taille" et pourquoi n'y a-t-il personne?"
- "Ce film ne va pas tenir (l'affiche) longtemps!" répondit-elle. "Les critique n'ont pas aimé, il sont partis dès le premier quart d'heure et il dure trois heures."
-"Vous remboursez ?".
-"Non".
-Après le mot "Fin", j'ai dis "Déjà!"
C'est surrement un des plus beau film, tant par l'image que par l'histoire, qu'il me fut donné de voir, (et je ne suis certes pas un aficionados de la Mylène). Même la musique ce ciselait dans l'ensemble. La muse du réalisateur n'était nullement envahissante.
Le film ne resta que peu de temps en grande salle.
Il perdura par contre plusieurs mois dans un petit cinéma d'art et d'essai (La Fourmi) faisant la joie des personnes de mon entourage à qui je le conseillais. Certains le virent plusieurs fois, aucun ne fut déçu.
La meilleur comparaison que je puisse trouver pour définir ce film: J'avais l'impression d'être comme dans un livre de Serge Brussolo; Une imagination enfiévrée; Une écriture unique (C'est cela qui me plais, j'ai le clonage et l'ennuie en horreur.)
Je me suis procuré le DVD en me disant que cela ne pourrait pas me nuire. J'ai bien fait.
Le DVD est impiratable pluisque l'objet en lui même est beau- Presque luxueux- Il suffisait d'y penser.

PS: qui pourrais me procurer (l'auteur) "La ballade de la féconductrice" son 1er court métrage.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2011
Le froid, la neige, la folie, le noir, la nuit, l'amour, l'enfance, le rapport aux autres... Que des thèmes farmériens, mis en scène par Boutonnat dans les premières -et meilleures- années de la chanteuse. Ce film est bouleversant, somptueux, ambitieux. Trop pour l'époque. Je ne comprends pas les critiques qu'il a eu en 1994 : le public n'était probablement pas près à un film long, sombre, passionné et parfois violent. Habitué aux films faciles d'action, américains, en vogue à l'époque. Je suis sûr qu'il serait bien apprécié aujourd'hui. Mais il y aura toujours des personnes pour le dénigrer, en se focalisant sur Mylène Farmer et ne voyant dans ce chef-d'oeuvre qu'un long clip torturé à sa gloire. Non. Oublions la star, et jugeons le personnage, l'actrice. Et elle est parfaite. Sensible, innocente, au bord de la folie. On ressort vidés de ce film. Avec de belles images dans la tête, des scènes magnifiques, et une envie folle de croire en la passion amoureuse, envers et contre tout. Merci Boutonnat d'avoir enfin voulu sortir ce film en DVD, plus de 10 ans après sa sortie ciné. Ce DVD est précieux.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2007
Film étonnant que ce Giorgino injustement descendu en flammes par la critique en 1994 et que l'on peut enfin redécouvrir aujourd'hui dans une copie propre parfaitement mastérisée et surtout en édition intégrale (2h58...)

Pour ceux qui ne l'avaient pas vu et n'en connaissaient que le synopsis, bien plus contourné que le traitement cinématogaphique, finalement d'une grande limpidité (les symboles, vus par le couple Boutonnat-Farmer sont souvent répétitifs et pas vraiment discrets, c'est sans doute le plus gros défaut de l'oeuvre), le plus étonnnant est d'y découvrir que Mylène y joue surtout par son absence : suprême habileté de son alors-compagnon producteur-scénariste-metteur en scène, alors même qu'elle est le pivot, la cheville ouvrière du récit, il ne l'offre qu'a dose homéopathique : elle ne transparaît que par son absence, presque immobile. Peu de scènes jouées, quand elle les joue, un jeu sans excès (contrairement à une idée reçue), peu de dialogues, longs plans immobiles (les voyeurs se régaleront), des expressions artistement figées (dans son rôle de quasi autiste, elle a su jouer juste et exceller sans excès) et pourtant, même en creux, elle est omniprésente. Autre performance d'acteur, celle du débutant d'alors Jeff Dahlgren (qui devint le guitariste de studio et de tournées de MF durant les cinq années qui suivirent), excellent en sosie de Brad Pitt discret, aussi perdu qu'un Johnny Depp dans un film de Tim Burton...
Du reste, Giorgino a des affinités avec l'univers de Burton et s'inscrit dans la même tradition d'outrance gothique et fantastique (on songe à "Sleepy Hollow"...) mais ici, pas de trucages, finalement une grande économie de moyens (là aussi, la production dispendieuse et difficile a pu faire croire à tort à une super production "bling-bling", or on est à mille lieues de la surenchère kubrickienne des clips "Libertine" et "Pourvu qu'elle soit douce" devenus archétypiques, jusqu'à la caricature, de la patte Boutonnat... Il faut en outre souligner ici le travail ahurissant de l'équipe technique (les décors de Pierre Guffroy) et des acteurs (il faut dire que Boutonnat, pour son premier long-métrage, avait su s'entourer : Louise Fletcher, pas du tout dépaysée ou dépaysante dans ce nouveau "nid de coucous" des paysantes, Joss Ackland en sublime et inquiétant abbé, Frances Barber en gouvernante éminemment troublante (on ne peut que penser à l'infirmière de "Maman a tort"), Jean-Pierre Aumont, pour l'un de deux derniers rôles, émouvant en fantôme de médecin hobereau gentiment déglingué... sans oublier l'apparition d'un Albert Dupontel en inquiétant infirmier psychiatrique au double pied bot... sans oublier la musique subtilement oppressante de Boutonnat (encore lui...) magnifiquement servi par un orchestre de Prague dirigé par... Yvan Cassar).
Bref, un grand film gothique et fantasmatique, qu'il est de toute urgence de redécouvrir, croisement météorique lent entre Vol au-dessus d'un nid de coucou, les Frères Karamazov et le Dr Jivago...
Dernier détail qui compte : l'affiche du film (absolument hideuse et totalement ratée en 1994) a été heureusement refaite pour cette réédition, tout comme du reste la bande annonce (comparer la bande annonce dvd à celle de la sortie en salle, il y a treize ans : il n'y a pas photo). A signaler enfin un dvd bonus au making of intéressant - d'autant plus qu'il ne sombre pas, comme trop souvent, dans l'hagiographie rétrospective ou l'optimisme niais...
0Commentaire|38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 31 octobre 2014
Il est quand même fou d'avoir enfin vu ressurgir ce film au bout de 13 ans de purgatoire forcé par son créateur. 13 ans ! Maudit, honni par son réalisateur pendant de longues années, auréolé d'une aura mystérieuse et culte, mettant en scène les tourments chers au duo des Damnés (la mort, la folie, l'enfance et la religion) sur fonds de Grande Guerre, Giorgino est un film à part. Trop long, trop sombre et anti-commercial, hors-normes, le cas type d'oeuvre incomprise que seul le temps peut réhabiliter aux yeux des masses, le projet d'une vie, celle de Laurent Boutonnat. Introspectif, laissant le temps aux personnages de partager leur passé et aux paysages de dévoiler leur beauté, doté d'un travail de photographie et d'écriture confinant à la maniaquerie esthétique, d'une bande originale composée par un orchestre symphonique (dirigé par Yvan Cassar en personne) d'une beauté telle qu'elle porte littéralement le film, il est aisé d'imaginer la violente gifle reçu à l'égo de son géniteur lors de l'échec cuisant du film en 1994 (four serait même plus approprié)... Blessé, ce dernier ne donnera une suite à cette carrière rêvée qu'en 2007, avec sa vision de Jacquou Le Croquant. Comme toute première réalisation, le film n'évite pas certains écueils, principalement celui de la durée, disons qu'il aurait gagné à être peut-être un petit peu plus concis.
Concernant la prestation de Mylène Farmer, attendue au tournant, un véritable rôle de composition que cette enfant perdue dans un corps de jeune femme. Poupée diaphane de porcelaine, elle s'en tire ici avec les honneurs en livrant une prestation saisissante, effrayante de fragilité.
L'édition est superbe comme d'habitude, rare making off de 30 minutes que Boutonnat a consenti à offrir, où il revient sans fards sur cette croisade, livret aux photos sublimes et entretiens passionnants sur ce projet fou. Un must technique.
Mégalomaniaque et égocentrique, macabre et poétique, démesuré et très puissant émotionnellement Giorgino, bien au delà de la fanbase de son iconique héroine, est un conte de la folie à voir absolument. Une tragédie envoutante, une histoire d'amour désespérée, un diamant noir de romantisme gothique. Troublant.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2013
tout à fait l'esprit et la signature de Boutonnat, Merci Monsieur pour ce film très particulier.L'univers de Boutonnat vasi bien à notre Mylène
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2013
Étant une fan invétérée de Laurent Boutonnat et Mylène Farmer je ne pouvais décemment pas passer à côté de ce film. J'ai personnellement adoré, même si l'on évolue dans un univers sombre et tourmenté façon "Désenchantée" Soulignons également la belle performance de Jeff Dahlgren et la façon de filmer ô combien exceptionnelle de Laurent Boutonnat. A voir donc. ^_^
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2009
As a big Mylene Farmer fan, I have always been curious about this film. Living in the United States, I could only gather bits and pieces of information. Even frequent trips to Montreal failed to give me much information other than the fact that it was supposed to be a mega flop. I was very excited when this DVD edition was issued and watched it as soon as it arrived. I was more than pleasantly surprised. The film is long-almost three hours but it weaves a spell from the opening frames and gradually pulls you in. Jeffrey Dahlgren is not the best actor but manages to be very convincing in the title role. And Mylene Farmer is perfect as Catherine. No, it's no great acting job, just her waif-like face so full of expression.And the images of the village women are perfectly eerie, staying in your mind long after the movie is over.
For anyone who loves Mylene, this is a must; for movie buffs it's something that should be seen. A remarkable and unique film in a beautifully presented edition.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2008
On l'attendait depuis plusieurs années, il est enfin là: Giorgino, le film culte et maudit de Laurent Boutonnat!

On y retrouve l'insaisissable Mylène Farmer, muse légendaire du directeur, dans un rôle qui lui sied à merveille. Décalée, torturée, inadaptée, elle n'y fait cependant que de courtes apparitions, n'en déplaise à ceux qui prétendent que le film n'est qu'un long clip vidéo pour la chanteuse.

L'histoire? Des orphelins disparus dans des circonstances étranges, des marécages, des loups fantomatiques, une femme-enfant, un séduisant docteur et lieutenant au seuil de la mort, le tout sur fond de l'après-guerre 1918.

Il faut moins chercher à comprendre ce film, qui reçu un accueil des plus froids lors de sa sortie dans les salles, qu'à s'en imprégner, se laisser bercer par sa contine lancinante et sa lueur blafarde de luciole condamnée à une fin écrite.

En quelques mots: à réserver aux enfants grandis trop vite.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2015
Trop long et parfois ennuyeux, Giorgino était un film prometteur lorgnant sans cesse vers l'univers du conte fantastique mais sans oser franchir le pas. Quelques séquences remarquables comme celles à l'asile ou celle de la fête des femmes à la taverne ne font pas oublier le travers essentiel du film : on attend que soit développée la relation entre le héros et Catherine (Mylène Farmer) mais cela ne se produit pas, le héros est affaibli (malade), manquant de volonté. Le scénario tourne donc un peu en rond. Mais les admirateurs de Boutonnat (et Farmer) doivent voir ce film ne serait-ce que pour sa symbolique et son atmosphère étouffante.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2007
L'histoire de ce film peut être qualifiée de très originale et assez étrange. La façon dont le réalisateur a filmé ce récit donne au film un côté très poétique. Le mélange de romantisme, folie et cauchemar est très réussi. Jeff Dahlgren est excellent dans le rôle de Giorgino et Mylène Farmer est vraiment inoubliable comme la soi-disante folle Catherine. Seul point négatif: quelques scènes qui donnent l'impression de ne jamais finir. Néanmoins, un film à voir!
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

29,95 €
16,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)