undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

De William Byrd (1543-1623) à Matthew Locke (1621-1677), ce double-album couvre un plein siècle de musique profane telle qu'on la pratiquait dans l'intimité des foyers ou salons anglais sous les règnes d'Elizabeth, Jacques et Charles.
L'essentiel de ce copieux programme (2h20) est ici joué par les archets du Leonhardt-Consort (2 violons, 2 altos, violoncelle et la viole de Veronika Hampe) et par Gustav Leonhardt, au virginal et clavecin.
Le clavier du maître néerlandais explore avec une sérénité absolue la palette expressive de ces miniatures (mélancolie de la "Sad Pavan for the Distracted Times", ingénuité des "Toyes"...) que les doigts cisèlent d'une assurance esthète : écoutez la cadence finale de la "Fantasia" de Giles Farnaby !

Le CD 2 entretoise quelques pièces de violes (jouées par quatre membres du Concentus Musicus Wien dont Alice et Nikolaus Harnoncourt) avec un florilège d'ayres et songs chantés par le Studio der frühen Musik qui en savoure les archaïsmes et libère un étrange charme lyrique : le « Cease sorrows now » de Thomas Weelkees (1576-1623) !
Ces médiévistes nous servent aussi un gouleyant trio pour cornet, trombone et orgue de John Hingeston (1606-1683).

Cette anthologie ne saurait prétendre à un complet panorama instrumental des genres et styles élisabéthains puisqu'on n'entend ici nulle page pour luth, ni « broken consort » incluant des flûtes. On goûtera de tels savoureux mélanges dans les danses du "First Book of Consort Lessons" de Thomas Morley (1557-1602) que grava David Munrow en 1971.

Par l'instinct artistique de leurs éminents interprètes, ces enregistrements du milieu des années 1960 ici réédités compilent en tout cas un visage homogène, vivant et raffiné du répertoire anglais avant Purcell.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2013
Musique d'élégance à la profondeur discrète servie par un de nos grands maîtres qui a laissé une œuvre immense, on le regrette, mais une fois la première découverte de ses interprétations au clavecin accomplie, elle appelle une suite de bonheurs raffinés, les instruments de la collection personnelle de G LEONHARDT servent tour à tour les différents chapitres des musiques italiennes, françaises, allemandes, etc, un tour d'Europe musical pour dire la longue histoire de cette communauté culturelle qui a eu un langage partagé durant plusieurs siècles.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2014
très bon cd qui m'a fait découvrir des œuvres que je ne connaissez pas. ce cd a toute sa place dans ma discothèque
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)