undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:21,22 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 août 2009
entre un merveilleux chanteur au sommet de ses moyens, un pianiste dont on n'ose pas dire qu'il l'accompagne et un des chef d'oeuvres absolus d'un certain Franz Schubert... les Schubert que Christoph Pregardien avait gravés dans les années 90 avec Andreas Staier au pianoforte étaient déjà admirables, alors que dire de cet accomplissement ? cette fois, il se fait accompagner au piano "moderne", mais il s'autorise quelques ornementations "à l'ancienne" en se basant sur l'édition Diabelli et sur les pratiques en vigueur à l'époque de Schubert (c'est expliqué en détail dans le livret) c'est tout à fait défendable (et parfaitement défendu) mais cela pourra surprendre à la première écoute ceux qui connaissent par coeur les enregistrements de Fischer Dieskau, par exemple. Sinon, disons simplement que c'est parfait, je ne vois pas d'autre mot pour qualifier le travail des deux partenaires : la diction, la beauté de la voix, l'intelligence de Prégardien sont tout simplement prodigieuses et pour juger du niveau de la partie de piano (c'est bien plus que de l'accompagnement...) un seul exemple suffira : le deuxième couplet du lied ultime (baches wiegenlied) ou la sonorité du piano change imperceptiblement et devient tout simplement cristalline, en rapport exact avec le texte c'est véritablement magique...ce dernier chant est d'ailleurs avec de tels interprètes une épreuve émotionnelle "limite" comme le dernier Kindertotenlied mahlérien chanté par Fischer Dieskau (c'est dire le niveau où nous nous situons) il y a de nombreux enregistrements "de référence" de ce cycle qui, me semble t'il, convient mieux aux voix de ténor (Güra, Wunderlich, Haefliger moins réputé mais dont j'aime beaucoup la simplicité et le naturel etc...) ou éventuellement par un baryton (Fischer Dieskau, naturellement, mais aussi Christian Gerhaher chez Arte Nova, émouvant et juste) mais il me semble que le tandem Pregardien-Gees vient de mettre la barre très haut...
PS : la traduction française des poèmes est pour le moins "pittoresque" (rohr veut dire roseau, je doute fort que notre meunier allemand se soit taillé une flute dans du...bambou, et traduire "boses magdelein" par "détestable madeleine" n'est pas mal dans son genre : "méchante fille" serait moins pittoresque, mais plus juste, me semble t'il, et ainsi de suite...) alors si vous ne lisez pas l'allemand il vaut mieux vous référer à la traduction anglaise...
1010 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2013
Entendu et apprécié sur la chaine Brava, je n'ai pas hésité à le commander, si vous aimez ce style de musique, foncez.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)