Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5.0 étoiles sur 5 extraordinaire, 5 juin 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: cantates sacrées, vol. 38 BWV 52, 82, 55, 58 (CD)
Le volume 38 des cantates de BACH par SUZUKI se présente comme un très grand cru,charnu,plein de soleil et d'harmoniques, solide et "mâcheux" à l'âme et à l'oreille! Un cru de garde assurément plein de finesse et de solidité, qui met de coté tous les enregistrements précédents que je connaisse (Harnoncourt, Herrewegue, etc...). Un tactus juste, une élégance, une grande présence et une générosité de l'instrumentation! Des voix(Sopr./basse/ténor)d'une diction précise,d'une présence manifeste et touchante,d'une lumière et d'un éclat extraordinaires, chacune dans sa partie. Du beau travail, fin, ciselé, puissant et "spirituel" , même si parfois les harmoniques du Ténor cache un peu la mélodie(cantate BWV 55) et la voix de la soprane (magnifique et fine au demeurant)me paraît un peu faible en volume par rapport à la basse Peter Kooy(cantate BWV 58). Parfois également une certaine réverbération qui surprend car inhabituelle, mais qui en même temps donne un charme voluptueux voire sensuel. Mais en tout du "bel ouvrage", du grand BACH et un SUZUKI profond et intérieur qui ne se dément pas! Que du plaisir et de la joie de tous les sens! Merci! merci!
marc
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un plaisir, 28 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: cantates sacrées, vol. 38 BWV 52, 82, 55, 58 (CD)
un plaisir quasi d'un bout à l 'autre ; Bach main dans la main avec un superbe chef japonais , c 'est fin, délicat, fruité, charnu, et la finesse n 'empêche pas une fort belle énergie : le final de la cantate 58 est exquis d'enthousiasme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la référence moderne, 4 août 2008
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: cantates sacrées, vol. 38 BWV 52, 82, 55, 58 (CD)
Prenez un chef japonais de confession chrétienne, organiste et claveciniste, ayant poursuivi ses études en Europe avec Ton Koopman ; prenez un ensemble 100% japonais créé en 1990 dans le but de représenter au Japon les grandes oeuvres de l'ère baroque sur instruments historiques, comprenant une vingtaine d'instrumentistes et le même nombre de choristes, donnant quatre concerts Bach par an et accueillant des chanteurs européens ; prenez des enregistrements réalisés par les suédois à la chapelle de l'université féminine Shoin construite en 1981 à Kobe, avec une mise au point d'une acoustique exceptionnelle, pour les événements religieux et musicaux ; prenez le cinquantième anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale ; prenez un rythme d'enregistrements assez lent mais régulier, des solistes japonais permanents et des invités européens, une suite chronologique des cantates, un livret en français très intelligent et très détaillé pour chaque oeuvre (mais les textes des cantates sont en allemand-anglais), une prise de son au service de la musique... et vous aurez certainement l'une des plus fabuleuses séries d'enregistrements consacrés à l'intégrale des cantates de Bach, passionnants à comparer avec leurs illustres aînés, d'un souci musicologique remarquable (les dilemmes instrumentaux sont à chaque fois justifiés par Suzuki lui-même). Une grande homogénéité donc qui fluctuera à peine en fonction du choix des solistes, et une exceptionnelle précision et justesse des instrumentistes. Il se dégage de ces enregistrements une impression d'évidence, un côté très « lisse », débarrassé des « tics » d'interprétation baroque habituels et de leurs cortèges d'instruments ne sonnant pas toujours très justes.

Dans ce volume 38, consacré à des cantates pour solistes, c'est bien sûr la fameuse BWV82 qui retiendra toute notre attention et qu'il sera intéressant de comparer avec l'autre version qu'enregistra Peter Kooj avec Herreweghe, autre très bonne version. Pour ma part, impossible de trancher ici, le choix se basant sur l'appréciation ou non de la conception musicale du chef. BWV55 est aussi une très belle cantate sur la douleur utilisant une délicate flûte solo.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit