Commentaires en ligne


12 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Palme d'or méritée
Un hiver à Bucarest, dans les dernières années du règne de Ceausescu. Enceinte de près de cinq mois, Gabita, terrifiée, persuade Otilia, sa compagne de chambre au foyer d'étudiantes, de l'aider à avorter. Clandestinement, car dans la Roumanie communiste, priver la nation d'un seul de ses enfants est...
Publié il y a 7 mois par Incognita

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 misère, misère
A contre-courant des autres commentaires, j'avoue avoir eu du mal à rester devant mon dvd à partir du troisième quart d'heure. Il me restait alors un peu d'une heure à voir tous les défauts de la réalisation et à oublier les qualités, réelles, du récit.
Premièrement, la mise en scène...
Publié il y a 6 mois par gascimeri


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Palme d'or méritée, 16 mai 2014
Par 
Incognita - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
Un hiver à Bucarest, dans les dernières années du règne de Ceausescu. Enceinte de près de cinq mois, Gabita, terrifiée, persuade Otilia, sa compagne de chambre au foyer d'étudiantes, de l'aider à avorter. Clandestinement, car dans la Roumanie communiste, priver la nation d'un seul de ses enfants est sévèrement proscrit. Débutent pour les deux jeunes filles vingt-quatre heures d'urgence, de solitude et d'angoisse, l'une portant l'autre à bout de bras.

Pour raconter l’histoire d’un avortement clandestin, Cristian Mungiu a choisi de resserrer l’action de son film sur le temps de la crise, sur ce que l’on pourrait considérer comme le dénouement de la triste histoire d’une étudiante, Gabita. Nous ne saurons jamais qui est le père de son enfant, ni dans quelles circonstances elle l’a conçu. Seule compte, ici et maintenant, la fatalité que fait peser sur elle cette grossesse non désirée, dans cette Roumanie de Ceausescu qui rejette les filles mères et où l’avortement est interdit. Pour évoquer cette époque, Mungiu procède à une reconstitution : le décor gris et décati d’une cité universitaire, les rues de la ville en hiver, l’hostilité des gérants d’hôtels et les discours moralisants des adultes : tout est obstacle, tout impose à Gabita la clandestinité, tout rend sa situation invivable.

Cette situation aurait pu donner lieu à un film pathétique et/ou facile, et la façon dont est dessiné le personnage de Gabita semble aller dans ce sens : fragile, indécise, visiblement dépassée par sa propre histoire, la jeune fille inspire alternativement la pitié et l’agacement. Mais heureusement pour elle et pour le film, il y a Otilia, avec sa détermination têtue. C’est elle qui va récolter l’argent nécessaire, sans rien révéler bien sûr, auprès des voisines de chambre ; c’est elle qui va négocier une chambre d’hôtel auprès de réceptionnistes réticents ; c’est elle qui va chercher ll'infirmier dont Gabita a besoin, et c’est elle encore qui fera ce qu’il faut quand l’avortement sera arrivé à son terme. Ce sont son énergie, sa ruse, sa faculté d’adaptation qui vont permettre au film d’avancer, toujours sur le fil, jusqu’à sa dernière scène. En centrant son film sur ce personnage, Mungiu déjoue le risque du pathos ; mais surtout il déplace et élargit son sujet. Il traite de l’avortement comme d’un problème complexe, qui ne peut que susciter le malaise, mais il montre aussi que le climat de suspicion et d’interdit qui pèse sur ses personnages n’est pas acceptable. Cependant son film traite bien davantage de la notion de responsabilité. Otilia est la camarade de chambre de Gabita : elle n’est pas vraiment mêlée au destin de cette dernière, elle a sa vie, son petit ami, son avenir. Mais en l’espace de quelques heures elle va renoncer à ce relatif confort pour s’engager dans le combat à mener, jusqu’à affronter des obstacles dont elle n’avait pas idée.

Cela commence par le marché honteux que propose l'infirmier recruté qui, jugeant que les deux filles ne lui proposent pas assez d’argent, veut se « dédommager » des risque encourus. Cela continue avec l’angoisse de laisser Gabita seule, condamnée à l’immobilité pour plusieurs heures, parce qu’il faut honorer une autre promesse. Cela se termine enfin par une longue course dans les rues obscures, pour trouver un endroit où faire disparaître le « corps du délit ». Tout cela, Otilia l’assume, sans perdre de temps à se plaindre, parce qu’elle aurait pu se trouver à la place de Gabita, parce qu’elle est là pour le faire, parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse. Ses actes, quelles que soient les réticences qu’ils peuvent inspirer, ont tous un caractère de nécessité, à la fois morale et pratique. Et Mungiu a trouvé une façon de filmer accordée à cette idée, à la fois sèche, économe et pudique, qui ménage ses actrices et ses personnages en laissant hors-champ les scènes les plus choquantes. Mais le spectateur a vu tout ce qu’il lui faut pour comprendre, et pour réfléchir. A la fin de cette tragédie ordinaire, personne ne veut plus en parler ; mais tout le monde y pense.

Porté par deux actrices époustouflantes, Anamaria Marinca et Laura Vasiliu, on a là un film d'une implacable maîtrise qui a obtenu la Palme d'or du Festival de Cannes en 2007, prix ô combien mérité cette fois-là.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sur l'avortement ? non, sur un avortement, une histoire, 24 novembre 2012
Par 
Milca (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
1966 : le communisme rend illégal l'avortement en Roumanie. En 1989, avec la chute du communisme, la première loi a tombé fut l'interdiction de l'avortement. On estime à 500 000, le nombre de femmes mortes durant cette période durant des avortements clandestins opérés par des personnes plus ou moins honnêtes.
Ce film roumain traite de ce sujet d'une façon violente, en huis clos, en montrant une jeune femme accompagnant une amie qui doit se faire avorter. Pas de paroles inutiles ... justes des scènes d'une puissance atroce.
Un film magnifique qui a remporté la Palme d'Or à Cannes en 2008, avec Stephen Frears comme président du jury.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 misère, misère, 25 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
A contre-courant des autres commentaires, j'avoue avoir eu du mal à rester devant mon dvd à partir du troisième quart d'heure. Il me restait alors un peu d'une heure à voir tous les défauts de la réalisation et à oublier les qualités, réelles, du récit.
Premièrement, la mise en scène est assez maladroite et le film mal tourné dès son premier plan : un pano gauche sur travelling arrière bancal. Cela commence mal. Ensuite, un parti-pris de longs plans séquence (pourquoi pas?) mais où il ne se passe souvent rien d'autre que du dialogue. Les travellings, eux, sont généralement ratés (apparemment le réal n'utilise pas de "steady cam" pour stabiliser l'image, dommage!).
Quelques bons points : l'histoire, émouvante, est heureusement portée par de très bons acteurs. La scène du repas familial est aussi d'une très grande justesse, l'errance nocturne avec le foetus encombrant est palpitante. Enfin du mouvement et du suspense!Il était grand temps!
La sélection officielle de Cannes 2007, où ce film reçut donc la Palme d'or, comprenait entre autres "No country for old men" des frères Coen, "La Nuit nous appartient" de J.Gray ou encore "Zodiac" de D.Fincher. Le président S.Frears a dû peser de tout son poids pour distinguer, contre des valeurs sûres mais venues des Etats-Unis, ce petit film est-européen qui n'en méritait pas tant.
Quant au feu "Prix de l'Education nationale" dont j'ignorais jusqu'à l'existence, j'apprends qu'il fut attribué entre 2003 à 2010 à des films, je cite, "d'un grand intérêt artistique et pédagogique". Exemple en 2006 : "Marie Antoinette", bluette kitsch de Sofia Coppola. Contre-exemple en 2009 : "Le Ruban Blanc", oeuvre remarquable,d'une maîtrise absolue, chef d'oeuvre du grand auteur Haneke, film qui fait réfléchir...
Je me permets de m'étonner que "4 mois, etc, oeuvre modeste aux confins du documentaire et du misérabilisme, ait pu être recommandée par un jury de 10 personnes (2 professionnels du cinéma, 2 élèves et 6 enseignants) à la communauté scolaire française. Quelle est la valeur d'exemple de ce film ? Cette histoire d'avortement clandestin sous Ceaucescu, glauque et forcément sordide car férocement réaliste, inciterait-t-elle nos adolescents à mieux se protéger, garçons comme filles? La vision de ce film permettrait-elle d'éviter des IVG en France ? Aiderait-elle à se mobiliser pour défendre ce droit inscrit dans la loi depuis 1975 en France? Ce serait prêter au cinéma un pouvoir qu'il n'a pas, toute considération morale mise à part, ou bien voir en "4 mois, etc" un film à message, ce qu'il n'est manifestement pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un très bon film (actrices remarquables), 27 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
Voila un film très poignant. Il met en scène deux jeunes étudiantes dans la roumanie de la fin des années 80. Une d'elle est enceinte... et choisit d'avorter, en toute illégalité (l'avortement est punissable à cet époque en Roumanie), en recourant aux services d'un avorteur pervers qui profite de la situation.

Ce qui est bien rendu, c'est la lutte farouche des deux héroïnes pour s'en sortir ; bien que cernées, acculées entre l'hostilité des parents, celle de la société et le chantage ignoble de l'avorteur. Magnifique jeu des actrices (quel malaise elles portent en elles !) et suspens bien rendu. Manque la 5ième étoile car la fin aurait mérité mieux, tellement on est captivé depuis le début.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très bon film en roumain, 28 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
Très bon film avec bande son en français ou en versions originale roumaine avec sous-titres français, une bonne opportunité pour perfectionner son roumain.
Le film est très dur, comme la réalité qu'il décrit, mais très riche et vivant. On y trouve une grande qualité d'interprétation des actrices.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Et 1 heure, 16 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours (Palme d'or Festival de Cannes 2007) (DVD)
Et la récompense fût : " Palme de fonte au Festival de Bouteilh-Aerkomprimé "Kelsatan pour un Kelsatyp"...Elle a du se rabattre sur Cannes Anamaria Marinc à qui l'on doit une suite : 4 siècles, 3 décennies, 2 ans"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bouleversant, 10 octobre 2009
Par 
VADE "lioule1" (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Import belge] (DVD)
Film bouleversant de part le sujet traité et le scénario. Les 2 actrices principales jouent extrêmement bien. On est plongés du début à la fin du film dans cette histoire qui tourne au drame. On a l'impression de vivre et ressentir les émotions des 2 actrices. Le sujet mérite d'être traité car c'est un phénomène de société à mon idée trop tabou pour que l'on en parle si peu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un rejeton des Dardenne..., 11 mai 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
Les frères Dardenne ont donc essaimé leur cinéma au delà des frontières de la Belgique, et leur rejeton le plus convaincant - pour l'instant - est apparu en Roumanie : car qui donc peut ignorer, en suivant la farouche et (re)belle Otilia au long de sa trajectoire météoritique de cette journée vraiment infernale, sa parenté avec une Rosetta, par exemple ? Ce sont les plus beaux moments du films, portés par une actrice en état de grâce (Anamaria Marinca dégage cette vérité cinématographique qui fut l'apanage d'une Sandrine Bonnaire chez Pialat), ces instants fulgurants ou faussement calmes (la scène dévastatrice du repas d'anniversaire en est un bel exemple) qui touchent au "grand" cinéma, mais aussi à l'essence même de l'humanité : cette capacité renversante à survivre au fond de l'horreur, qui apporte finalement au film sa lueur d'espoir, une indéniable énergie vitale rattrapant la noirceur de la description de la Roumanie de Caucescu. Car il n'est pas sûr que, hormis pour un travail de deuil qui ne nous regarde pas, nous Occidentaux, Mungiu ait eu raison de situer son film il y a 20 ans : cela lui confert un aspect "visite au zoo", et provoque chez nous une curiosité malsaine par rapport aux pratiques dégénérées de la société communiste, dont il n'a pas besoin... Car la lâcheté des hommes ne se limite certainement pas à la Roumanie des années 80.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Humanité blafarde (Grande palme d'Or), 24 octobre 2012
Par 
le dernier carré - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Import belge] (DVD)
Après un tel film, tout le cinéma clinquant de Tarantino et consorts, aussi virtuose soit-il, est renvoyé à sa réalité, une vaine esbroufe pour enfants gâtés. Avec 4 mois, on est plongé au coeur de l'âme humaine. La grisaille létale (et non encore révolue) d'une Europe de l'Est de triste mémoire, grisaille des lieux comme des visages, l'image même du désespoir. L'emploi judicieux du format scope renforce encore ce sentiment de déréliction (des lieux comme des âmes, je me répète, mais il faut savoir ressasser). On en sort déchiré, terrassé, mais avec une foi renouvelée dans la force du cinéma et dans le courage, la lucidité et la détermination de certains de ses serviteurs. La relève de Lucian Pintilié est bien là, souhaitons qu'elle puisse continuer à s'exprimer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 none, 2 octobre 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] (DVD)
toujours écrire pour écrire bla bla bla mais bon y a rien n'as dire c'est tout et voila ciao ciao
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple]
4 mois, 3 semaines, 2 jours [Édition Simple] de Cristian Mungiu (DVD - 2008)
EUR 6,84
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit