undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 octobre 2014
Un beau téléfilm mais tourné de façon trop légère. Le personnage est vu comme une femme enfant et perd la profondeur du personnage romanesque.

Un téléfilm qui ne respecte pas le ressenti du roman. Isabelle Carré fournit cependant une prestation riche en émotion.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2008
Isabelle Carré est plus lumineuse que jamais dans un rôle extrêmement subtile qui dévoile encore une fois son immense talent d'actrice. Film tout en nuance, profond, poétique et surprenant.
Le personnage interprété par Isabelle Carré laisse transparaitre, par touches aquarellées, une forme "d'instinctivité" ou plutôt de "Naïveté Primordiale" au sens où le Métaphysicien helvétique Frithjof Schuon (1907 - 1998 ; voir : [...] ) traduit une transparence de toute manifestation (sentiments, états d'êtres, états de l'Etre) à travers ce que recouvre cette formule.
Il y a un certain décalage face à toute tentative de "formatage" par la société et ses codes artificiels. C'est cette innocence enfantine, qui lui colle à la peau lorsqu'elle danse, qu'incarne et le personnage et Isabelle Carré. Il y a une parentée "spirituelle" entre Isabelle Carré et Geneviève Bujold dans plusieurs de ses rôles, et ce film permet de le comprendre.
Cette parentée se présente comme un "archétype", celui de la "femme-enfant". Aucunement dans sa définition commune, externe et gavée d'artifices, mais dans une intériorité qui peu à peu éclate sur l'écran dans un poudroiement mystérieux. Ce qui apparait à l'image est le chatoiement des couleurs du coeur et c'est ce qu'il convient d'appréhender sous cette formule de "Naïveté primordiale" qui est l'essence même de la "femme-enfant" dans sa "pureté originelle". Pureté où la sensualité est enchassée, sublimée, "en amont", dans une grâce simple et communicative.
C'est une immense qualité de ce film et Isabelle Carré porte d'un bout à l'autre de cette histoire souvent douloureuse, mais également qui irradie de lumière, les teintes multiples de cette dimension de l'être.
Magnifique, et pour un téléfilm assez rare pour qu'on souligne la performance de tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette oeuvre.
Une seule éventuelle demi-réserve (qui n'en est pas réellement une) le titre du film : "Maman est folle". Le terme folie prête quelque peu à confusion surtout dans la société actuelle. Mais il est vrai qu'il n'eut sans doute pas été évident de lui en substituer un autre afin de ne pas trahir complètement le propos de ce film.
Iarwain Benladar, Suisse.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2013
Un film bien sympatique et encore un rôle bien soutenu par Isabelle Carré qui donne vie et fantaisie à son personnage. En plus ce film est plein de bons sentiments et de générosité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
1,40 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)