Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réédition de deux albums qui ont marqué la discographie sibélienne de ces vingt dernières années, 24 mars 2009
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sibelius : Pelléas et Mélisande - Suite Lemminkäinen (CD)
Paavo Järvi confirmait son talent sibélien par ces deux disques captés en février 1996 et mars 2001, réédités dans le présent double-album.
En l'occurrence, plus qu'un talent : un incomparable don pour animer de l'intérieur cette approche profonde, très cohérente, proprement transcendante des "Légendes de Lemminkaïnen", comme en quête du substrat symbolique de cette épopée kalévaléenne, ce qui se traduit par une direction concentrée et un fascinant dosage instrumental (diction méticuleuse des bois, nuance dégradée des cordes...)
Jouée tous feux éteints par le cor anglais de Jesper Harryson, l'évocation du "Cygne de Tuonela" atteint ici une véritable dimension allégorique.
Sans concurrencer l'opulente version d'Eugene Ormandy à Philadelphie (EMI, 1978), la Philharmonie de Stockholm ne manque ici ni de virtuosité ni d'étoffe pour vivifier le retour final du héros nordique.

Evitant judicieusement de surligner les effets pittoresques ou descriptifs, l'interprétation de "Chevauchée nocturne et lever du soleil" préserve la poésie crépusculaire de ce tableau fantastique.
Tandis que les climats allusifs de "Pelléas et Mélisande", généreusement restituées par la superbe prise de son, ne dissimulent pas l'émotion sous les mystères de la pièce de Maeterlinck.
L'allure à la fois tendue, légère et élégante de la "Valse Triste" confirme l'intelligence stylistique du maestro autant que sa maîtrise technique qui la concrétise.

Avec les Choeurs et l'orchestre d'Estonie, Järvi défend superbement l'anecdotique opéra "Jungfrun i tornet" redécouvert en 1981, que son père Neeme avait déjà enregistré à Göteborg pour le label Bis. Même si le libretto ne brille guère par sa qualité littéraire ni son imagination dramatique, regrettons que le livret du CD ne reproduise pas le texte des paroles qui aurait permis de suivre l'intrigue de cette jeune fille abusée par un amoureux entreprenant.
Les quatre solistes vocaux s'engagent en tout cas avec une conviction remarquable, dont la soprano Solveig Kringelborn qui s'illustre aussi dans "Luonnotar", récit de la création du monde d'après la mythologie finnoise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit