undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles10
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:19,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Rien n'est médiocre dans ce coffret (si ce n'est parfois le son, en particulier dans les concertos), mais ce qui relève du sublime et à quoi on revient sans cesse, c'est le premier disque: la partita n° 1 de Bach est exceptionnelle de simplicité, de clarté et d'intériorité; puis arrivent, prodigieux, envoûtants et comme venant d'un autre monde, "Nun komm', der Heiden Heiland" et "Ich ruf' zu dir, Herr Jesu Christ" (transcrits par Busoni), "Jesu bleibet meine Freude" (transcrit par Hess) et la Sicilienne de la 2e sonate pour flûte et clavecin (transcrite par Kempff). Ces quatre pièces font partie des enregistrements les plus transcendants, émouvants et définitifs que je connaisse.
Vient ensuite une fabuleuse sonate K310 de Mozart: l'interprétation du mouvement lent, "Andante cantabile con espressione", est ici encore un sommet absolu, un moment d'une intensité vraiment inouïe (et je vous assure que je pèse mes mots).
La grâce des deux sonates de Scarlatti et du nocturne de Chopin qui suivent est, pour finir, un baume pour nos coeurs.
Rien que pour ce disque, ce coffret mérite d'être acheté. Mais il y a aussi un remarquable enregistrement des 14 valses de Chopin, le légendaire dernier récital enregistré à Besançon le 16 septembre 1950 (dans lequel Lipatti interprète de nouveau la partita n° 1 de Bach et la K 310 de Mozart + 13 valses de Chopin, mais je préfère les enregistrements du premier CD) et, accompagné par Karajan, le concerto de Schumann et le n° 21 de Mozart. Le reste est, me semble-t-il, moins essentiel et ne peut égaler le bouleversement provoqué par le premier disque.
22 commentaires45 sur 49 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dinu LIPATTI, né en Roumanie en 1917, disparaissait en Suisse à l'âge de 33 ans rongé par la leucémie. Vers, la fin de sa vie, il n'avait même plus les moyens financiers de se procurer un tout nouveau traitement : la cortisone. D'autres interprète majeurs se cotiseront et y pourvoiront.

Il m'a semblé utile de compléter la description d'Amazon par des informations trouvées sur internet et notamment la chronologie de ses enregistrements.

* 1937
o Johannes Brahms, Valses, op. 39 n° 1, 2, 5, 6, 10, 14 et 15 (avec Nadia Boulanger)

* 1943
o Georges Enesco, Sonate pour piano n° 3, op. 24, en ré majeur
o Georges Enesco, Sonate pour piano et violon n° 2, op. 6, en fa majeur (avec Georges Enesco, violon)
o Georges Enesco, Sonate pour violon et piano n° 3, op. 25, en la mineur "dans le caractère populaire roumain" (idem)

* 1947
o Johann Sebastian Bach, Concerto pour piano n° 1, BWV 1052 (Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, dir. Eduard van Beinum)
o Frédéric Chopin, Nocturne en ré bémol majeur, op. 27 n° 2
o Frédéric Chopin, Sonate pour piano n° 3, op. 58
o Franz Liszt, Sonetto del Petrarca n° 104
o Franz Liszt, Concerto pour piano n° 1 (Orchestre de la Suisse romande, dir. Ernest Ansermet)
o Edvard Grieg, Concerto pour piano et orchestre en la mineur, op. 16 (Philharmonia Orchestra, dir. Alceo Galliera)
o Domenico Scarlatti, Sonate en mi majeur, Kk 380
o Domenico Scarlatti, Sonate en ré mineur, Kk 9, « Pastorale »

* 1948
o Béla Bartók, Concerto pour piano n° 3, Sz 119 (Orchester des Südwestdeutschen Rundfunks, dir. Paul Sacher)
o Frédéric Chopin, Barcarolle en fa dièse majeur, op. 60
o Maurice Ravel, Alborada del gracioso
o Robert Schumann, Concerto pour piano et orchestre en la mineur, op. 54 (Philharmonia Orchestra, dir. Herbert von Karajan)

* 1950
o Johann Sebastian Bach, Partita n° 1 en si bémol majeur, BWV 825
o Frédéric Chopin, 14 valses
o Frédéric Chopin, Mazurka en ut dièse mineur, op. 50 n° 3
o Frédéric Chopin, Concerto pour piano et orchestre n° 1 en mi mineur, op. 11 (Orchestre de la Tonhalle de Zurich, dir. Otto Ackermann)
o Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano et orchestre n° 21 en ut majeur, K. 467 (Orchestre du Festival de Lucerne, dir. Herbert von Karajan)
o Wolfgang Amadeus Mozart, Sonate en la mineur, K 310

* Dernier récital, donné au Festival de Besançon le 16 septembre 1950
o Johann Sebastian Bach, Partita n° 1 en si bémol majeur, BWV 825
o Wolfgang Amadeus Mozart, Sonate en la mineur, K 310
o Franz Schubert, deux Impromptus, D899 n° 3 et 2
o Frédéric Chopin, 13 valses

En 1933, Dinu LIPATTI ne finit deuxième à la Compétition internationale de piano de Vienne de 1933. Alfred Cortot, qui pensait que Lipatti méritait la première place, démissionna immédiatement du jury en signe de protestation.

Dinu LIPATTI a su conjuguer avec bonheur une technique pianistique assez incroyable avec des interprétations pleine d'humanité.

C'était un perfectionniste comme nul autre : il considérait qu'il lui faudrait 2 ans de travail pour maitriser le concerto n°1 pour piano de Tchaïkovsky et 3 de plus pour maitriser le concerto n°5 de Beethoven.

Ces interprétations étant toutes exceptionnelles, chacun y trouvera ses préférées.

En ce qui me concerne, l'enregistrement des 14 valses de Chopin est MA merveille. Dès l'écoute de la première plage, (la quatrième valse), on est pris par un tourbillon d'émotion. Comme cela a déjà été dit, les 13 valses jouées lors du récital de Besançon sont de qualité musicale inférieure : Lipatti était rongé par une leucémie, ses forces l'abandonnaient (à tel point que la radio na pas voulu prendre le risque de retransmettre en direct le concert). Ce concert, Ses derniers instants de grâce, il n'aura pu aller jusqu'au bout. Jouant, sur un tempo plus rapide pour économiser ses forces, les valses, il s'écroula avant de pouvoir jouer la seconde. Porté hors de la scène inconscient, il reviendra 30 minute plus tard, pour laisser un dernier testament (aussi sens étymologique : "témoignage") en jouant "Jésus que Ma Joie Demeure". Cette dernière interprétation de Lipatti n'a pas été enregistrée.

Mais il en avait, auparavant, enregistrée une autre, qui a marquée toutes les générations. Je ne connais pas plus belle définition de Beauté et Emotion que cette interprétation.
Dinu Lipatti était un perfectionniste. Tout ce qu'il a enregistré se situe à un niveau rarement atteint. Selon son goût, on pourra préférer telle ou telle interprétation de référence mais chaque enregistrement de Lipatti apportera une vision particulière et beaucoup de richesse.
Que dire : des interprétations de légende d'oeuvres majeures, un travail méticuleux de restauration (et je peux comparer ces CDs avec la première édition 33t des Valses) le tout à moins de 4 euros le CD...

INDISPENSABLE

Et souhaitons que bon nombre d'artistes réfléchissent à cette phrase de Dinu LIPATTI que je fais mienne :

« Ne vous servez pas de la musique, servez-la. »
66 commentaires28 sur 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2015
Dinu Lipatti a peu enregistré mais ces enregistrements sont à marquer d'une pierre blanche. J'ai acquis cet album principalement pour le récital Bach qui est d'une simplicité et d'un naturel confondants. Le fameux choral "Jésus que ma joie demeure" a été gravé peu avant la mort de l'artiste et semble parler presque de l'au-delà, faisant oublier toutes les versions qui ont défiguré ce chef-d’œuvre. D'ailleurs Lipatti a attendu jusqu'au bout avant d'enregistrer ce morceau. Bien sûr, le concerto de Schumann est d'une beauté incontournable et, malgré le son d'une bonne mono de 78 tours, il n'a jamais vraiment été détrôné. Même Karajan - ici vraiment admirable - a été subjugué par la personnalité de Dinu Lipatti et est en osmose parfaite avec lui ! On a aussi en tête les Chopin contenus dans ce coffret ou quelques rares pages de Liszt. Il est dommage que le son n'ait pas été retravaillé comme ç'avait été le cas pour le coffret Marcelle Meyer mais il reste très honnête. De toute façon, devant l'importance du message, cela reste une question secondaire.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2009
une interpretation magistrale un must !!! pour ceux qui aime Bach,specialement les celebres cantates,finesse de l'interprétation ,interessant de la comparer a l'interprétation de Willem kempff , ou Perreiya c'est tout simplement sublime , c'est pour moi le choc de cette fin d'année ,un coffret qu'il faut avoir et a faire partager: l'ensemble des autres interprétations sont aussi très bonnes,malgré des enregistrements plus anciens
0Commentaire7 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2008
Chaque fois que j'écoute Dinu Lipatti, toutes les difficultés de la vie s'évanouissent et je fais un voyage qui va vers Dieu. Lipatti joue divinement et avec un respect extraordinaire pour le compositeur. C'est la raison pour laquelle aucune oeuvre interprétée par Lipatti n'est égalée en qualité par un autre pianiste, tout "grand" soit-il. Son médecin, le Dr Henri Dubois-Ferrière disait de lui qu'il était doué au sens étymologique du mot. Je recommande donc cet enregistrement et tous ceux qu'il a enregistrés durant sa brève vie.
[...]
33 commentaires30 sur 41 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2016
tout est excellent : livraison et contenu : un coffret extraordinaire pour tout amoureux de musique classique. Lipatti fut avec Gould 2 pianistes sensationels.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2009
si la perfection pianistique existe, c'est dinu lipatti qui l'incarne le mieux. Chaque interprétation est un jalon historique: la musique est exprimé avec un sens de la pudeur et l'émotion qui vous étreint a chaque écoute. Le style pianistique est pur et pourtant les pièces sont incarnées avec un art qui défie l'analyse, un peu comme pour sa compatriote Clara Haskil. Une idée de la perfection sur terre.
11 commentaire13 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2013
Il fallait absolument rééditer Dinu Lipatti, cet auteur incomparable, d'une exquise délicatesse dans son jeu et dans ses choix, et qui nous émeut encore malgré le temps qui passe.
0Commentaire4 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je suis assez déçue que sur des morceaux ultra-célèbres, comme le concerto n°21 K467 de Mozart, on ait un son brouillon, étouffé, distant, comme si on écoutait radio-Londres (et pourtant je n'ai pas des enceintes d'exception). Le talent de Lipatti est intact, mais quelle déception de devoir tendre l'oreille avec des cuivres qui semblent venir de loin, surtout sur un morceau célèbre comme ça.
1010 commentaires9 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2009
L`interpretation de Lipatti est superbe,et la realisation technique des CD est excellente. Baltazar Radu
0Commentaire3 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus