Commentaires en ligne 


7 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La totale !, 7 juin 2003
Par Un client
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Box 4 CD : Those Were The Days (CD)
L'intégrale de Cream sur 4 CDs, 2 "In The Studio" et 2 "Live".
Sur les deux premiers CDs se trouvent les albums "Fresh Cream", "Disraeli Gears", "Wheels Of Fire" et la partie studio de "Goodbye Cream", ainsi que des versions inédites et des démos de plusieurs morceaux. Sur les deux autres CDs nous avons les deux volumes "Live Cream" et la partie live de "Goodbye Cream".
En studio les morceaux sont - certains très accrocheurs - relativement simples, dans un style pop/rock psychédélique/blues. En concert c'est la folie totale et les improvisations sont parfois longues mais tout à fait dans l'esprit de l'époque.
Bref, tout est là, en tout 63 morceaux et un livret intérieur qui raconte toute l'histoire du groupe, de sa création à sa séparation ; deux ans et demi très fournis.
Le son est de bonne qualité et le tout est très bien présenté, alors pourquoi se contenter d'un seul album quand on peut les avoir tous en même temps ?!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The Cream - Intégrale, 28 mai 2009
Par 
Saik Urien (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Those Were the Days (CD)
Ce coffret contient 4 CDs, incluants "a priori" tous les enregistrements studio et des engeristrements "live". La présentation est soignée, digipack cartonné format long rappelant un peu les albums 33 tours avec un booklet retraçant l'histoire du groupe. Excellents morceaux pour les amateurs de cette période des "late sixties".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La crème du rock, 16 juin 2006
Par 
Hang Ta Kong (Angkhor Vat, Cambodge) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Box 4 CD : Those Were The Days (CD)
Cream, c'est la rencontre d'un arrangeur/compositeur/bassiste ingénieux (Jack Bruce) et d'un guitariste divin (Eric Clapton).

Cette compilation est la collection de tous leurs enregistrements en vinyl plus quelques inédits.

La partie studio (disques 1 à 2) recueille tout, leurs singles inédits en CD "Wrapping Paper" et "Anyone for tennis", des démos encores inédites, bien sur tous les enregistrements studios sortis en album, et une pub de bière.

Mais Cream, c''est avant tout une machine de spectacle fabuleuse et j'ai été enthousiasmé par les deux autres disques live où le groupe se libère du format Pop pour des improvisations fulgurantes que je réfère aux version studios.

Je recommande a tous les fans de Cream leurs prestations BBC dont la sortie est postérieure à celle de ce coffret
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ce Cream qui sonne, 19 décembre 2013
Par 
ecce.om - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Box 4 CD : Those Were The Days (CD)
Je suis sans doute le seul humain à être passé par la case Jack Bruce (dont le "How's Tricks [Remastered]" m'avait ravi), avant de connaître Cream.
Puis, j'ai trempé une oreille dans le Styx et découvert l'Hydre à trois têtes* sur un double LP "Cream Best Of Cream 1973 French 2-LP vinyl set 2675 087" de 73 comprenant une avalanche de purs joyaux. Ahurissant ! La compilation parfaite (ou presque, parce qu'une pochette montrant Clapton avec une guitare acoustique…).

Je ne m'en suis jamais remis.

Pourquoi parler de ce coffret aujourd'hui ?
Parce qu'il y a tout (ou presque).
Vous aviez déjà tout ?
Peut être, mais pas avec cette superbe présentation, dans ce beau coffret rayonnant sous la célébrissime pochette psychédélique dessinée par Martin Sharp (pour "Disraeli Gears"), au format livre de poche, avec un beau et intéressant livret (en anglais), photos.
Parce que je le trouve cohérent dans sa présentation des périodes, dans la complémentarité des titres studios et live.

Nous sommes d'accord : comme les 3 mousquetaires, les Cream étaient 4 (n'oublions pas les textes du poète halluciné Pete Brown).
Mais convenons que l'histoire retiendra surtout le trio de musiciens qui a tout ravagé sur son passage, puisant initialement dans ses racines blues, un son dont d'autres allaient s'inspirer largement.
3 virtuoses qui allaient combiner puissance (ô combien), technique (ô combien) et folie (ô combien) dans une trajectoire aussi fugace (de 66 à 69) que brillante.

Il y a bien sûr les 2 ténors Jack Bruce et Eric Clapton.
12 cordes à eux deux (oui, avant de personnifier la Gibson EB-3, Bruce jouait de la Fender Bass VI, avec 6 cordes -accordée d'ailleurs comme une guitare classique - mais une octave en dessous).
Bruce au jeu puissant et à la voix (e) d'airain.
Clapton, dont les soli n'auront peut être plus jamais et avec autant de constance, une pareille force et évidence (Blind Faith et quelques bricoles à part).
Et enfin, le flamboyant Ginger Baker, centaure efflanqué et démoniaque dont les roulements continus renvoyaient à l'homme primitif, tout en générant des armées de disciples (Ian Paice ?).

Une combinaison de feu et…de feu, qui va consumer la terre un trop bref instant, mais qui laisse encore aujourd'hui, des braises rougeoyantes.

4 CD.

1er disque (studio)
Passons rapidement sur "Wrapping Paper" , morceau classique des compilations qui n'a jamais figuré sur un album original et ne représente pas vraiment le style Cream ultérieur.

Les choses sérieuses démarrent avec les titres du 1er album "Fresh Cream" (1966) et une version studio de "Lawdy Mama" (on en retrouvera une autre version plus loin, déjà sortie en bonus dans la réédition 2CD ou telle que jouée en public dans "Live Cream").

Vient ensuite l'intégralité de "Disraeli Gears" (1967)
Que dire.
Il y a eu avant et après ce disque.
Mélange foudroyant, inventivité constante, émotion ("We're going wrong")…
Tout n'y est pas parfait ("Blue condition" !), mais quand vous êtes à 10 étoiles sur le reste, quel est l'intérêt de ratiociner sur une ?

2ème disque (studio)
C'est le Wheels of Fire de 1968 qui est à l'honneur.
Monumental avec ses "White Room", "Sitting…", "Politician", "Born Under…", "Deserted Cities…"…

En complément, on trouve les morceaux studio du "Goodbye" de 1969 (avec le très poppy et dispensable "Anyone for Tennis").

Pour terminer le CD, 9 titres : démos ou versions peu connues, même si déjà présentes en bonus ailleurs. A noter : un court titre pour une pub de bière.
Intéressants, mais sans plus (Jack Bruce recyclera d'ailleurs "The Weird of Hermiston" et "The Clearout" sur son agréable "Songs For A Taylor").

Mais qui dit Cream, dit Live.
Et qui dit Live dit 68.
Pendant que la jeunesse du monde entier forniquait en oubliant les valeurs essentielles de l'ordre et de la discipline, Cream enregistrait tous ces titres au cours des tournées américaines de mars à octobre.
Et si nos yeux brillent encore aujourd'hui, ce n'est pas en pensant à cette année de l'amour (de toute façon j'étais trop jeune pour plonger dans le stupre), mais bien parce que le power trio a posé son empreinte sur la scène.

3ème disque (live).
Le fabuleux "NSU" qui fracasse les 1ères minutes n'est pas l'habituelle version disponible dans le "Live Cream", contrairement à celle de "Sleepy Time Time", "Rollin' and Tumblin'", "Sweet Wine", "Crossroads" et "Spoonful" qui elles, sont bien issues de la face enflammée des Roues. L'ensemble est formidable. Dieu sait si Clapton l'a rejoué son "Crossroads". Mais comme ça…

Le "Live Cream vol. 2" n'est pas oublié avec "Tales of Brave Ulysses" et "Sunshine of Your Love".

Normalement, à ce stade, vous avez déjà fui ou êtes encore en apesanteur.

Mais il reste un 4ème CD qui collecte les pépites encore disponibles.
Et des gisements, ce n'est pas ce qui manque !

4ème CD
"Live Cream vol.2" : "White Room" et sa wah-wah qui comme nous, hurle à la lune, "Politician", "Stepping Out" et "Deserted Cities of the Heart".
"Wheels of Fire" : "Traintime"
et même l'ingrat "Goodbye" avec "I'm So Glad" et "Sitting on Top of the World".

Et puis, pour ceux qui n'en ont pas encore assez, cette compilation exhume une version de "Sunshine of Your Love" inédite (4'44, enregistrée live aux studios CBS de LA). Choix, intéressant même si on a plutôt l'habitude d'entendre la version rallongée (7'30) de "Live Cream vol.2" (avec un son plus agressif, mais un chant moins assuré).

Disque parfait ?
Oui, si vous acceptez de subir les 17' de Toad ! Cette version réussit l'exploit de battre les 16' de la version de "Wheels Of Fire". Ne me demandez pas où se situe la différence entre les 2, je suis tombé en catatonie avant (même les 12' du Royal Albert Hall de 2005 me paraissent longues sans les images).

C'était Cream.
Les plus grands, les plus forts, les plus puissants, les plus fous, les plus bordéliques. Le sublime (très souvent) côtoie le foutraque ou l'ennuyeux (parfois). L'amour et la haine qui lient et délient Cream explose ici comme une évidence.

C'est débridé, imprévisible, titanesque.
C'est pour moi, c'est pour vous.

Vous aimez le Blues : il y en a. Dur, mutant, mais respectueux.
Vous aimez le Jazz : il apparaît parfois en filigrane dans des échappées proches de la fusion.
Vous aimez le Punk : N'oublions pas que Baker a même joué sur un disque du PIL de John -Rotten- Lydon !
Vous aimez la crème anglaise ? Là, vous vous êtes trompé de rubrique.

Dernier détail important : Le son est propre et la remastérisation apporte un vrai plus aux pistes live.

*je sais, l'image est un peu limite
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du Cream considéré comme un des beaux- arts....., 26 octobre 2013
Par 
Darko (Bretagne - France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Those Were the Days (CD)
La période de Noel approchant et avec elle la corvée des cadeaux aussi chers qu'inutiles, il n'est peut-être pas superflu pour une fois d'un signaler un qui ne pourra faire que des heureux.

Ce coffret Cream en 4 CD demeure, 15 ans après sa sortie, un incontournable indispensable à toute discothèque rock qui se respecte (Shuffle si tu m'entends, ne passe pas trop vite sur celui là....) Non seulement de constituer un bel objet tout plein de couleurs psychédéliques et de possèder un livret intérieur de 46 pages à la photographie soignée (j'aime beaucoup la photo de Clapton de la page 12), la musique qu'il contient demeure toujours, presque 50 ans après, comme un petit miracle; le son est extraordinaire, naturel, sans compression, ni mastering à la con, le vrai son du rock, celui qu'on n'aurait jamais du abandonner....

On ne fera pas ici l'injure de commenter les morceaux présents sur ce coffret qui contient la quasi-intégralité de la discographie du groupe en studio (2CD) et en live (2CD), manquent juste les BBC sessions Bbc Sessions, mais visez plutôt : "I feel Free", "NSU", "Spoonful", "Im'so glad", "Toad" "Strange Brew", "Sunshine of your love", "Tales of brave Ulysse", "White room", "politicians", "Born under a bad sign", "crossroad", "badge", "rollin and tumblin"... Combien de groupes peuvent se vanter d'avoir aligné autant de classiques , Les Beatles, les Stones, les Who, non pas les Kinks....Led Zep, Deep Purple, AC/DC...que les pointures donc !

Alors qu'on se le dise : Cream était grand ! et il reste ! Et ce n'est pas Thomas de Quincey qui dira le contraire....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 ROUES DE FEU, 15 mars 2012
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Those Were the Days (CD)
A la réecoute, pour la nième fois, on trouve toujours des trucs neufs dans des morceaux tels que "Deserted cities of the heart", "As you said" ou le slam bakerien "Pressed rat and whartog"...A un moment, des musicos super-doués sont touchés par la grace et cela donne Cream (et je vous évite tout ce qu'inspirent "Crossroad", "Traintime" ou "Toad" sans compter le galactique "Sittin' on top of the world" sur Goodbye, un truc à envoyer n'importe quel guitar hero dans un ashram, à 3 kilomètres de Xanadu entre Kathmandou et La Motte-Beuvron, méditer sur la vacuité du Vide.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 du grand cream, 30 septembre 2010
Par 
Kippeurt Arnaud "arnaud" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Those Were the Days (CD)
Ce coffret est indispensable pour tous les amoureux de ce rock blues si cher à Clapton.Attention, toutefois, pour une intégrale, certains morceaux sont différents dans leur version: par exemple le NSU live du disque 3 est une version différente de l'originale parue dans le live cream . 2 minutes de plus à peu près...Et puis si les 2 premiers albums apparaissent, augmentés des 45t et de lawdy mama version 1, le fameux live Wheels of Fire est coupé, puisque un disque est studio, l'autre live.Donc, le 1er disque est en cd 2 des studios, et la aussi, Passing the time est une version différente du vinyl...Quand aux autres morceaux en concert, 4 finalement, on les retrouve séparément, sur les disques cd 3 et 4...Pas bien genant, et puis on peut toujours racheter ce fameux disque si on aime écouter l'original...moi j'ai le vinyl que je conserve religieusement, avec sa pochette si sixties! J'adore également les bonus, notamment 2 titres de Jack Bruce, Weird of Hermiston et The Clearout, qui apparaitront en 1969 dans songs for a tailor, 1er album solo du bassiste génial! Des raretés, des bonus, un livret anglais tres bon, tout cream ou presque à prix doux!Que du bonheur!!INDISPENSABLE.Arnaud
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit