Commentaires en ligne 


12 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Splendeurs poétiques
LE BLU-RAY
Le Blu-ray «Les Lumières de la ville» est issu du même master que la précédente sortie DVD réalisée en 2003 par l’éditeur MK2.
La définition de 1080p est d’excellente facture et permet de présenter une restauration solide.
Le noir et blanc du directeur de la photographie Roland...
Publié il y a 12 mois par ColtraneTyner1961

versus
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Film génial, Blu Ray médiocre
Bien sûr "Les lumières de la ville" est l'un des plus beaux films qui soient, et il y a presque dix ans la sortie des plus grands films de Chaplin en DVD, orchestrée par MK2, avait été un événement : peu d'éditions de DVD arrivaient à la cheville de celle-là, aussi bien en ce qui concerne la qualité des...
Publié il y a 17 mois par Sagacité


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Splendeurs poétiques, 15 avril 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Lumières de la ville [Blu-ray] (Blu-ray)
LE BLU-RAY
Le Blu-ray «Les Lumières de la ville» est issu du même master que la précédente sortie DVD réalisée en 2003 par l’éditeur MK2.
La définition de 1080p est d’excellente facture et permet de présenter une restauration solide.
Le noir et blanc du directeur de la photographie Roland Totheroh (qui travaille avec Chaplin depuis 1915 aux studios Essanay) est assez fidèle d’intensité et de finesse dans les contrastes.
La profondeur de champ est bien restituée.
Seul défaut du Blu-ray?
Les derniers chapitres du film (10 minutes) sont un peu limites. Le début du 19 est très flou et ce chapitre comme le 20 manque de stabilité verticale. Les images ont tendance à se contracter puis se dilater.
Ces défauts sont étranges par rapport à l’ensemble du film qui, il est vrai, a aussi un problème de stabilité, très minime cependant.
Mais, vu l’âge canonique du film, on peut être indulgent.
Pour le son (en mono DTS), l'ensemble est clair et les cartons originaux sont sous-titrés en français.
Les conditions sont correctes pour apprécier ce grand film de Charlie Chaplin.

LES SUPPLÉMENTS
Comme pour «Les Feux de la rampe», ils sont assez nombreux et intéressants mais ne sont pas en HD.
Mk2 reprend les bonus qui préexistaient sur l’édition 2003 en digipack 2 DVD mais sans le livret de huit pages.
La qualité en 720 est tout de même appréciable.
Le DVD est bien calé en face du Blu-ray, les deux dans leur petite boîte bleue.
Une introduction très brillante de cinq minutes 20 par David Robinson (son meilleur biographe à ce jour) place immédiatement le film en perspective.
On a aussi une dizaine de documents très courts (de une à douze minutes).
Celui qui s’appelle «The Dream Prince» est étonnant. C’est une scène non montée dans le film qui évoque comment la fleuriste aveugle imagine son bienfaiteur. Loin du personnage de Charlot, il ressemble à un militaire qui ressemble furieusement au personnage du «Dictateur» qui sera réalisé dix ans plus tard.
Et il anticipe aussi le führer Adolf Hitler qui n’arrivera au pouvoir en Allemagne que deux ans plus tard.
Un supplément est plus conséquent (en terme de temps).
Un documentaire de près de vingt-sept minutes raconte l’histoire du vagabond et les qualités de pantomime de Chaplin.
Il évoque aussi l’influence de Charlot, notamment sur des films d’animation. Le témoignage de Peter Lord, fondateur des studios Aardman qui produisent, entre autres, «Wallace et Gromit», vient ainsi illustrer avec justesse et passion les qualités de la mise en scène des «Lumières de la ville».

LA GENÈSE DU FILM
Le contexte du film est particulier par rapport aux précédentes œuvres de Chaplin.
En effet, l’avènement du parlant au cinéma avec «Le Chanteur de Jazz» bouleverse en 1927 l’industrie hollywoodienne.
Mais le cinéaste ne veut pas en entendre «parler».
Pour lui, le cinéma est et doit rester muet.
Le surtitre des «Lumières de la ville» est d’ailleurs assez éloquent: un carton au tout début du film annonce «A Comedy Romance in Pantomime».
Se refusant à céder à la nouvelle technologie, Chaplin préfère consacrer son temps, considérable, à l’écriture du scénario.
Trois ans plus tard, dont six mois de tournage éprouvant, le film sort début 1931.
C’est un triomphe. Le muet a encore quelques beaux jours devant lui.

LE FILM
Une ville indéterminée, un matin d’automne 1929.
Une foule s’est réunie pour écouter les déclarations du maire et d’une dame patronnesse dans le cadre de l’inauguration d’un nouveau monument pour la ville: la pièce s'appelle «Paix et Prospérité» (tout un symbole dans un film de Chaplin).
Mais lorsque le voile qui cache l’œuvre est enlevé, les officiels sont horrifiés. Un vagabond dort profondément sur les genoux de la sculpture gigantesque.
Tentant de s’extirper de la situation, Charlot se ridiculise et ridiculise l’œuvre monumentale.
Plus tard, dans l’après-midi, un quiproquo lui fait rencontrer une jeune aveugle qui vend des fleurs à la sauvette.
Cette jeune femme le prend pour un homme très riche. Charlot, ne voulant pas la décevoir, s’esquive sur la pointe de ses immenses chaussures de clown.
Dans la soirée, notre vagabond fait une autre rencontre inattendue.
Un homme veut se suicider par un stratagème étrange. Sa tentative de noyade-pendaison échoue car Charlot plonge à son secours.
Pour le remercier, l’homme, richissime, l’invite dans sa demeure à fêter ça. Puis nos arsouilles partent écumer une soirée animée.
Le lendemain, l’ami d’une nuit arrosée ne reconnaît plus son sauveur.
Dépité, Charlot tente de retrouver sa charmante aveugle.
Il a décidé de l’aider, elle et sa grand-mère qui vivent dans la misère et l’impossibilité de régler leur loyer.
La seconde partie du film alterne les scènes:
1. d’ivresse puis de dégrisement entre le vagabond et le millionnaire,
2. d’intimité avec la fleuriste aveugle,
3. de travail où Charlot essaie de gagner de l’argent (nettoyeur de rues, boxeur).
Malgré les nombreuses embûches, Charlot réussira-t-il dans son entreprise chevaleresque à redonner la vue à sa muse?

UN CHEF-D’ŒUVRE COMIQUE
«Les Lumières de la ville» est un véritable condensé de gags, de scènes burlesques et de pantomime que Chaplin a mis au point depuis ses débuts en 1914 dans les studios «Keystone» dirigés par «The King of Comedy» Mack Sennett.
Par exemple, les scènes où Chaplin joue un alcoolique sont très nombreuses.
Déjà en 1914, dans «Caught in the Rain» («Charlot et la somnambule») ou «The Rounders («Charlot et Fatty en bombe»)», le cinéaste-comédien éprouve un malin plaisir à parodier l’homme ivre-mort. Il mettra au point d’autres scènes alcoolisées dans l’un de ses derniers films, «Les Feux de la rampe». Sur celui-ci, les scènes, au départ comiques, se transforment en mélodrame.
La fabuleuse chorégraphie du match de boxe est un autre exemple de reprise de sketchs dans «Les Lumières de la ville». La passion de Chaplin pour ce sport date de l’époque où il était artiste de music-hall dans la troupe anglaise de Fred Karno. Et il expérimente très tôt, encore aux studios «Keystone», dans «The Knockout» («Charlot et Fatty sur le ring»). Dans ce court-métrage, il joue le rôle de l’arbitre. Dans «The Champion (Charlot boxeur)», il est cette fois-ci l’un des boxeurs. Dans «Les Lumières de la ville», Chaplin réalise une prouesse à la fois technique et artistique et atteint la perfection avec Hank Mann et Eddie Baker, les deux autres acteurs qui joue l’adversaire et l’arbitre: le trio fait la paire. Il faut dire que les trois compères ont travaillé ensemble depuis l’époque Mack Sennett.
Le film recèle cependant de nouveautés burlesques.
Les deux scènes avec les sculptures, la monumentale et la petite, sont inédites dans la filmographie de Charlie Chaplin. Elles sont toutes les deux irrésistibles, dans un registre comique différent.
La première ridiculise le grandiloquent et anticipe le culte de la personnalité que l’on retrouvera dans les dictatures nazie ou stalinienne.
Chaplin veut peut-être déjà dénoncer le régime mussolinien qui entretient depuis 1923 avec la statuaire antique romaine une propagande bien trouble.
Cette critique sous-jacente d’un système politique se retrouvera magnifier dans «Le Dictateur».
La seconde est plus poétique mais aussi plus érotique. Montrer une femme nue sous la forme d’une statue grecque (ressemblant à «La Source», un tableau d'Ingres) dans une galerie d’art est assez osé pour l’époque. Mais Chaplin échappe à la censure en détournant le regard du spectateur vers une pantomime qui frôle la cascade. Trois ans plus tard, le «Code Hays» aurait sûrement interdit cette scène.

UN CHEF-D’ŒUVRE MÉLODRAMATIQUE
«Les Lumières de la ville» est aussi un grand mélodrame.
Chaplin avait déjà expérimenté le genre dramatique avec «The Kid», «La Ruée vers l'or» ou «Le Cirque».
Mais la rigueur de construction de son récit est telle que la fin de l’histoire est au paroxysme du mélodrame.
Bien sûr, la censure amazonienne m’interdit de dévoiler la fin.

UN CHEF-D’ŒUVRE SONORE
Le titre de cet avant-dernière partie peut sembler paradoxal pour un cinéaste qui se refuse au cinéma parlant.
Chaplin croit (ou fait semblant de croire) que le principe des voix parlées n’a aucun avenir.
Mais c’est surtout que la technique est encore balbutiante. Et puis son film est sur le feu depuis très (trop) longtemps et remettre en question son scénario basé sur la pantomime et l’illusion visuelle est bien compliqué.
Le début de son film est à cet égard sarcastique. Au lieu d’entendre les voix du maire, de la dame patronnesse et du sculpteur, on perçoit des bruits nasillards provenant de saxophones mal embouchés. Les débuts du parlant ont en effet été marqués par des défauts techniques qui donnent une impression de voix métalliques. Et toujours dans cette scène, l’hymne national américain est battu en brèche par les clowneries involontaires du vagabond.
Dans cette œuvre, les exemples nombreux et variés sont significatifs de la maîtrise de Chaplin en ce qui concerne toutes nouveautés techniques. Sa capacité phénoménale à les intégrer dans son univers est caractérisée par les scènes du gong et du sifflet-cotillon.
1. Le match de boxe devient encore plus hilarant quand la corde du gong s’enroule autour du cou de Charlot. Une succession de rounds et de temps de repos très courts due au son du gong est une trouvaille burlesque géniale.
2. Au cours d’une soirée bien arrosée avec son millionnaire, Charlot avale un sifflet, empêchant le bon déroulement de la fête et un chanteur d’interpréter sa mélodie. Encore juste, drôle et brillant.
Pour terminer sur le son, rappelons aussi que Charlie Chaplin compose pour la première fois la totalité de la musique, à l’exception du standard espagnol «La Violetera» de José Padilla qu’il s’approprie encore brillamment. Ses compositions alternent des sonorités trépidantes ou langoureuses selon l’atmosphère des séquences.
Un artiste complet capable de transformer tout ce qu’il touche en diamant à l’état pur.

LA RÉSISTANCE
Chaplin réalisera son dernier film muet «Les Temps modernes» en 1934-1935, avec seulement des effets de sons post-synchronisés.
Et un succès de plus, un.
Comme quoi la technologie si l’œuvre est brillante et bien ciselée…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La lumière de Chaplin, 22 octobre 2012
Par 
David Waléra (Châlons-en-Champagne) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Lumières de la ville (DVD)
Le temps ne saurait atténuer l'éclat de ces "Lumières de la ville". Ce film continue de briller de toute sa profonde humanité et de son humour inaltérable.

Grâce à une restauration exemplaire tant de l'image que de la musique originale, nous pouvons encore mieux goûter le charme, certes désuet, mais toujours vivace de cette histoire d'amour impossible entre un vagabond misérable, l'éternel Charlot, et une jeune vendeuse de fleur aveugle qui s'imagine être courtisée par un millionnaire...

Encore une fois, Chaplin excelle comme personne pour tirer la sève comique d'une situation, au fond, dramatique. Et le plus fort, c'est qu'il ne nous fait jamais perdre de vue le drame, même au coeur d'une explosion de rire : n'est-ce pas l'essence-même de la vie ?

N'oublions pas les scènes de quiproquos entre Charlot et son riche "ami" - du moins le temps de l'ébriété de celui-ci -, et la fameuse séquence de boxe, autant de moments hilarants d'anthologie, réalisés au millimètre près, au sein de ce film culte !

Enfin, la dernière scène quand la jeune fille, jouée par la sublime Virginia Cherrill, guérie de sa cécité, comprend sa méprise face à Charlot : une émotion d'une intensité prodigieuse, qui nous saisit, intacte, à chaque visionnage, et que seul peut procurer le cinéma muet. Tout se passe dans le beau regard bouleversé et bouleversant de l'actrice : une lumière de vérité humaine qui défie le temps, et pour encore longtemps...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre!, 17 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lumières de la ville (DVD)
on est rarement déçu avec Mr Chaplin vous en aurez encore une fois la preuve avec ce film un des meilleurs avec: le kid, la ruée vers l'or, les temps modernes,le dictateur...il serait peut-être plus rapide de citer ceux qui sont à éviter: ........ .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chef d'œuvre, 7 septembre 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Lumières de la ville [Blu-ray] (Blu-ray)
Les Lumières de la ville de Chaplin est indémodable et chaque vision c'est un bonheur d'intelligence rare au cinéma. A voir et, surtout, à revoir !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs Chaplin, 13 avril 2010
Par 
Nastasia : fermé pour cause d'éthique "sauvon... (plus de critiques de livres sur le site babelio) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lumières de la ville (DVD)
Si vous avez le bonheur de ne pas encore connaître cet ultra classique, ruez-vous dessus, un vrai bonheur, simple et touchant comme sait si bien le faire le Chaplin du cinéma muet (je suis un peu moins inconditionnel de sa période "parlé"). Ici, Charlot rencontre une marchande de fleurs aveugle dont il va évidemment tomber amoureux. Je vous laisse découvrir la chute, mais sachez seulement que la scène du combat de boxe est probablement une des plus hilarantes que j'ai jamais vue, toutes époques et tous cinémas confondus. N'hésitez-pas, quelques millions pour ne pas dire milliards maintenant de personnes ont déjà pissé de rire devant ce film depuis sa sortie et le sortilège tient toujours malgré les années (on peut émettre plus de réserves sur les scènes dites "sentimentales" mais cela passe tout de même très bien).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les lumières de la ville, 15 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lumières de la ville (DVD)
Superbe film de Charlie Chaplin que j'ai redécouvert, avec toujours autant de satisfaction. Je le conseille vivement aux fans et à tous ceux qui souhaitent découvrir l'univers de Charlot !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un chef d'œuvre d'émotion et de comédie, 15 février 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Lumières de la ville [Blu-ray] (Blu-ray)
Je ne saurai dire si la version "Blue-ray" apporte un plus, il faudrait comparer de façon approfondie, mais toute œuvre de Chaplin se regarde d'abord avec le cœur. C'est un "must" pour tout amateur de cinéma ; à voir et revoir avec émotion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 souvenirs, souvenirs, 17 mai 2013
Par 
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lumières de la ville (DVD)
j'ai trouvé dans cette boutique le film que je connaissais bien sûr dans son format VHS et à la télé; livraison impeccable : je recommande cette boutique
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Film génial, Blu Ray médiocre, 18 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Lumières de la ville [Blu-ray] (Blu-ray)
Bien sûr "Les lumières de la ville" est l'un des plus beaux films qui soient, et il y a presque dix ans la sortie des plus grands films de Chaplin en DVD, orchestrée par MK2, avait été un événement : peu d'éditions de DVD arrivaient à la cheville de celle-là, aussi bien en ce qui concerne la qualité des copies, formidablement restaurées, que celle des bonus. Hélas les Blu ray précédemment édités ("Le Kid", "Le cirque", "Les temps modernes", "Le dictateur"), s'ils étaient encore de bonne facture, apportaient très peu par rapport aux DVD : un gain en définition, évidemment, mais très limité. ("Le dictateur" constituant l'exception ; mais de tous, c'était déjà le film le mieux restauré). Avec "Les lumières de la ville", ça se dégrade : la dernière séquence, si célèbre, se retrouve affligée d'un défaut de stabilité de l'image, comme si la pellicule, dans la caméra, avait eu trop de jeu, avait "battu", ou comme s'il y avait eu un défaut au moment du tirage du négatif. Mais il n'en est rien : j'ai vérifié sur le DVD : l'image, dans cette dernière séquence, ne présente aucun battement, aucune oscillation. En outre, mais c'est hélas souvent le cas avec les Blu ray de films en noir et blanc (voir "La règle du jeu" par exemple, chez un autre éditeur), les arrière-plans manquent de nuances : plus de gris, rien que des blancs très éclatants, trop éclatants... Quant à "Limelight", c'est simple : mon lecteur de Blu ray n'a pu le lire au delà du menu!... Bref, membres de l'équipe Mk2, il est dommage que vous ne soyez plus aussi vigilants qu'autrefois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chaplin : le Charlot classique, 16 novembre 2011
Par 
gb68 - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lumières de la ville (DVD)
Film classique du "muet", avec Chaplin en Charlot clochard. C'est l'histoire d'une rencontre, avec plusieurs renversements de situation, entre Charlot et une marchande de fleurs au départ aveugle.
Un sujet éternel et des scènes parfaites, simples et émouvantes ; sans oublier la scène du combat de boxe au comique incongru.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xbeb5e3cc)

Ce produit

Les lumières de la ville
Les lumières de la ville de Charles Chaplin (DVD - 2008)
EUR 12,99
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit