undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

28
4,5 sur 5 étoiles
Pale Rider [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:8,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

23 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Excellent western que ce Pale rider produit par Eastwood en 1985 qui prend également place devant et derrière la caméra. De splendides paysages, un héros solitaire et énigmatique au service des plus faibles, un gun fight final percutant, Pale Rider a bien mérité son statut de classique du cinéma de Western américain.
Apport HD : Limité et irrégulier. La séquence d'entrée présente un grain imposant qui bruite un peu l'image. La gestion du grain va ensuite heureusement s'améliorer mais sa présence se fera tout de même remarquer sur tout le film principalement sur de nombreux arrières plans, les ciels et les aplats. La définition générale du film est en deçà de ce que permet le support blu ray. Les scènes d'intérieur n'offrent qu'une définition trop molle avec quelques images parfois même bien floues guère HD. Un bruit vidéo fait sporadiquement également son apparition sur certaines scènes sombres décidément pas à la fête sur ce transfert avec de surcroît, des noirs souvent un peu délavés et des bandes plus claires apparaissant de temps à autre sur les côtés de l'écran. Toutefois, si le piqué n'est jamais exceptionnel, de nombreux plans extérieurs bien éclairés sont en revanche très beaux avec une définition bien plus probante (la roche, les cailloux, la rivière, les herbes...) et une profondeur de champ pour les somptueux plans larges nettement rehaussée. Quoi qu'il en soit, ce nouveau transfert en 1080p se place bien au dessus de son homologue DVD surtout pour les scènes diurnes en extérieur. Côté son Warner revoit cette copie à la hausse avec un correct Dolby True HD en VO mais un soi disant 5.1 (en place du 2.0 du DVD) clair mais bien trop frontal et très peu spacialisé. Côté bonus, l'éditeur comme souvent avec ses fonds de catalogue ne nous propose rien. Perfectible, cette édition blu ray devient malgré tout la plus aboutie visuellement.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 31 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2002
Etant un grand fan de "Monsieur cinéma", j'ai été enchanté par ce western au style très personnel qui est encore une fois un très grande réussite. Bien que le personnage venant du néant et faisant justice n'est pas vraiment une nouveauté (voir "L'homme des hautes-plaines"), il s'agit là, du moyen favori d'Eastwood de revisiter les mythes de l'ouest. La dimension religieuse étant ici spécialement importante et la relation entre Preacher et la jeune fille traitée avec grande finesse dans le style particulier du cinéaste. Un film epoustouflant qui fait la continuité des réalisations estwoodiennes qui culiminera quelques années après avec le crépusculaire "Impitoyable". L'étoile en moins concerne l'intéractivité du DVD : néant...
J'ai également une question à poser au rédacteur de DVDmania : Danse avec les loups est signé Clint Eastwood ? Kevin n'aimerait pas je pense...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 juin 2011
La première scène, liée au générique, est ahurissante. Une formidable cavalcade où le martèlement des chevaux frappant la terre au galop est d'une incroyable percussion, un son sourd pénètre cette terre rocailleuse et assomme le spectateur (moi en l'occurrence). Je sens déjà la sauvagerie de la scène, les malfrats deviennent barbares, cruels, sans pitié pour ces travailleurs. Quelques instants plus tard, Clint entre en scène pour aider l'un de ces pauvres. Justicier ou malfrat, ce n'est que plus tard que je me rends compte qu'il n'est en fait ni l'un ni l'autre, juste un pasteur, un prêcheur, un prédicateur aux méthodes peu orthodoxes.

Clint est fidèle à lui-même et à ses convictions. Qu'il porte ou non le col blanc, il garde son regard impénétrable et envoutant. Toujours impeccable, encore plus mystérieux, le « cavalier solitaire » arrive de nulle part, vient en aide aux plus faibles, avant de repartir vers l'inconnu sans demander son reste. Clint, alias le Pale Rider en VO, est un ange solitaire venu du ciel, chevauchant avec son col blanc et sa couverture les plaines pour prêcher la bonne parole. Et là où les mots ne suffisent plus, il y a les poings et les balles pour aider à faire passer le message.

Le scénario en lui-même reste basique (ce n'est qu'un western, après tout). D'ailleurs, la fin ne nous échappera pas et semble parfaitement connu dès le début. Alors quel intérêt porter à revoir ce film ? Clint d'abord, acteur - réalisateur. Grandiose ! Le décor aussi, fabuleux. LaHood se situe en Californie, mais loin de la plage et du soleil, au bord de montagnes enneigées et de forêts de séquoias géants. Lumineux et Grandiose... La scène du début avec cette incroyable cavalcade (je ne m'en suis toujours pas remis) qui cogne encore plus fort dans mes tympans, je ressens encore les soubresauts de mon caeur à chaque coup de sabot sur la terre ferme et poussiéreuse. Grandiose et Assourdissant... Le combat final dans une ville poussiéreuse et quasi fantomatique : Clint face à ces sept mercenaires qui va tous les tuer un à un, tranquillement, sereinement et sa façon de marcher qui, à chaque pas, fait tilter les éperons de ses santiags. Grandiose...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 juillet 2011
JE ne sais pas comment je pourrais présenter ce film mieux qu'il a déjà du l'être par d'autres. Un excellent western de Clint Eastwood, bien que sans réelle surprise. L'apport du BluRay n'est pas ce qu'il pourrait être pour un film plus récent, mais le travail est propre et la netteté des images colle parfaitement avec le sujet. Je dirais toutefois que c'est un achat à faire uniquement si, et c'est mon cas, on ne le possède pas déjà en DVD.
Le plus n'est pas suffisant, même s'il existe, pour justifier l'investissement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 septembre 2011
Je n'avais pas ce film, vu seulement au cinéma et je n'ai pas été déçu, le son est bon, l'image est très bien définie, sauf dans les scènes sombres voire presque dans le noir, sûr la technique de ce blu-ray n'atteint pas certainement des restaurations plus récentes, mais je ne regrette pas mon achat, surtout chez AMAZON (prix et livraison express)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 mars 2015
"Pale Rider" est un western de 1985,réalisé/produit/joué par un Clint Eastwood follement charismatique et s'engageant sur des thèmes indémodables.Tout d'abord la vision écologique du film est une évidence indéniable dans l'opposition entre ses chercheurs d'or à mains nues respectueux de la nature et cette Compagnie sans foi ni loi détruisant les collines et dénaturant l'environnement.
Ensuite,le personnage du cavalier solitaire,mi-cowboy mi-homme de foi,présenté comme "un miracle" par la jeune fille,amène de la profondeur spirituelle au propos général du film.
Le personnage de John Russell,sosie de Lee Van Cleef qui avait refusé le rôle,apporte une belle épaisseur de bad guy pour faire face à Eastwood.
Un très bon film sur un dvd de qualité moyenne qui se contente d'un simple portage VHS.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 juillet 2010
Avis Blu-ray : 14/20
Comme toujours avec les rééditions Blu-rays des films ayant dépassé la décennie, on est toujours enclin à craindre le pire, surtout que les exemples sont nombreux.
25 ans déjà pour ce film du sieur Clint, et comme toujours un côté intemporel sur ce genre ô combien exploité dans les 50 et 60.
Après un déclin dans les années 70 au profit des thrillers urbains, Pale Rider fait donc partie de ces rares tentatives de revival du genre alors que ce dernier tendait à disparaître peu à peu.
C'était sans compter sur le profond attachement de l'acteur/réalisateur pour ce vieil homme moribond qu'était le Western.
Qu'en est-il donc de cette édition ? Bah oui, si vous lisez ces quelques lignes, c'est que vous êtes un tant soi peu intéressé.
Eh bien ce n'est pas une édition au top, il faut bien l'avouer, mais c'est loin d'être catastrophique également. Pour commencer...pas de menu animé, le film commence directement...on le verra plus tard, il n'y a pas grand-chose à choisir de toutes manières.
Plusieurs points positifs cependant, font de cette édition une galette intéressante. L'image bien sûr, puisque c'est le plus important sur ce support, est beaucoup plus lumineuse que sur le DVD. Et bien que le master n'ait pas subi un lifting comme sur les grosses productions du style Rencontres du troisième type (pourtant plus ancien) l'image est très correcte, malgré un fourmillement parfois très visible en présence d'un ciel incroyablement bleu, ou de poussière générée par la cavalcade effrénée du début, qui cohabite parfois avec un très léger grain.
Mais il faut signaler également que ce n'est pas sur l'intégralité du métrage. En effet, plusieurs scènes, bien éclairées par un soleil hivernal, se rapprochent d'une assez bonne définition HD sans pour autant en atteindre les canons existants.
De même, il faut souligner que, paradoxalement, des scènes de jour, mais en intérieur (auparavant presque illisibles sur le DVD parce que trop sombres), sont moins bien définies, que d'autres de nuit à l'éclairage d'un simple feu.
L'utilisation d'une courte focale pour les scènes d'intérieur, génèrera donc des contours d'image souvent flous pour une mise au point essentiellement centrale. Mais le contraste étant un peu mieux géré, ces scènes redeviennent regardables ici.
La profondeur de champ se fait mieux sentir sur les plans larges par contre, notamment le règlement de compte final qui lui, est incontestablement HD (1h40'55) quand le pasteur se met à l'entrée de la ville, avec les montagnes en arrière plan, et que la lumière, auparavant lumineuse, se fait peu à peu plus sombre.
Certains autres plans seront par contre assez chargés en défauts très visibles avec scratchs et points blancs (1h25'45)
Passons au son maintenant.
Premier point, et pas des moindres...si la jaquette affiche un DD 5.1 sur la VF, c'est en fait le mono d'origine qui le remplace au pied levé. Cependant, si vous possédez un bon ampli avec des filtres (Mono), le 1.0 d'origine peut se révéler plus clair et plus ample alors que le son direct. C'est le cas avec mon ampli Onkyo en tous cas.
Pour la VO, vous aurez ici le choix entre le désormais classique DD 5.1, ainsi qu'un 5.1 DolbyTrueHD...A privilégier bien sûr pour les quelques partitions musicales de Lennie Niehaus (fidèle collaborateur d'Eastwood) et pour les cavalcades des chevaux, explosions et coups de feu, mais au détriment bien sûr de la post synchro si significative qui suivit Eastwood pendant quelques années.
Malgré cette piste sonore estampillée HD, ne vous attendez pas cependant à un DTS HD MA comme sur Le soldat Ryan. Si le film parle à un moment de miracle, faut quand même pas trop rêver !

Les bonus : 02/20
Je crois que tout est dit dans la note attribuée à cette section. Comme souvent dans ces rééditions faites à la va-vite, sans même un nettoyage de transfert, il ne faut pas s'attendre à une pléthore de bonus. C'est donc le cas ici, avec deux pauvres bandes-annonces, d'une qualité vidéo effroyable, en VO et recadrées de surcroît (1.85 en lieu et place du 2.40 du film).
BA Pale Rider (1'12)
BA Impitoyable (1'55)
Grosse déception de ce côté-là. On aurait aimé, sans demander un making-of (Qu'Eastwood n'affectionne pas vraiment de toutes manières) au moins une galerie photos du tournage. Ce ne sera pas pour cette fois.

Image : VC-1 / 16/9ème 2.40 : 1
Son :
Editeur : Warner Home Video (Collection Blu-line Warner à 15 )
BD 50 (Double couche) 1 disque Zone B

Avis film : 18/20
Clint Eastwood n'est plus à présenter...d'abord acteur, puis producteur et réalisateur, si le bonhomme cumule souvent les casquettes (allant même parfois jusqu'à signer la musique) force est de constater qu'il les porte avec brio, avec une large majorité de réussite.
Fort de ses 55 ans de carrière, et près de 80 films ayant pratiquement abordé presque tous les styles cinématographiques, c'est cependant le western qu'il incarnera avec un charisme indiscutable pendant des décennies. Que ce soit chez les italiens ou bien sûr sur le territoire du nouveau monde, il avoue lui-même, que le western et le jazz sont les deux derniers symboles forts d'une Amérique aujourd'hui en plein changements.
En termes de symboles, on ne peut que reconnaître qu'il en est un lui-même, un des derniers monstres sacré du 7ème art qui nous livre à chacune de ses aeuvres, une dissection du genre humain, en séparant d'abord soigneusement les bons et mauvais côtés, tout en les mélangeant habilement par la suite (ou inversement) dans un manichéisme qui échappe à toute notion de déjà-vu, pour nous démontrer que tous les personnages de ses films, c'est aussi quelque part un peu nous, à un moment ou l'autre de notre vie.
Avec ce western, un des derniers tourné à l'ancienne, loin des studios hollywoodiens, de ses stars et du choc visuel, il démontre une fois de plus que la simplicité peut être aussi efficace que les scénarii les plus élaborés, et les séquences chocs les plus discutables.
En apportant un côté mystique à une histoire classique de prospecteurs d'or et de vilains méchants qui ne respectent rien ni personne, il met de fait, un peu plus d'âme et d'esprit...quelques grammes de finesse dans un monde de brutes, en incarnant un cavalier pâle, directement issu des prophéties bibliques.
Le côté mystérieux d'un passé trouble, la sympathie d'un pasteur amoureux des gens honnêtes (peut-être un ancien hors-la-loi cherchant dans l'habit une rédemption suite à un incident qui faillit lui coûter la vie, et son âme par la même occasion), et la dureté d'un justicier qui regrette amèrement de devoir reprendre les armes, mais qui se battra au péril de sa vie pour des gens qu'il ne connaît même pas.
Le fait qu'il apparaisse au moment même où la jeune fille lit la Bible avec un passage des cavaliers de l'apocalypse...est tout à la fois intrigant et quelque part passionnant, plongeant le film dans un côté à la fois ensoleillé (lorsqu'il est en compagnie des mineurs) et sombrement fantastique (lors des contacts avec les vilains).
En s'éloignant quelques peu des traditionnelles villes campées en plein désert, de ses allées poussiéreuses, et de ses saloons mal fréquentés, nous emmenant de fait dans des froides montagnes au climat changeant, il rompt le schéma classique des westerns qui a pourtant fait la gloire de ces derniers.
Eastwood ne nous donne pas toute les cartes...et quelque part c'est tant mieux. Mais il nous donne l'essentiel...l'humilité (envers les autres, l'environnement, soi-même) et la simplicité (le pasteur ne cherche pas à sermonner ou diriger des âmes, il les fait réfléchir afin qu'elles prennent d'elle-même les bonnes décisions tout en respectant leur choix, quel qu'il soit).
Cette simplicité se retrouve jusque dans l'affiche du film, une des plus belles, je trouve, du monde du western.
S'il y a mieux dans le genre, ce western reste l'un de mes préférés avec celui de Sergio Leone, Il était une fois dans l'ouest. Deux styles bien différents il est vrai, mais dans celui-ci c'est véritablement ce côté mystique qui intrigue plus que tout autre chose, et qui amène des réflexions sur le passé du pasteur. Et puis quelle classe aussi...à total contre-pied du surmédiatisé et donc commercial...Impitoyable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Clint Eastwood est vraiment devenu un maitre du western, c'est indéniable.
Dans la lignée d'Impitoyable, ce western cependant classique est filmé par un amoureux du genre et ça se voit.
Tout est parfait, les acteurs, les décors, la photo, bref une merveille de western à l'ancienne, ce qui est un compliment.
A savourer avec de réels amateurs de cinéma et vous en redemanderez !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Voici un western que j'ai particulièrement apprécié et qui défend admirablement le genre. Sur le thème du cavalier solitaire au passé mystérieux et vengeur impitoyable, ce film est un must. Il faut avouer que Clint Eastwood est particulièrement à l'aise, compte tenu de sa carrière et des autres films qu'il a fait sur cette thématique (Josey Wales hors-la-loi,L'Homme des hautes plaines,Impitoyable, pour ne citer qu'eux). Dans ce "cavalier blême", traduction littérale du titre, les références bibliques sont indéniables. Le livre de l'Apocalypse est abondamment repris au cinéma américain (foi protestante à tendance millénariste oblige), et dans le cas présent, c'est le ch.5, v8 : "Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait". Il est à noter que ce verset est dit tel quel dans une prise de vue où, à travers la fenêtre, le "héros" apparaît. Bel effet spectaculaire. Ce héros sans nom se nomme par ailleurs "prêcheur" et use des balles quand les mots deviennent inefficaces. Il est comme un ange venu d'on ne sait où à la prière d'une jeune fille, et reparti vers un horizon inconnu sans aucunement s'attacher à un amour humain. Tout le mystère demeure.

Que dire des acteurs : sans doute pas de critique majeure. Ils tiennent bien leur place, le réalisateur les laissant exprimer leurs sentiments dans des scènes qui permettent le déploiement des jeux de regards, des sentiments, des dialogues. Michael Moriarty campe un prospecteur honnête et résistant, accroché à sa terre ; Carrie Snodgress trace un portrait sensible de cette femme de mineur (Sarah Wheeler) soucieuse de la sécurité de son foyer ; Sidney Penny est lumineuse à souhait dans la peau de Megan Wheeler, en attente de la justice immanente qui la consolera de la perte de son chien et que les évènements basculeront de l'adolescence à l'âge adulte en quelques jours.

Film bien construit, avec la tension nécessaire, mais en connaissant sans surprise le résultat. Par son thème de "justicier solitaire", il rappelle le roman lumineux de Jack Shaeffer : Shane : L'homme des vallées perdues, que tout amateur de western se doit d'avoir chez soi !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 février 2007
En Californie, le village de Lahood vît sous la coupe de son fondateur. Seule une communauté de mineurs échappent au tyran, jusqu'au jour ou celui-ci engage des tueurs pour faire partir cette population, et ainsi récupérer la mine. Mais c'est à ce moment là qu'arrive en ville, un cavalier solitaire qui se fait appeler "Preacher" : un homme mystérieux à la gâchette facile. Après avoir rencontré la population habitant près de la mine, il décide de venir en aide aux habitants. Mais cette homme qui se dit prêtre est-il vraiment ce qu'il prétend ? Car le mystérieux cavalier solitaire semble avoir des comptes à régler avec son passé...

"Pale Rider, le cavalier solitaire" réalisé et interprété par Clint Eastwood en 1985. Comme d'habitude, il dirige de manière magistrale ses acteurs : Michael Moriarty, Carrie Snodgress, Christopher Penn, Richard Dysart, la belle Sydney Penny, et l'imposant et gigantesque Richard Kiel (connu pour ses rôles dans James Bond). "Pale Rider, le cavalier solitaire" marque une étape importante dans la carrière du réalisateur Eastwood, car ce fût le premier de ses films a être présenté au festival de Cannes en 1985. Un western remarquable à voir et revoir pour la qualité de son interprétation et la beauté de ses images.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Impitoyable [Blu-ray]
Impitoyable [Blu-ray] de Clint Eastwood (Blu-ray - 2007)
EUR 8,99

Josey Wales - Hors la loi [Blu-ray]
Josey Wales - Hors la loi [Blu-ray] de Clint Eastwood (Blu-ray - 2011)
EUR 8,99