Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réédition de deux enregistrements désormais historiques de la discographie d'Olivier Messiaen, 23 septembre 2008
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Messiaen : Quatuor pour la fin du Temps ; Chronochromie (CD)
Captée voilà déjà quarante ans dans les studios londoniens en décembre 1968, cette version du "Quatuor pour la fin du temps" s'honore désormais de prendre place dans la collection "Great recordings of the Century".

On retiendra particulièrement le clavier agile de Michel Béroff, qui s'est aussi mémorablement illustré dans le recueil pianistique des "Vingt regards sur l'enfant-Jésus" (EMI, 1969).
Cette lecture semble toujours aussi moderniste (la clarinette acidulée de Peyer dans "abîme des oiseaux"), péremptoire (écoutez les "fouillis d'arcs-en-ciel"), véhémente (pour la "danse de la fureur", quels autres interprètes surent mieux traduire cet « irrésistible mouvement d'ivresse glacée » qu'évoquait Messiaen dans la préface de sa partition ?) même si peut-être parfois un peu sèche et rhétorique ("liturgie de cristal") comparée à l'approche plus ouvertement poétique de l'ensemble Tashi (RCA, 1975).

C'est toute l'inquiétude d'une frayeur d'apocalypse qui s'immisce dans cette interprétation que rien n'a démodée, même si l'épure gravée en 1990 par l'équipe Poppen/Loriod/Meyer/Fischer-Dieskau a selon moi mérité le statut de nouvelle référence discographique.

En complément de programme, cet album propose "Chronochromie" enregistrée en 1964 dans les studios d'Abbey Road, quatre ans après la première audition de l'oeuvre au Festival de Donaueschingen.
Antál Dorati et l'orchestre de la BBC en proposent une lecture... haute en couleurs, illustrant brillamment cette synesthésie poétique propre au langage musical du compositeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit