Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


22 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 En Allemagne occupée
Samuel Fuller aborde dans ce film un sujet peu traité au cinéma : la très hypothétique organisation des « Werewolf » (loups-garous en allemand) soi-disant mise en place par les Nazis en 1945 afin de résister à l'occupation de leur pays par les troupes alliées. Bien que le mouvement n'ait jamais eu d'existence réelle...
Publié le 13 octobre 2008 par Michel Juvenet

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une curiosité
C'est peu dire que cet étonnant (et peu connu) "Verboten" de 1958 est bancal.
Le film commence comme un de ces films de guerre brillants dont Fuller était spécialiste, bascule vers une histoire d'amour entre un G.I. démobilisé et une Allemande sur laquelle plane le spectre de l'intérêt et de la sincérité de la...
Publié il y a 23 mois par zybine, amateur éclairé


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

22 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 En Allemagne occupée, 13 octobre 2008
Par 
Michel Juvenet "micheljuvenet" (belgique) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
Samuel Fuller aborde dans ce film un sujet peu traité au cinéma : la très hypothétique organisation des « Werewolf » (loups-garous en allemand) soi-disant mise en place par les Nazis en 1945 afin de résister à l'occupation de leur pays par les troupes alliées. Bien que le mouvement n'ait jamais eu d'existence réelle (sauf quelques actes isolés), il a tellement fait parler de lui dans les derniers mois du conflit en Europe, que les services secrets alliés avaient déjà prévu des troupes pour les combattre et se préparaient à affronter une armée de partisans comparable aux réseaux de résistances des pays occupés. Fuller fait d'ailleurs la part des choses puisque son film concerne un groupuscule de fanatiques dont l'action est très limitée. Il est à remarquer que la réalité historique fut la suivante : le début de la guerre froide ouvrit à de nombreux anciens nazis des perspectives de collaboration à l'Ouest comme à l'Est. C'est ainsi que de nombreux membres de la gestapo, agents secrets et officiers allemands obtinrent des postes importants auprès des troupes d'occupation. Le DVD offre une image NB bien contrastée, la V.O.S.T., mais malheureusement aucun bonus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DIRECT, EFFICACE ET BANCAL : DONC DU PUR FULLER !, 10 novembre 2010
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
VERBOTEN est un film de guerre signé Samuel Fuller, écrit, dialogué, réalisé et produit en 1958, juste après son splendide western QUARANTE TUEURS, et avant un polar, THE CRINSOM KIMONO. Il tient aussi du film d'espionnage, d'où le titre français tarabiscoté ORDRES SECRETS AUX ESPIONS NAZIS.

Les commentaires précédents parlent bien du fond de ce film, j'insisterai donc davantage sur la forme. Fuller était un iconoclaste, et il nous fait encore ici une brillante démonstration de son style, passant d'un genre à l'autre, aux dépens parfois de l'ensemble qui peut tout de même paraître bancal.

L'action se situe en Allemagne, en 1945, après la chute du IIIème Reich. Le sergent David Brent, seul rescapé de son escouade, pris sous les tirs de sniper, doit la vie sauve à une jeune allemande, Helga, qui le cache chez elle. Une fois la ville nettoyée par l'armée américaine, Brent est démobilisé. Faisant fi de la loi anti-fraternisation (d'où le titre « verboten » signifiant « interdit ») il ne rentre pas au pays, mais rejoint Helga dont il est tombé amoureux.

Dès le générique, Samuel Fuller nous assène des images de destruction, de fusillades, alors que la bande-son diffuse une chanson de crooner, qui se termine par « that's why I love you »... Contraste saisissant, et procédé qui n'est pas sans rappeler le générique de DOCTEUR FOLAMOUR, chanson douce sur fond d'explosion nucléaire ! Et Fuller enchaine ensuite avec la cinquième symphonie de Beethoven (pom pom pom pom), rythmée par des tirs de fusils, alors que trois soldats US sont pris à partie par des tireurs isolés, dans une ville en ruine. Scène qui n'est pas sans rappeler (bis) la troisième partie de FULL METAL JACKET. Opposition de plan d'ensemble à la profondeur de champ vertigineuse, sécheresse du montage, ennemi invisible, Fuller signe là une entrée en matière remarquable. La suite est à l'avenant. Très gros plan sur un oeil qui s'ouvre. C'est le sergent Brent, alité, soigné par Helga, dans un immeuble en ruine. Immeuble qui sera investi par une unité de nazis. La tension dramatique monte encore d'un cran, belles scènes de suspens, avec cet officier nazi odieux, qui reprend Helga en lui disant : « on ne dit pas « grâce à Dieu » mais « grâce au Furher »... Et qui dira ensuite à la même Helga : « c'est bien de veiller sur votre mère malade, la mienne, je l'ai dénoncée à la gestapo »... Fuller filme d'un plan, un long dialogue entre Helga et Brent, sous le portrait d'Hitler, sur la différence entre allemands et nazis. Thème peu souvent traité, et que Fuller attaque de front, comme à son habitude. On touche là le coeur du film.

La première partie du film s'arrête lorsque la ville est libérée, la suite du récit étant davantage centrée sur la relation amoureuse entre Helga et Brent, et les motivations exactes d'Helga. L'Allemagne est détruite, ruinée, les populations affamées (belle scène de ravitaillement filmée par Fuller) et pour Helga, fréquenter un américain démobilisé chargé justement de gérer le ravitaillement des populations civiles, est une chance innespérée. D'autant qu'Helga croise un ancien ami, Bruno, qui dirige une cellule des « Loups Garous », groupuscules d'extrémistes nazis qui ne veulent s'avouer vaincus...

Fuller alterne les scènes de fiction avec un montage d'images d'archive, montrant les combats. Une manière sans doute de parer au plus vite aux faibles moyens financiers dont il dispose, mais ce qui lui permet aussi d'apporter une touche réaliste à son film, quasi documentaire par moment. Et c'est là que le bât blesse, car le film hésite entre deux styles, la démonstration, la thèse d'un côté, et le récit romanesque de l'autre, qui en pâtit. Par rapport à la première demi-heure, stupéfiante, la suite s'avère plus fade. D'autant que Fuller boucle son intrigue un peu rapidement, le jeune frère d'Helga recevant l'illumination suite à la diffusion du procès de Nuremberg. Le sentiment est bon, mais la ficelle dramatique un peu grosse. C'est un trait typique chez Fuller : appuyer les effets, passer du lyrisme échevelé à la violence pure (voir Naked kiss (Version Pocket)), du mélo dégoulinant à l'action stylisée. Du coup, il en oublie au passage le personnage d'Helga, dont il nous avait laissé penser que... (j'dirai rien!) sans qu'on en soit finalement certain. Le couple de comédiens (James Best et Susan Cummings) est remarquable.

Malgré ces quelques réserves, un film de Samuel Fuller reste toujours un grand moment de cinéma, par l'aspect formel, les idées de mise en scène, et les sujets traités sans détour. Rappelons que Fuller fut soldat, et participant à ces mêmes campagnes de dénazification.

DVD : bonne image, VOST, format respecté 1/1.37, sans bonus, 83 minutes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une curiosité, 9 mai 2012
Par 
zybine, amateur éclairé (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
C'est peu dire que cet étonnant (et peu connu) "Verboten" de 1958 est bancal.
Le film commence comme un de ces films de guerre brillants dont Fuller était spécialiste, bascule vers une histoire d'amour entre un G.I. démobilisé et une Allemande sur laquelle plane le spectre de l'intérêt et de la sincérité de la seconde (un peu comme dans L'Innocent de Ian McEwan), s'approfondit dans l'apparition, en plein occupation américaine, d'un mouvement pro-nazi d'opposition (les loups-garous) et se conclut par un étonnant (dans la forme) et assez artificiel (dans le fond) éloge de la dénazification et de la réconciliation germano-américaine : images d'achives insérées dans le film (la guerre, les camps d'extermination), mise en scène des procès de Nuremberg (auxquels assistent sans difficulté notre Allemande et son jeune frère), dialogues assez faux de nazis "retournés" (ah, si j'avais su!) par un collage pas très subtil de propos de dignitaires nazis et de discours des Loups-Garous.
Fuller a fait la campagne d'Allemagne et a travaillé à la dénazification : comme souvent avec lui, l'oeuvre a donc un aspect autobiographique et une vocation mémorielle de témoignage. Mais on sent (en raison de moyens limités ?) plus encore que d'habitude l'aspect foutraque et bordélique de son cinéma. Ca part vraiment dans tous les sens sans que l'oeuvre fasse, elle, sens, faute d'unité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Fuller : un cinéaste humaniste, 12 décembre 2010
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
En l'espace de trois à quatre semaines, je me suis régalé à visionner plusieurs oeuvres de Samuel Fuller : Les Maraudeurs attaquent, The Big Red One - The Reconstruction, J'ai vécu l'enfer de Corée. Je n'oublie pas l'excellent western Quarante tueurs.

Samuel Fuller est efficace. Les premiers plans donnent la mesure. Trois soldats américains chassent un tireur délite allemand. Plans serrés. Peur, action. Cinéma filmé à l'économie. Pas de fioriture. L'un des trois, survivant, blessé, est recueilli par une Allemande ayant un frère manchot des suites d'un bombardement allié. Cette femme protège l'Américain des SS qui occupent sa maison. Puis vient l'occupation.

Une histoire d'amour est-elle possible dans ces temps éminemment troubles de dénazification où se côtoient la chasse aux nazis (très beau passage sur le tribunal de Nüremberg) et l'action désespérée de certains d'entre eux (les loups-garous).

Ce film d'action colle à la réalité. Il enseigne en outre aux spectateurs une réalité plus complexe que celle véhiculée par les films d'actualité. La matière humaine chez Fuller est complexe. L'homme, soldat engagé de 1942 à 1945, connaît la guerre. Il a vécu la libération d'un camp de concentration en Tchécoslovaquie, qu'il a filmée. L'homme a de la profondeur. Il sait donc surprendre et enseigner.

Chapeau.

NB : film noir et blanc réalisé en 1959, VOSF

PS : merci à Luc B de m'avoir invité à cette découverte de qualité
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un film de guerre et d'après-guerre à petit budget, mais avec la patte de Fuller, 11 août 2010
Par 
Jean LE GOFF (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
Samuel Fuller s'est emparé d'une psychose américaine née peu avant la fin de la deuxième guerre mondiale et dans les années de l'immédiat après-guerre: la crainte de l'émergence d'une organisation secrète visant à combattre les Américains en redonnant naissance au nazisme.

Un soldat américain participe à la lutte contre les snipers. Ses deux camarades trouvent la mort et il est lui-même grièvement blessé. Il est recueilli et soignée par une jeune femme allemande qui le cache lors d'une contre-offensive des SS. A l'arrivée des troupes américaines, il protège sa bienfaitrice. Tombé amoureux d'elle, il l'épouse. Fuller sème le doute: la belle Fräulein a-t-elle épousé le sergent américain et conçu un enfant de lui pour sa position (il travaille pour les services d'administration américaine de la ville et elle apprécie ses cadeaux), pour aider les loups-garous, l'organisation secrète dont le chef local est un de ses amis (elle a été membre du parti nazi) ou parce qu'elle est ou est tombée finalemnt amoureuse de lui?

Bien que le film soit réalisé avec de très faibles moyens, l'intrigue est ingénieuse et menée de façon rythmée, avec quelques moments d'humour (notamment la scène sur le Verboten, tout est interdit dans ce pays). Les grands débats de la guerre, de l'holocauste et de la responsabilité sont abordés.

C'est un film à la fois grave et attachant, qui témoigne du talent de Fuller même avec des moyens très modestes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Remarque, 11 mai 2013
Par 
Eric 164696 - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ordres secrets aux espions nazis (DVD)
Le Werwolf (et non "Ver wolf"), fut une organisation clandestine nazie de résistance alors que les Alliés commençaient à occuper l'Allemagne. Il s'agissait pour ses membres de poursuivre le combat autant que faire se pouvait. Il est à noter que même dans les territoires de l'est occupés par l'Armée Rouge, des mouvements nationalistes de guérilla virent le jour, à l'image du Werwolf. Peu d'ouvrages et de films ont abordé ce sujet. Ce film ne fait que l'effleurer, avec la romance qui implique le recul nécessaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa7f85048)

Ce produit

Ordres secrets aux espions nazis
Ordres secrets aux espions nazis de Samuel Fuller (DVD - 2008)
EUR 9,07
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit