undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Double Live
Format: CDModifier
Prix:13,06 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 6 novembre 2009
Peu d'information sur la pochette, à propos de ce live de Franck Marino, que l'on sait édité en 1988, et enregistré en Californie et au Texas. Marino, guitariste canadien, né en 1954, produit une musique entre hard rock et rock progressif, construite autour de longs solos de guitare, à la manière d'un Ted Nuggent, en plus subtil. Influencé par Hendrix, Winter, ou les délires psyché de Jerry Garcia, il débute dans le métier à 17 ans. Il réunit autour de lui le groupe MAHOGANY RUSH, présent sur cet album «DOUBLE LIVE».

Les premiers titres me font penser à du THIN LIZZY Live and Dangerous, avec cet aspect un peu sophistiqué et faussement lourdaud. L'énergie rock est bien présente (le refrain de « Free » est pêchu comme il faut), et on sent aussi dès le départ les influences du rock progressif, notamment dans le jeu du batteur Timm Biery, qui abat un boulot phénoménal. Il ne peut pas aligner quatre mesures sobrement, sans partir dans des descentes de toms vertigineuses. N'en ferait-il pas un peu trop ? En tout cas, cela est cohérent avec cette musique-là.

Accents progressifs présents encore dans ce long instrumental de 10 minutes, « Poppy », là encore, joliment composé, qui rappelle le célèbre « In Memory of Elizabeth Reed » des ALLMANS'S BROTHERS. Planant, jazzy, virtuose, certainement le meilleur moment de cet album, enchaîné direct avec une autre prestation longue (11 minutes), reprise du classique « Road House Blues » des DOORS, solide, pas mal faite, avec de nouveaux riffs greffés sur l'original, mais un peu longuette sur la fin. Franck Marino ne semble pas très à son aise, préférant la lourde artillerie au feeling bluezy. Je préfère la reprise faite par STATUS QUO sur Quo Live. Quitte à faire long, enquillons avec « Who do ya love » de 10'30 (ce n'est pas la reprise de Bo Diddley ) où le batteur est encore à l'honneur sur un solo puissant et plein d'esbroufe (accélération d'un motif, double grosse caisse !). On enchaine avec une démonstration solo de Marino, assez barrée, reflet sans doute de ses expérimentations opiacées, puisque le monsieur est un gros consommateur de produits dits « durs »... « Guitar prélude » ressemble à s'y méprendre à un départ de Grand Prix de F1, et « Sky Symphony » donne dans le pseudo-baroque à la Richie Blackmore, un peu prétentieux, et vain. Pour finir, trois morceaux de 5, 6 minutes, plus classiques dans leur structure, dont « Rock'n'roll of fame » assez réussi.

Au final cet album reflète bien le style Marino, qui hésite un peu entre la virtuosité jazz-rock, les errances mélodiques du progressif, et l'énergie pure du hard. Hybride, parfois grandiose, parfois démonstratif. C'est tout le problème de ces performers, arriver à faire passer la technique en second, pour privilégier le feeling, jouer sur la retenue plus que sur l'abattage. Ce disque est surtout un festival batterie/guitare, puisque le Vince Marino à la seconde guitare et Claudio Pesavento aux claviers, sont tout simplement aux abonnés absents, le quintet ayant davantage l'air d'un power trio. Là encore, c'est dommage.

Durée : 72 mn
77 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'ai découvert Frank Marino avec l'album Juggernaut que j'avais en vinyle. J'ai usé ce disque à force de l'écouter. Pourquoi? Avant tout parce qu'il contient d'excellents titres et parce qu'il dégage une pêche communicative, c'est mieux qu'un antidépresseur. Un coup de bambou, un petit "Juggernaut" et la banane revient. Démonstration de guitare ou pas, clône d'Hendrix ou pas, peu importe, ce qui compte c'est la pêche, l'énergie, et çà marche.
J'ai ensuite acheté ce double live, car il y avait des titres de Juggernaut en live, et j'y ai retrouvé cette pêche.
Je ne rentrerai pas dans la dissection encyclopédique de ces titres, un autre internaute a fait un excellent commentaire suffisemment précis à ce sujet.
Certes certains solis ou morceaux instrumentaux auraient pu être raccourcis , mais dans le feu du concert, si Marino avait envie de rallonger ses morceaux, le public présent ne devait pas le regretter, parce que le plaisir de jouer de ce mec est communicatif.
A certain moment on peut retrouver l'ambiance, le feeling de concerts de Gary Moore, et c'est plutôt une bonne référence pour moi.
Donc, dégagé de toute considération technique, et en me basant sur le plaisir de jouer ensemble de ce groupe, je conseil cet album à tout amateur de hard rock musclé (on ne parle pas de heavy métal ici), de parties de guitare à rallonge comme Blackmore pouvait le faire avec Deep Purple ou Rainbow.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En 1992, sortait cet album live du guitariste canadien Frank Marino enregistré au cours d'une tournée en Californie et au Texas en 1988. Double vinyle à l'origine, nous le retrouvons en un simple CD d'une durée de plus de 74mn. J'aime bien ce guitariste qui nous a sorti de bons albums de rock tirant sur le progressif avec le Mahogany Rush ou plus percutant dans les années 80 comme « juggernaut » ou « the power of rock'n'roll » . Il a bien écouté J. Hendrix et utilise volontiers des effets de son pour personnaliser ses solos. Mais on peut regretter son côté trop démonstratif quand il délivre un déluge de notes « Poppy » ou quand il s'obstine à délirer pour sortir des tonalités expérimentales « guitar prelude » qui lassent le public et qui siffle à l'écoute de « sky smphony to a little town ». Un claviériste fait partie du groupe, mais on l'entend pratiquement pas, par contre le batteur s'en donne à caeur joie ! A noter que Vince, son frère assure la guitare rythmique. 12 titres, pour mettre en valeur la virtuosité de Frank Marino qui n'est pas avare de solos à rallonge, qu'il délivre volontiers devant un public conquis.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Live - Tales Of Unexpected - What'S Next
Live - Tales Of Unexpected - What'S Next de Frank Marino & Mahogany Rush (CD - 2009)


From The Original Master Tapes
From The Original Master Tapes de Mahogany Rush (CD - 2009)