undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles12
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
11
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVD|Modifier
Prix:12,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 juillet 2005
Le film raconte l'histoire du seul évadé de la prison de Montluc à Lyon durant l'occupation allemande.
Il ne s'agit pas d'une fiction, mais d'une histoire authentique, ce qui donne déjà une autre dimension à l'œuvre de Bresson.
Bresson opte pour le dépouillement dans sa narration. Il tourne en noir et blanc -superbe, d'ailleurs-. Les décors sont réduits au strict minimum : cellules de prison, cour de promenade, douches. Peu de dialogues que viennent compléter un narrateur dénué de toute emphase. La bande musicale se limite au Requiem de Mozart - on se contente aisément du peu -.
Tout ce dénuement permet au spectateur de se rapprocher du drame humain, avec toute la richesse de ses composantes : lutte contre l'oppresseur, ténacité, courage, abnégation, solidarité et un superbe combat pour la vie, même s'il ne s'agit ici que de survie.
On ne trouve aucune grandiloquence, aucun héroïsme clinquant alors que cette évasion est tellement improbable de par le manque total de moyens pour y parvenir.
Voici un film qui rejoint d'autres œuvres intemporelles comme La Grande Illusion de Renoir ou Le Trou de Becker - autres histoires d'évasion - et qui mérite une place de premier rang.
22 commentaires|44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Venant agrandir le catalogue des films majeurs du cinéma en bluray, cette édition ne démérite pas.

L'image est d'une très belle homogénéité. Il n'y a pas de défaut majeur mise à part certains noirs un peu bouchés mais la restitution HD de l'œuvre est convaincante.

Pour le son c'est du DTS-HD Master Audio Mono 1.0 qui délivre une piste sonore claire et précise. Bien entendu ce n'est pas le genre de film à faire vibrer votre canapé mais plutôt votre passion pour le cinéma ! L'ensemble est très dépouillé voir minimaliste.

Niveau bonus c'est un documentaire : " L'essence des formes : Robert Bresson déforme les sens " (45min, HD).

Bien construit et intéressant sur un réalisateur pour le moins unique en son genre.

En bref, une belle édition HD, peut être même trop belle, mais qui permet de revenir sur un magnifique film trop souvent oublié.
55 commentaires|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2013
J'ai été stupéfait à la première vision du film. Le film m'a exalté par son intensité, par sa construction, par son intelligence, par l'émotion venant de cette intelligence.
L'histoire bien réelle de l'évasion d'un condamné à mort (et d'un second, plus jeune) est fascinante. (pour fait de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale). Chaque plan m'a bouleversé.
Ce film, épuré, est tout sauf austère. Presque silencieux, mais pas muet. Aucune seconde n'est ennuyeuse. Aucune seconde n'est en trop, ni en moins. On adhère de suite à cette narration. La vie est vécue de l'intérieur.
Bresson a réalisé ici peut-être son plus grand film, qui illustre de manière la plus parfaite ses propres recherches cinématographiques.
Incontestablement l'un des plus grands classiques du cinéma français et international. Du très grand art.

NB : la musique de Mozart entendue n'est pas le Requiem, mais le Kyrie.
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2012
Un film d'une exigence absolue, anti-démonstratif (et d'autant plus bouleversant), formellement magnifique. Version de grande qualité. Il est maintenant une évidence de dire que R. Bresson a fait partie des quelques et rares cinéastes qui ont poussé très loin la réflexion sur l'écriture cinématographique proprement dite ! Chaque nouvelle vision de l'un de ses films le rappelle (cruellement).
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
ROBERT BRESSON SIGNE ICI UN DE SES PLUS BEAUX FILMS...EN RACONTANT LA VERIDIQUE HISTOIRE DU SEUL EVADE DU FORT DE MONTLUC PENDANT L OCCUPATION....QUALIFIE D AUSTERE A SA SORTIE CE RECIT TOUT EN NUANCES EST AU CONTRAIRE UN HYMNE A LA VIE.....
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2014
Un condamné à mort s'est échappé est la preuve que l'on peut faire du grand cinéma, tout en sobriété, avec intelligence, et en même temps captivant. J'ai eu le plaisir de faire découvrir ce film à une dizaine de personnes (un de mes films préférés :-), et tout le monde en est resté stupéfait.
La mise en scène est d'une précision chirurgicale, d'une sobriété qui confine à la pureté, et ne cède jamais à la facilité, à l'artifice. Pourtant, Bresson nous emporte dans le cheminement de son personnage avec une telle facilité, que l'on aurait envie de montrer ce film à tout étudiant en cinéma pour lui faire comprendre qu'il ne sert à rien de chercher la séduction. L'authenticité, l'intelligence avant tout. Le reste suivra (et le public avec ;-))
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2016
En 1943, l'histoire vraie d'un résistant déterminé, qui organise son évasion de la prison militaire où il est incarcéré.
Un film de Robert Bresson très dépouillé, où chaque plan est savamment calculé, épuré, éclairé, liés par une mise en scène ultra fluide, minutieuse, rigoureuse. Les acteurs ont un jeu minimaliste, sans intention : Bresson ne leur donnait aucune directive, les plans étaient recommencés jusqu'à ce que les acteurs parviennent, de fait par hasard, à ce que souhaitait le réalisateur. Enfin, le son est très travaillé (sifflement des trains, cloches, ...) ajoutant à la tension du film. Une leçon de cinéma.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 29 janvier 2011
Avec "Le Trou" de Jacques Becker, probablement le meilleur film de prison jamais tourné. Un chef-d'oeuvre d'épure et de précision, dans lequel on devient presque le compagnon de cellule de ce résistant condamné à mort et qui préparera son évasion avec une ingéniosité admirable. La mise en scène est redoutable, toujours centrée sur l'essentiel dans le champ visuel comme dans l'univers sonore, d'une importance capitale.

Le film prend vite l'allure d'une allégorie sur l'existence. Rien d'innocent dans ce titre, puisque nous sommes tous des "condamnés à mort" et nous cherchons tous à nous évader d'une immense prison : travail, persévérance, résistance, patience, courage et optimisme semblent, pour Bresson, être les qualités requises pour lutter au mieux contre la mort et accéder à la liberté.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2009
This 1956 film demonstrates that a small budget does not mean a bad film. It clearly deserved to win the twin awards: 'Best Director, Cannes Film Festival,' and 'Best Film of the Year' from the French Film Academy.

The film describes what it was like to be a political prisoner of the Germans in Paris during WWII. In their efforts to keep down resistance, both the guilty and innocent were arrested, convicted and executed. This is the story of one of those prisoners and his meticulous efforts to find a way to escape, supported and encouraged by his fellow prisoners.

My only complaint is that the horrors of this time were muted by the director. Beatings and executions take place off camera and Germans appear only fleetingly. Perhaps that was because in 1956 the terrors of the Nazi occupation was too recent to dwell on.

Michael W. Perry, editor of Dachau Liberated : The Official Report
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2009
This 1956 film demonstrates that a small budget does not mean a bad film. It clearly deserved to win the twin awards: 'Best Director, Cannes Film Festival,' and 'Best Film of the Year' from the French Film Academy.

The film describes what it was like to be a political prisoner of the Germans in Paris during WWII. In their efforts to keep down resistance, both the guilty and innocent were arrested, convicted and executed. This is the story of one of those prisoners and his meticulous efforts to find a way to escape, supported and encouraged by his fellow prisoners.

My only complaint is that the horrors of this time were muted by the director. Beatings and executions take place off camera and Germans appear only fleetingly. Perhaps that was because in 1956 the terrors of the Nazi occupation was too recent to dwell on.

Michael W. Perry, editor of Dachau Liberated : The Official Report
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,99 €
14,02 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)