undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:26,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce 'Best of' contient les chansons suivantes extraites des albums suivants :

Extraite de l'album 'Voici Eddy' c'était le soldat Mitchell !' de 1963 et enregistrée en Janvier 63 :
- 'Be bop a lula 63' : une reprise de la reprise (versions lentes en fait) par lui-même ('Be bop a lula 62') de son méga succès ('Be bop a lula' tout court) de Gene Vincent, bien !
Extraites de l'album 'Toute la ville en parle... Eddy est formidable !' de 1964 (2° album de cette année-là) et enregistrées à Londres en Septembre 64, avec l'inspiré Big Jim Sullivan à la guitare, mais aussi une section de dix cuivres (et ça c'était vraiment nouveau et pas vraiment rock'n'roll ):
- 'Toujours un coin qui me rappelle' : le méga succès de Sandie Shaw qui devint le méga succès d'Eddy ('There's always someting there to remind me' des géniaux Hal David et Burt Bacharach) ; créée par l'Américain Lou Johnson (totalement oublié aujourd'hui) et également chantée en français par Sandie Shaw, cette magnifique ballade triompha en France et même un peu autour dans la version d'Eddy; mais c'est celle de Dionne Warwick qui reste comme la plus connue 'through the world' !
- 'Fauché' : une adaptation réussie du célèbre 'Busted' de Ray Charles !
Extraite de l'album 'Du rock'n'roll au rythm'n'blues' de 1965 et enregistrée à Londres en Février 65 avec toujours encore Big Jim Sullivan à la guitare et un nouveau venu aux côtés d'Eddy, en l'occurrence le mythique guitariste Jimmy Page, et toujours encore la section de dix cuivres :
- 'La photo des jours heureux' de Gérald/Renard: curieusement, et bien avant 'l'heure', un morceau country, français, à l'ancienne, pour danser, des plus sympa, même s'il n'allait en rien avec tous les autres morceaux du disque !
Extraite de l'album 'Perspective 66' de 1966 et enregistrée en Novembre 65 à Londres :
- 'Et s'il n'en reste qu'un' de Moine/Bourtayre : un bon r&b français qui fut le seul succès de ce disque !
Extraites de l'album 'Seul' de 1966 (2° album de cette année-là) et enregistrées en Juillet 66 à Londres avec Jimmy Page (la première des trois), puis sans lui en Septembre 66 (les deux autres) -ce disque marqua l'arrivée du pianiste Pierre Papadiamandis dans l'orchestre d'Eddy ; et comme le courant passa particulièrement bien entre les deux hommes, pendant les tournées notamment, ils débutèrent alors une collaboration qui dure tout simplement encore !- :
- 'J'ai oublié de l'oublier' de Moine/Papadiamandis : leur premier 'slow qui tue' et méga-succès !
- 'Seul' de Moine/Papadiamandis : un bon morceau soul, original de surcroît, du père 'Papa' : que du bon !
- 'Société anonyme' de Bernet/Magenta : un vrai r&b pêchu qui fait partie des grands tubes d'Eddy !
Extraites de l'album 'De Londres à Memphis' de 1967 et enregistrées en Février 67 à Londres (les deux premières), puis en Mai 67 (la troisième) au studio 'Muscle Shoals' en Alabama (en Mai 67, Eddy était parti pour la première fois pour les Etats-Unis dans le cadre d'un reportage pour 'Salut les copains' et en a profité pour y enregistrer avec les musiciens qui travaillaient avec les grands du r&b d'alors) :
- 'Bye-bye prêcheur' de Bernet/Magenta : un très bon r&b mené tambour battant !
- 'Je n'avais pas signé de contrat' de Thomas/Magenta : anodine !
- 'Alice' de Moine/Papadiamandis : LE 'slow qui tue' par excellence, un classique, l'une des plus belles chansons de Maître Eddy, un immense succès !
Extraite de l'album 'Sept colts pour Schmoll' de 1968 et enregistrée en Mars 68 à Londres :
- 'Je n'aime que toi' de Moine/Papadiamandis : une belle chanson française totalement réussie !
Extraite de l'album 'Mitchellville' en 1969 et enregistrée en Septembre 69 à Paris :
- 'Miss Caroline' : la reprise, formidable, du méga-succès de Neil Diamond !
Extraite de l'album 'Zig-Zag' de 1972 et enregistrée en Septembre 71 à Londres :
- 'C'est facile' de Moine/Papadiamandis : de l'excellente variété française !
Extraite de l'album 'Ketchup électrique' de 1974 et enregistrée à Londres en Novembre 73 :
- 'Chaque matin, il se lève' : superbe reprise un peu rythmée du 'Early mornin' rain' de Gordon Lighfoot (qui a toutefois été encore mieux reprise par Joe Dassin sous le titre français de 'Dans la brume du matin') !
Extraites de l'album 'Rocking in Nashville' de 1974 (2° album de cette année-là) et enregistrées en Octobre et Novembre 74 à Nashville :
- 'A crédit et en stéréo' : 'No particular place to go' de Chuck Berry, très bien !
- 'C'est un piège !' : 'Git it' de Gene Vincent, époustouflante reprise !
- 'Fume cette cigarette !' : 'Smoke, smoke that cigarett !' de Merle Travis, un petit chef d'œuvre avec des paroles françaises parfaites, un classique !
- 'C'est un rocker !' : 'I'm a rocker !' de Chuck Berry également ; la profession de foi d'Eddy, sa chanson du retour, devenue l'un des tubes incontournables du disque !
- 'C'est la vie mon chéri !' : 'Almost grown' toujours de Chuck Berry et particulièrement réussie, cette reprise constitue l'un des moments très forts du disque !
Extraites de l'album 'Made in USA' de 1975 et enregistrées en Mai 75 à Nashville (la première) :
- 'Je vais craquer bientôt' de Moine/Papadiamandis: Pierre Papadiamandis se met au rythme et signe l'un des meilleurs morceaux du disque !
- 'Je ne sais faire que l'amour !' : le classique 'Rollin' my sweet baby's arms' repris de façon absolument époustouflante et drôle ! (enregistrée en 74 durant les sessions de 'Rocking in Nashville')
Extraites de l'album 'Sur la route de Memphis' de fin 1976 et enregistrées en Mai 76 (la première), puis Septembre 76 (les deux suivantes) à Nashville :
- 'Pas de boogie-woogie' : reprise du 'Don't boogie woogie' de Jerry Lee Lewis, qui commençait de remplacer Chuck Berry comme support musical principal d'Eddy ; cette chanson fit un véritable malheur en France alors et continue de figurer au panthéon des meilleurs morceaux d'Eddy !
Ce premier titre ne figure pas sur l'album original, mais est sorti à l'époque en début d'année sous forme d'un 45t destiné à soutenir la tournée d'été.
- 'La fille du motel' de Moine/Papadiamandis : les deux compères inauguraient avec cette très belle ballade country une galerie de superbes portraits de solitaires ('Le chanteur du dancing', 'Un barman', etc.) !
- 'Sur la route de Memphis' : une magnifique reprise du 'That's how I got to Memphis' du légendaire Tom T. Hall, inspirée pour les paroles françaises du film 'Luke la main froide' avec Paul Newman (toujours les références cinématographiques qui allaient d'ailleurs bientôt mener Eddy devant les caméras) ; LA chanson du disque, celle à cause de laquelle nous avons tous couru à l'époque acheter le 33t à sa sortie et que nous connaissons tous par cœur ; l'un des sommets de la carrière d'Eddy !
Extraites de l'album 'La dernière séance' de 1977 et enregistrées en Septembre 77 à Nashville :
- 'Et la voix d'Elvis' : 'Good rockin' tonight' chantée par Elvis et dont Eddy fait une chanson bilan et hommage à l'époque dorée du rock'n'roll comme il l'avait déjà fait dans 'Bye-bye 50' ; bien !
- 'La dernière séance' de Moine/Papadiamandis : un autre des chefs d'œuvre du duo 'maléfique' qui allait devenir la chanson générique d'un tout autre projet, télévisé en l'occurrence que personne n'a oublié ; chef d'œuvre !
- 'Le chanteur du dancing' de Moine/Papadiamandis : second volet, tout aussi réussi, de la série de portraits consacrés aux personnes très seules dans la vie !
Extraites de l'album 'Après Minuit' de 1978 et enregistrées en Septembre 78 à Nashville :
- 'Il ne rentre pas ce soir' de Moine/Papadiamandis : pour la première fois depuis le début de cette période charnière pour Eddy, il commença son disque avec autre chose qu'une reprise de Chuck Berry : un nouveau portrait d'un solitaire, le chômeur ; grande chanson qui fut un vrai 'tube' !
- 'Le parking maudit' : 'Treat her right' de Roy Head ; formidable musique, paroles françaises à ch... !
Extraite de l'album 'C'est bien fait !' de 1979 et enregistrée en Septembre 79 à Nashville :
- 'Tu peux préparer le café noir' : une reprise de Jerry Lee Lewis, 'Everyday I have to cry', qui devint le tube du disque ; une formidable reprise dont nous connaissons tous les paroles par cœur et qui fit s'envoler les ventes de l'album !
Extraites de l'album 'Happy birthday rock'n'roll' de 1980 et enregistrées à Muscle Shoals en Alabama en Septembre 80 :
- 'Couleur menthe à l'eau' de Moine/Papadiamandis : LE classique d'Eddy entre tous grâce auquel l'album qui suivit s'est vendu à plus de 500.000 ex. !
- 'Happy birthday rock'n'roll' de Moine/Papadiamandis : Eddy fêtait alors ses déjà 20 ans de carrière (le premier super 45t des 'Chaussettes' a été enregistré le 20 Décembre 1960) avec ce bon rock (tout court) !
Extraites de l'album 'Le cimetière des éléphants' de 1982 et enregistrées en Mars 82 à Nashville (la première) et en Avril 82 à New-York (la deuxième):
- 'Elle ne rentre pas ce soir' de Moine/Papadiamandis : un vrai 'slow qui tue' et qui n'a rien à voir avec 'Il ne rentre pas ce soir' dont il n'est en rien la version inversée !
- 'Le cimetière des éléphants' de Moine/Papadiamandis : et encore un 'slow qui tue' et qui est entré dans la légende d'Eddy -version N.Y.- !
Extraites de l'album 'Racines' de 1984 (2° album de cette année-là) et enregistrées en Juillet 84 à Nashville, avec le saxophoniste 'diabolique' Boots Randolph :
- 'Nashville ou Belleville ?' de Moine/Papadiamandis : une formidable évocation de la vocation d'Eddy, chanteur français fan de musique américaine !
- 'Comme quand j'étais môme' de Moine/Papadiamandis : une très belle chanson douce sur son enfance !
Extraite de l'album 'Ici Londres !' de 1989 et enregistrée à Londres durant l'été 89:
- 'Lèche-bottes blues' de Moine&Bergman/Papadiamandis : l'un des tubes 'poids lourds' d'Eddy, qui vaut surtout pour son humour un peu noir, assez ravageur !
Extraite de l'album 'Rio Grande' de 1993 et enregistrée à nouveau, mais pour la première fois depuis Septembre 80, à Muscle Shoals en Alabama :
- 'Rio Grande' : le tube du disque et donc sa locomotive ; une chanson qui ne doit son arrangement légèrement 'tex-mex' qu'à une trompette... française rajoutée par après à Paris !
Extraites de l'album 'Mr. Eddy' de 1996 et enregistrées pour la première fois à Memphis (les deux premières), puis à Nashville (la troisième) :
- 'Un portrait de Norman Rockwell' : un joli slow-hommage au célèbre illustrateur US !
- 'Mister J.B.', musique de Michel Gaucher : un hommage au légendaire James Brown, funky, mais pas très convaincant !
- 'Les tuniques bleues et les Indiens' : un slow qui devient ensuite assez rock, pas western du tout malgré son titre, peu intéressant !
Extraites de l'album 'Les nouvelles aventures d'Eddy Mitchell' de 1999 et enregistrées à Hollywood 'with strings', version grand orchestre (mais pas jazzy) :
- 'Destination Terre' : une ballade sympa, point !
- 'Décrocher les étoiles' : un slow chouette, mais sans plus !
Extraite de l'album 'Frenchy' de 2003 et enregistrée cette fois-ci à Sainte-Marie des Anges :
- 'Je chante pour ceux qui ont le blues' : un des deux 'slows qui tuent' de l'album, une des grandes chansons d'Eddy !
Extraites de l'album 'Jambalaya' de 2006 et enregistrées cette fois-ci à Burbank en Californie :
- 'Ma Nouvelle-Orléans' de Moine/Papadiamandis : avec Dr. John au piano, Eddy rend hommage à la ville dévastée par l'ouragan Katrina ; sympa dans l'intention, mais pas exceptionnelle quand même !
- 'On veut des légendes !' de Moine/Papadiamandis : avec Johnny, les deux légendes se rendent un petit auto-hommage rock réussi !

Plus intéressant que le 'Best of' en un seul volume, mais avec encore bien des oublis et quand même quelques chansons qui n'ont pas leur place sur un 'Best of', ce triple 'Best of' mérite incontestablement l'achat vu son prix particulièrement attractif !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ni burger, ni Freddie, ni BB voici His Royal Highness Eddy Himself...Il incarne à lui tout seul le Rock interprété dans notre belle langue. "Et s'il n'en reste qu'un" ...Hé bien, il a toujours été seul cultivant sa différence avec un rare bonheur... En bonus les paroles d'un des ces plus grands morceaux "Societé Anonyme":

Dans un building de vingt étages
L'été comme l'hiver
Tu travailles pour une société
De cent mille actionnaires
Ton nom ici n'existe pas
Tu n'es qu'un numéro
Pour être sûr de te garder
On te donne ce qu'il faut

Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Afin d'augmenter leur standing
Un jour la Société
A fait construire
Près du building
Une belle cité
Et l'on t'a dit d'autorité:
"Voici l'appartement
Pour le paiement tout est réglé
On vous aidera vingt ans"

Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n'est à toi, non
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Pour les week-ends on est gentil
On te prête une auto
Elle est graissée
Elle est lavée
Une vingt-trois chevaux
Ta petite amie te voit de loin
Quand tu viens la chercher
Car sur les portes on lit très bien
Le nom de la Société

Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Après trente ans d'un dur labeur
Courbé par l'ambition
Si même tu finis directeur
Un monsieur au grand nom
Que feras-tu quand arrivera le jour de l'addition
Lorsque les anges près de Saint Pierre
Ensemble te diront:

Rien n'est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n'est à toi, non non
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n'est à toi, non
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Rien est à vous...Remember au moment de sauter...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour beaucoup, le monde se divisera toujours en 2 catégories: les artistes capables d aligner assez de tubes pour sortir un triple best of, et les autres...

Dans la 1ere catégorie, la encore, le monde se divise en 2: les fans de Johnny et les fans de M'sieur Eddy.

Au milieu de tous ces clans: moi... c'est peut etre un tord de ne pas choisir, mais entre Johnny et Msieur Eddy, moi je tranche pas, je ne choisi pas mon camp, je reste planté dans mes tiags à mi chemin de l'un comme de l'autre...

C'est donc en toute honnéteté que je m'en vais juger du triple best of de l'homme aux santiags menthe à l'eau. Y'a pas a rechigner, les gens de la maison disque ont su faire un choix honnete dans la discographie impressionnante du bonhomme ! Tout y est, tous les tubes en tous cas, malheureusement, on regrette qu'il n'y ait pas quelques choses un peu plus rares a se mettre sous la dent pour le fan qui a déja tout, surtout que ca en fait de la place 3 gallettes, ils auraient pu en réserver une aux fans durs de durs du Schmoll !

Enfin, c est pas grave, peut etre qu ils se rattraperont avec le quintuple best of qui ne devrait pas tarder si j en crois les bons tuyaux de msieur Eddy !

CREW.KOOS
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2013
Superbe compil d’Eddy je recommande tout un répertoire à revivre chez soi en famille ou dans la voiture!
Je le conseille!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)