undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

8
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Tell Tale Signs: The Bootleg Séries /Vol.8 (2 CD)
Format: CDModifier
Prix:25,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Contrairement à certains artistes de son âge, et même si Bob a la plus belle partie de sa carrière derrière lui (de fait...), Dylan a encore bien des choses à nous raconter. Si l'on a tendance à penser que le tournant des années 80 a été le début du déclin pour l'artiste, on oublie un peu rapidement son regain d'activité et de créativité à l'orée du nouveau millénaire. Une dynamique qui s'était déjà enclenchée à la fin des années 90. C'est tout cela que ce huitième volume des bootlegs nous apporte comme témoignage. On sait bien qu'il ne s'agit pas ici de trouver la pépite échappée de la riche discographique de l'artiste ou encore le rare moment perdu d'un concert en état de grâce. Pour autant, ce qui fait la richesse de ces nombreux bootlegs, c'est bien qu'ils nous en disent autant (si ce n'est plus) sur Dylan que ses disques originaux. Bien loin des collections au rabais pour fans prêt à aligner les billets, ce huitième bootleg est l'un des plus riches de tous et vaut largement le détour pour tous les fans (et même les autres) de Bob.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
32 sur 37 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 octobre 2008
Quand Bob Dylan chantait qu'il ne fesait pas encore noir, mais que ça n'allait pas tarder, ça sonnais assez lugubre, un peu comme si il était sur le point de casser sa pipe. Ce qui failli arriver, d'ailleurs, juste avant la sortie de Time Out Of Mind, l'album qui contenait Not Dark Yet et un paquet d'autres chansons tout autant amères et poignantes. Sur le moment, on pouvait vraiment se demander si Dylan, après avoir réussi un album excellent comme Oh Mercy suivi d'un Under the Red Sky assez moyen et de deux disques de reprises folks fort agréables mais masquant un manque d'inspiration inquiétant, ne disais pas adieu. Sauf que non, il a survecu. Et, comme il l'a déjà chanté plusieures fois, celui qui n'est pas occupé à naitre est occupé à mourir. Ayant réussi à éviter la deuxième option, on dirais qu'il se régale désormais à renaitre de manière inésperée : Time Out Of Mind a été suivi de Love And Thief et Modern Times, deux albums qui creusent encore plus profond ou, plus précisément, plus loin dans le temps. On dirais que Dylan vit désormais dans un espace-temps non délimité, où Alicia Keys ou Neil Young sont cité dans des chansons qu'on jurerais enrigistrées dans les années trente. Un peu comme le Billy the Kid joué par Richard Gere dans I'm Not There. Et alors qu'à vingt-cinq ans son expression semblait temoigner d'une vie d'experiences, le sexagenaire d'aujourd'hui a conservé l'air malicieux d'un gamin. C'est clair : Bob Dylan n'avait pas eu autant de classe depuis 1966. Et c'est ces années qui sont revisitées dans ce huitème volume (pourvu que ça dure) des toujours parfaites Bootleg Series. Avec son lot de prises alternatives (où l'on s'appercoit que Dylan, à l'époque de Time Out Of Mind, avait retrouvé une inspiration encore plus prodigieuse qu'on ne le croyait), de raretés offertes à diverses b.o. et extraits live torchés avec un plaisir evident de la part du groupe et son maitre de cerémonie. Au bout de deux écoutes, c'est encore dur de mettre tel titre en évidence, mais le sentiment géneral est clair : en retournant à ses racines en fouillant toujours plus profond, toujours plus loin, toujours plus ancien, que ce soit dans le blues, la country, la folk music, le jazz, le rockabilly ou le gospel, Dylan a fini par se trouver un style qui lui va comme une deuxième peau. Désormais, on y croit de nouveau à fond quand il chante ses chansons (ce qui était devenu vraiment exeptionel passé Blood On The Track, faut avouer). Et personelement, ça me fait exploser de joie. Parce que mine de rien, j'ai eu trente ans récement et jusqu'en '97, ces vieux hippies me répetaient que Dylan n'était déjà plus si bon que ça avant que je naisse. Et de savoir maintenant qu'une de ses meilleures périodes allait commencer....ben je sais pas, y'a des trucs comme ça, ça fait vraiment plaisir à voir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je ne manque pas d'air, osez écrire une critique d'un disque de Dylan. Qui suis-je pour me le permettre, un dylanologue reconnu, un fan éperdu, un spécialiste quelconque ? Rien de tout cela, juste un amateur de musique. Bob Dylan vient de faire paraître le huitième volume des « Bootleg Series » qui regroupent les inédits, les versions brutes ou des titres rares du musicien. Ce qui laisse pantois l'auditeur c'est de constater que ces chutes abandonnées dans une malle feraient un coffre au trésor pour d'autres. L'album titré Tell Tale Signs couvre la période récente de 1989 à 2006, on y aborde donc les albums Oh ! Mercy (1989) Time Out Of Mind (1997) Love and Theft (2001) Modern Times (2005) sous un angle inédit avec des versions de morceaux connus mais produits ou enregistrés autrement et c'est franchement emballant car souvent plus dépouillés. Guitares, harmonica et dobro, sur lesquels la voix de Dylan fait des merveilles non pas techniquement, mais pour son timbre et l'émotion qui s'en dégage. Sur les versions live, si sa voix peut dérailler, sa marque de fabrique, elle sait aussi meugler comme sur High Water avec sa grosse basse limite boogie. On se régale aussi d'inédits comme le magnifique Red River Shore ou de versions alternatives comme l'intense Dignity accompagné de son seul piano. Le CD est double car le bougre se débarrasse à la pelle de ces « petites choses » qui pour nous sont autant de cadeaux de Noël avant l'heure. Comme l'objet est accompagné d'un magnifique livret d'une soixantaine de pages, vous comprendrez qu'on en a pour son argent, lecture et musique dans la même boîte, et qu'il devient enviable d'être un mendiant se nourrissant de telles miettes. Inutile de vous dire que j'ai déjà déversé la galette dans mon Ipod pour apaiser mon retour du boulot le soir, dans les transports en commun.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 mars 2011
Attention il y a deux versions de l'album Tell Tale Signs: une version qui comprend seulement le disque 1 (Disc 1, 13 titres), et une version double qui comprend les deux disques (Disc 1 + Disc 2, 27 titres). Cependant il semble impossible d'acheter le deuxieme disque separement. La confusion est augmentee par la similitude des pochettes qui sont exterieurement identiques.
Je conseille donc de se procurer LA VERSION 2 DISQUES - et d'eviter celle qui n'en comprend qu'un!
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 février 2009
Il y a de vieilles âmes que le temps transforme mais n'entame pas. Au fil de ses métamorphoses, Dylan s'est affirmé comme le plus important et le plus intègre des "singers of songs" (pour reprendre l'expression de Johnny Cash) de son temps. La perfection de ce dernier recueil, comme la malice d'avoir retenu de tels chefs d'œuvre pour les lancer d'un coup au monde comme une poignée de diamants, montrent à quel point le maître est en contrôle et en commande de son génie. Dylan est sublime. Je suis fier d'être son contemporain, c'est un peu comme d'avoir vécu pendant que Shakespeare écrivait.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
j'avais acheté l'édition dble CD sans savoir qu'il existait une édition deluxe de l'album incluant un troisième disque, avec deux livres; l'un de 150 pages avec des reproduction de pochettes de singles paru dans divers pays à travers le monde et un deuxième avec les renseignements sur le contenu des trois CD et les CD en question.Je viens d'en faire l'acquisition et l'objet est absolument magnifique.
Dommage que le prix soit si élevé mais je pense qu'il les vaut bien (c'est le cadeau de Noël que je me suis offert).
Indispensable pour les fans de Mr Dylan !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2013
La pub sur Amazon n'est pas des meilleures car au top tell tale signs : 2 cd mais faire attention, car en dessous il y a des pubs pour 1 cd seulement mais très satisfaite des deux albums merci
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 décembre 2008
MISSISIPI / BORN IN TIME / notamment ça pousse. Mêmesi c'est un peu cassé dans sa tête : EVERYTHING IS BROCKEN, génial, on dirait qu'il l'a écrit pour la CRISE !
Tout est bon chez ZIMMERMAN, ya rien a jeter, m^eme pas la pierre qui roule devant vos souliers LIKE ROLING STONE.
Eh Mister TAMBOURINE MEN, PLAY A SONG FOR ME
CDT MARCO
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Tell Tale Signs: The Bootleg Séries /Vol.8
Tell Tale Signs: The Bootleg Séries /Vol.8 de Bob Dylan (Album vinyle - 2008)