undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

39
4,0 sur 5 étoiles
Quo Vadis [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:7,88 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

39 sur 40 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2009
Du panache ,une grande mise en scène ,avec une multitude de figurants .Un "casting " de grande classe ,(Peter Ustinov campe un Néron presque parfait), les magnifiques couleurs de l'époque! .Bien entendu un certain public de la nouvelle génération , déplorera l'absence des effets spéciaux d'aujourd'hui (notamment lors du combat du "géant " contre le taureau ,durant la mise à mort des chrétiens dans l'arène ).Mais dans le contexte de l'époque (le début des années 50 ) ,le film était bien dans la lignée des péplums à grands spectacles (la tunique, les gladiateurs ,Heléne de Troie).Le genre allait malheureusement dégénérer,et sombrer dans le ridicule quelques années plus tard avec les péplums spaghettis !
Pour moi ce film est à voir ou à revoir sans modération !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
31 sur 32 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
QUO-VADIS, est l'un des premiers films qui a marqué l'époque du GOLDEN AGE, non seulement par sa mise en scène, les moyens énormes pour donner de la vraisemblance à une histoire porteuse de symbolismes telle que :le vécu des premiers chrétiens sous le règnede Néron, les débuts de l'église Romaine, saint paul de Tarse etc...Mais Quo-Vadis est aussi une magnifique histoire d'amour, merveilleusement interprètée par Robert Taylor dans le role du fougueux MARCUS VINICIUS,amoureux de la jeune Ligye, pour laquelle, il accepte de voir la réalité telle quelle est et, de se remettre en cause ; en découvrant que le monde des objets casse tout d'un coup, par une prise de conscience; qui va le modifier radicalement.Et, lui permettre de défier Néron sublimement interprété par un PETER USTINOV pétri de genie!!! QUO-VADIS, est UNE grande histoire, qui a marqué définitivement la carrière de robert taylor, l'époque du cinéma en donnant un certain style!!! Aujourd'hui encore, nous sommes des milliers de spectateurs a attendre que QUO-VADIS, sorte enfin en DVD, au mème titre que BEN-HUR et autres grandes fresques historiques!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
29 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 mars 2010
Les amateurs de péplums ne seront pas déçus par ce film qui est un exemple de ce qu'Hollywwod peut faire de mieux dans le genre. Dans la veine des grandes épopées bibliques comme Ben Hur qu'il précède, Quo Vadis est une réussite sur divers plans.

Les décors sont grandioses et très réussis, la scène de l'incendie de Rome, alors que le cinéma ne bénéficiait pas des effets spéciaux d'aujourd'hui,est réaliste. On ne sent pas le "décor en papier mâché", le gros trucage, qui malheureusement est souvent l'apanage des films de cette époque.
La production n'a pas non plus lésiné sur les costumes,dont la richesse et les couleurs n'ont rien de fades.

On note aussi un petit clin d'oeil à la peinture dans ce film, puisque lorsque qu'il s'agit du récit du dernier repas du Christ par l'apôtre Pierre, le réalisateur choisit de reproduire en image le tableau de De Vinci.

Cependant,ce n'est pas cela qui donne réellement au film sa grandeur, c'est le jeu des acteurs et surtout le rôle de l'empereur qui est une réussite.
Si Marcus Vinicius incarne bien le soldat romain cynique, idolâtre et jouisseur, le summum de la Rome décadente est parfaitement illustrée par le personnage de Néron. Tout le monde savait que Peter Ustinov était un grand acteur, il le prouve magistralement ici. Son interprétation d'un empereur égocentrique, artiste raté, fou et influençable est particulièrement talentueuse.Il sait à la fois faire sourire le spectateur avec le ridicule du personnage (scène du lacrimatoire,du chant avec la lyre) et certaines répliques :"Comment, il s'est suicidé ? sans ma permission?" et aussi le faire frémir (meurtre de Popée, jubilation devant le martyre des chrétiens).

On pourrait critiquer l'image un peu naïve qu'Hollywood donne des premiers chrétiens, cependant, l'émotion suscitée devant leur martyre est sans fausse note, rien d'outré dans le jeu ou le dialogue.
De même , l'histoire d'amour n'a rien de mièvre, même si l'on sent qu'il s'agit d'un film des années 50 dans l'extrême pudeur de la réalisation.

Bref,un film à voir et à revoir :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 26 décembre 2014
Grandiose, des acteurs talentueux, fabuleux, réalisé en 1951 par Mervyn Leroy "Quo Vadis" est et restera un des "grands" péplum de l'histoire du cinéma...
Les moyens mis en œuvre pour sa réalisation sont impressionnants, on se trouve immergé dans cette "Rome" antique

Un chef d'œuvre de près de 3 heures nous présentant l'émergence et la répression de la chrétienté de la " Rome" de Néron sur fond de romance entre Marcus Vinicius (Robert Taylor) un officier romain et Lygia (Deborah Kerr) une otage qu'un général romain devenu chrétien a adopté...
La folie de Néro interprétée magistralement par Peter Ustinow qui après l'incendie de Rome désigne les chrétiens comme responsable et les offre à la vindicte du peuple.
Ils seront jetés aux fauves dans les arènes, brulés vif.... la cruauté de ce Néro n'a aucune limite!

Ce qui me surprend c'est la qualité de l'image du film sur le BD sachant que les masters datent de 1951, soit un peu de grain est visible par ci par la mais rien de catastrophique, le son il n'y à malheureusement pas de miracle ce sera du Dolby Digital 1.0

Acteurs:
Robert Taylor: Marcus Vinicius
Deborah Kerr: Lygia
Leo Genn: Pétrone
Peter Ustinov: Néron
Patricia Laffan: Poppée
Buddy Baer: Ursus
Finlay Currie: Pierre
Abraham Sofaer: Paul
Nora Swinburne: Pomponia
Felix Aylmer: Plautius
Marina Berti: Eunice
Ralph Truman: Tigellin
Norman Wooland: Nerva
Nicholas Hannen: Sénèque
Rosalie Crutchley: Acté
Arthur Walge: Croton
D. A. Clarke-Smith: Phaon
Peter Miles: Nazarius
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 avril 2013
La bande annonce d'origine n'en a presque pas trop fait. C'est vraiment un grand film, et la performance de Peter Ustinov est à garder dans les mémoires des interprétations de dictateurs du grand cinéma. Le titre de Péplum n'est pas volé, et les recoupements de l'Histoire et de l'industrie cinématographique américaine devrait rester dans les meilleures annales. Les amateurs se laisseront avoir par le faste un peu trop faste, qui cache un peu certaines parties moins travaillée des dialogues. Et j'en suis. Et je n'arrive pas à regretter mon achat.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 mars 2014
Très bon film, a voir absolument ! Ce film est classé parmi mes meilleurs. Il retrace l'histoire de la chute de l'empire romain et aussi les persécutions subies par l’Église primitive.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 29 mai 2015
Néron dont les excès sont plus ou moins contenus par Pétrone flatteur rationnel se morfond de ne briller que pour le peuple et non pour lui.
« Le monde est à moi, j’en suis le maître absolu ».
Rome considérée comme une immonde populace est rongée dans ses palais par le complot et la flatterie protectrice pendant que l’obscurité construit dans la douleur un symbole aquatique logo d’une religion entamant son troisième millénaire.
Certains composants de la ville éternelle s’éloignent lentement du joug d’une divinité impériale pour basculer dans l’adoration d’un Charpentier, des idées nouvelles offertes à un peuple passant de la soumission à la chrétienté en conservant le concept de l’adoration contrainte ou choisie.
Une maquette en puissance s’étale sur les tables, une nouvelle ville éternelle se profile épurant la vision d’une cité obsolète promise aux flammes.
La démesure d’un irresponsable manipulé par ses proches s’acharne sur un peuple microcosmique uniquement contemplé d’un balcon surélevé.
Néron chantant et jouant de la lyre devant Rome en feu est une vision presque métaphysique.
Clairons, combats de lutteurs, danses exotiques, cérémonies somptueuses, banquets fastueux, couleurs chatoyantes, jeux du cirque, ville en flamme, esclave dévouée sont au menu de cette fresque grandiose démontrant avec éclat les pouvoirs illimitées d’un septième art en pleine santé financière d’avoir la possibilité de retranscrire les prestations romanesques, guerrières et religieuses d’une cité palpitant sous l’influence de sa propre histoire.
Les décors sont sublimes, les mouvements de foules impressionnants.
D W Griffith a laissé des traces dans ces festivités vues du ciel ou une grappe humaine gérée au cordeau active un principe de reconnaissance se devant à un héros retour de guerre.
« Quo Vadis » magnifique spectacle virtuel d’une épopée historique lointaine et méconnue filme un principe intemporel.
Des hommes bons ou mauvais ont la possibilité de se réaliser pleinement dans le contexte tourmenté de leur époque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 août 2015
C'est un péplum tiré du livre qui fut le 1er prix Nobel attribué (1903). Ce film est parfait pour ses détails de mise en scène, les couleurs sont sublimes. Bref on regarde allongé dans son canapé ce long récit. Ce film représente bien son époque les années cinquante et à mon avis est un des meilleurs péplums de l'époque. C'est un chef d'oeuvre à mon sens.
Au début de la Via Appia antique à Rome, une petite église à gauche, à l'intersection de deux voies, sanctuarises ce récit relatif à Pierre qui fuyant Rome et ses mises à mort de Chrétiens, rencontre Jésus et lui demande quo vadis (qui veut dire "Seigner où vas-tu" ) qui le fait changer d'avis car Jésus répond qu'il va à Rome pour être crucifié une deuxième fois..... Pierre, honteux retourne à Rome où il sera martyrisé. De Pierre naîtra l'Eglise chrétienne et le Vatican.......
Donc revenant de Rome, moi aussi, et ayant vu cette église, j'ai voulu voir le film et je n'ai pas été déçue car même si on n'est pas croyant cela reste un beau film car il s'y passe pleins d'histoires collatérales.... avec de beaux personnages. Bon, il faut avoir le temps car le film dure trois heures. Mais on peut faire une pause et prendre un goûter entre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 février 2014
les péplums des années 50 ont un charme bien partuculier, Quo Vadis en est un des fleurons. du spectacle pur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 novembre 2011
il n y a rien à ajouter à ce film tout y est neron (il crève l écran) marcusle tribun, lygie l esclave,l admirable petrone plein de sagesse et d humour et surtout rome ! les chretiens ! en apothéose il y a l incendie de rome! bref on ne s ennuie pas une seconde à regarder ce magnifique peplum

il doit faire partie de la filmothèque de tour amateur de bon film ; à revoir sans modération
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Spartacus [Blu-ray]
Spartacus [Blu-ray] de Kirk Douglas (Blu-ray - 2010)
EUR 11,80

La Tunique
La Tunique de Richard Burton (DVD - 2002)
EUR 8,16

Ben-Hur [Ultimate Edition]
Ben-Hur [Ultimate Edition] de Charlton Heston (Blu-ray - 2011)
EUR 19,90