Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tone Zone Studio!, 11 août 2012
Par 
Eliopachik "(=!=)" (U.S.A.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chet in Chicago (CD)
Enregistré deux ans presque jour pour jour avant sa disparition à Amsterdam, partageant la fin de sa vie entre l’Europe et les USA, Chet se trouve à Chicago au moment où le pianiste Bradley Young lui propose d'être leader de cette session en studio (1986). Malgré ses démons et tourments, il semble que le trompettiste se trouve ici dans de bonnes conditions car ce témoignage, constitué de thèmes maintes fois joués, est absolument remarquable, en tous points. Le trio local de chicago avec le pianiste Bradley Young qui, s’il ne fait pas oublier notre cher Michel Graillier qui fut le pianiste de Chet, s’acquitte très honorablement de sa tâche, est soutenu par Larry Gray et Rusty Jones, qui se produisirent en d’autres recommandables compagnies (les pianistes George Shearing et Ramsey Lewis). Dans le programme, on notera l’intro inhabituelle de Old Devil Moon sur un tempo lent avec une sonorité proche du bugle, la qualité émotionnelle superbement exprimée dans l’une des plus belles ballades de jazz signées Jules Styne, We’ll Be Together Again (également magnifiée par les interprétations d’un autre génie, le pianiste Bill Evans). Soutenu par le sax ténor Ed Petersen dans certains thèmes, Chet, fragile, se transcende dans les standards purement be-bop. Cet opus de facture classique reste malgré tout un pur moment de sensibilité et de volupté musicale, de jazz cool. Un Chet sur le fil, à découvrir sur la plage.....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un inédit très réussi, 31 décembre 2010
Par 
L. Pierre "pedro73" (Chambery) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chet in Chicago (CD)
La génèse de cet album mérite quelques explications fournies dans le livret accompagnant l'album.
On y apprend qu'à l'occasion d'un concert dans un club de Chicago en 1981, Chet BAKER a demandé au tout jeune pianiste Bradley YOUNG, auquel il venait de dédicacer ses albums, de commencer le set pour pallier au retard inopiné du pianiste de la session... Les deux hommes ont sympathisé et, cinq ans plus tard, Bradley YOUNG a été recontacté par Chet pour organiser une session dans le même club... A l'initiative du pianiste, un enregistrement a même été réalisé deux jours plus tard.
C'est cet enregistrement qui est sorti en 2008 sous le label ENJA dans une série intitulé Chet BAKER The legacy où il constitue le vol.5 et ceci, il faut le souligner (comme clairement précisé dans le livret), après avoir été soumis à l'approbation de la veuve de l'artiste...
Il en résulte un très bon album où l'on sent que le trompettiste joue, en toute décontraction, avec un trio, puis un quatuor (avec l'addition d'un saxophoniste ténor pour trois morceaux) d'accompagnateurs peu connus, mais qui se livrent à fond.
C'est au milieu de l'enregistrement que l'album devient vraiment excellent avec une succession d'airs très réussis que ce soit une magistrale version de «We'll be together again » ou les deux morceaux suivants « Ornithology » et « Crazy rythm », tous deux étonnants de swing où les interventions lumineuses de Chet à la trompette sont bien renforcées par les solos de chaque participant.
On assiste ensuite à une très belle version à la fois chantée et jouée de « My funny Valentine » : une de plus, me direz vous : oui effectivement, mais quelle version !
L'album se termine sur deux compositions de Miles Davis, dont un très beau « Solar ».
A recommander à tout inconditionnel de cet immense artiste !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Chet in Chicago
Chet in Chicago de Chet Baker (CD - 2008)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit