Commentaires en ligne


1 Evaluation

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Résurrection du death suédois old school, 13 novembre 2011
Par 
Emmanuel Gautier (Strasbourg, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resurrection Through Carnage (CD)
Il fallait oser sortir un truc pareil au début des années 2000, alors que les groupes qui avaient initié le mouvement au début des années 1990 soit étaient passés à autre chose (Entombed), soit s'étaient essoufflés et avaient perdu l'inspiration des débuts (Grave, Dismember).

Et voilà que Dan Swanö (Edge of Sanity), Mike Åkerfeldt (Opeth), Anders Nytröm et Jonas Renske (Katatonia) remettent le couvert dans un style plutôt lointain de celui de leur formation d'origine.
Mais bon, ces messieurs ont du métier et ont connu les débuts de la scène suédoise, ils savent donc a priori de quoi ils parlent.

Le projet a pris forme en 1998 et accouchait d'un petit EP en 2000 intitulé "Breeding Death", EP qui avait déjà à l'époque marqué les esprits, ce malgré la quantité de sorties de qualité en death désormais new school de cette année-là.
"Resurrection through Carnage" débarque en 2002, et c'est la claque: des riffs d'une efficacité rare, une voix démoniaque, une batterie surpuissante, le tout servi par une production épaisse et d'une clarté peu commune, mettant divinement en valeur chacun des instruments par le maître Swanö.
Dès le début avec ce riff poignant en fade in, suivi d'un autre encore plus incisif avec le son de gratte caractéristique des premiers albums suédois, saturé à mort, on se retrouve happé par cette avalanche de tueries death old school, avec un petit côté heavy délicieux qui introduit un peu de mélodie dans toute cette violence débridée.
Seul point faible à mon avis: le manque d'atmosphère, même si le graphisme de la pochette -superbe, au passage- et les thématiques abordées sont sans équivoque et collent tout à fait au style, la musique ne retranscrit pas exactement les ambiances morbides que les "Into the Grave", "Left Hand Path" et autre "Where no Life dwells" cultivaient en leur temps. La faute sans doute à une production trop claire.

Ce qui ne gâche pas pour autant notre plaisir, car c'est un "défaut" que l'on retrouve sur beaucoup de galettes sorties à l'époque et encore plus depuis. Il semble d'ailleurs que seuls ceux qui pratiquèrent ce death poisseux et malsain d'antan en détiennent encore la recette -et encore, certains l'ont perdue entretemps.

Contre toute attente, le groupe va persévérer sur deux albums et un EP, et un DVD live est encore sorti cette année. Le line-up a été remanié depuis, avec le départ de Dan Swanö, l'apparition éphémère de Peter Tägtgren et l'arrivée de Martin Axenrot.

Laissez-vous donc emporter par la furie des suédois, l'album est jouissif du début à la fin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit