undrgrnd Cliquez ici ValentinB Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:7,06 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 mars 2009
Si Albert Collins est surtout connu pour sa période fin année soixante-dix, ainsi que sur toute la période année quatre-vingt qui comprend des albums blues incontournables tels que Ice Pickin' de 1978 ou encore Cold Snap de 1986. Il ne faut pas pour autant dénigrer la période qui a précéder, car bien avant d'obtenir la popularité qu'il lui était du. Il était déjà le maître incontesté de la "télécaster". En effet, notre guitariste texan fut l'un des grands innovateurs du blues électrique de la fin des années cinquante. Reprenant avec une classe innommable le flambeau des géants du blues comme Muddy Waters, et ceux de manière magistrale. Il est donc admis que Monsieur Collins est un des guitaristes de blues les plus doués et distinctifs de son ère. Distinctif, car il a su crée un son unique avec sa fender qui avait comme fondation des solos brutaux et desséchant. D'ailleurs, ce sont ses attaques brutales sur ses cordes qui lui donna le doux surnom de "Iceman". L'album présent se trouve être un digipack de toute beauté, mais aussi fondamental de cette période du renouveau du Blues. D'autant plus, qu'il s'agit de deux Blues Lives exquis à l'ouïe. On tombe ainsi sur le live du Club El Mocambo à Toronto de 1973. Collins joue de ses doigts affinés pour l'attaque tel un faucon sur sa proie, en cajolant, en y déversant de la diversité et des solos affriolants. C'est doux, c'est beau et simplement trop bon. Le live possède une très bonne qualité sonore, d'autant que son style est reconnaissable entre tous, puisqu'il se limite au duo basse/batterie et un à un piano ou un orgue. Pour autant, on retrouve des tubes de la pré-période populaire comme le fameux "Frosty". Enfin, le second enregistrement disponible se trouve être également un autre live endiablé, toujours soutenu par la rythmique permanente de Albert Collins. Il s'agit du fameux "Live at the Fillmore West" à San Francisco de 1969. Ici, Monsieur Collins parcourt un ensemble de premiers airs de signature familiers comme "So tired", "Deep Freeze" et "Thaw out", interprétant également des classiques du genre comme "Mustang Sally". Bref, que du bon qui hisse l'album "Cold Tremors" comme un imparable ! Notons que Deep Freeze correspond au même contenu sans le même emballage de "Cold Tremors" qui est tout simplement magnifique. Un plus indéniable pour les amoureux du Blues...

Durée : 114minutes - 18Titres.
22 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2010
La qualité sonore ne rend pas hommage à ce bluesmen qu'était albert Collins.
La guitare est trop en retrait sur pas mal de titres, c'est vraiment dommage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus